Faisant suite aux Dubia adressés au pape François, à la Correctio filialis, à différentes déclarations et suppliques de fidèles, le cardinal Burke, patron de l’Ordre souverain militaire de Malte, le cardinal Janis Pujats, archevêque émérite de Riga (Lettonie), et trois évêques, Mgr Tomash Peta, archevêque de Sainte Marie à Astana, Mgr Jan Pawel Lenga, archevêque émérite de Karaganda et Mgr Athanasius Schneider, évêque auxiliaire de Sainte-Marie d’Astana (Kazakhstan) viennent le lundi de Pentecôte de rendre publique une Declaration of Truths, « Déclaration des vérités », réaffirmant dans une époque qu’ils qualifient de « confusion et désorientation doctrinales quasi universelle » les enseignements de l’Église qu’ils considèrent les plus attaqués, « niés » ou « défigurés » : ceux sont qui concernent la sainte Communion et le mariage, le célibat des prêtres, l’Église seule porte du Salut, le respect de la vie de sa conception jusqu’à la mort…

Si l’on peut saluer ce document né d’une volonté sincère d’aider les âmes à se sauver en pratiquant la foi catholique dans son intégralité, à nouveau nous ne pouvons que constater l’absence de condamnation de la première et principale cause, même si elle n’est pas unique, de la crise doctrinale, spirituelle et religieuse contemporaine, de cette apostasie « à différents niveaux de la hiérarchie de l’Église » et dans le monde catholique qui s’amplifie, et ce depuis des décennies : le révolutionnaire concile Vatican II, et son esprit libéral, relativiste et indifférentiste, ce « contre-Syllabus » moderniste et progressiste, qui a ruiné les bases de l’enseignement catholique et jeté les fondements d’une nouvelle religion dont nous voyons aujourd’hui toute la permissivité et sa contradiction avec la Tradition multi-séculaire de l’Église catholique.

« A la place de l’Église « missionnaire » apparaît la nouvelle Église « œcuménique ». La réunion d’Assise consacre cette nouvelle Église, et cela est énorme, scandaleux » soulignait l’évêque de la Tradition, Mgr Lefebvre, dans un entretien de 1987, donc sous le pontificat de Jean-Paul II. Il rappelait au journaliste que « la Déclaration sur la Liberté religieuse (…) est la vraie pomme de discorde, parce que de l’introduction de ce principe libéral dans l’Église, découlent les autres erreurs. La rupture avec la Tradition dans ce cas est évidente : onze papes, de Pie VI à Pie XII, ont condamné le libéralisme, le Concile l’a approuvé. » Les erreurs post-conciles du pape François, comme par exemple Amoris laetitia ou la déclaration scandaleuse sur la Fraternité humaine qu’il a signée aux Émirats arabes unis avec le grand imam Ahmed al-Tayeb, toutes choses que condamnent les cardinaux signataires du texte ci-dessous, découlent de cette Déclaration sur la Liberté religieuse promulguée à Vatican II. C’est donc elle qu’il faut condamner en tout premier !

« Aujourd’hui, c’est la foi elle-même qui est en jeu. Je sens que l’Église « conciliaire » change et met en péril le centre de la foi catholique. (…) Même le Pape n’a pas le pouvoir de changer la foi, il n’en est que le serviteur. Accepter la liberté religieuse, l’œcuménisme, les réformes conciliaires, signifierait pour moi contribuer à l’œuvre d’« auto-démolition » de l’Église. En conscience, cela ne m’est pas possible. Le libéralisme du Pape détruit de l’intérieur la foi catholique » déclarait encore Mgr Lefebvre.

Ce dernier ne pourrait que constater aujourd’hui à quel point cette « auto-démolition » de l’Église s’est poursuivie durant tous les pontificats conciliaires pour culminer sous François. Alors les cardinaux Burke et Pujats, les évêques Peta, Lenga, et Schneider, peuvent déplorer « une confusion et une désorientation doctrinale presque universellement répandues », véritable « auto-démolition » de la foi catholique, ils peuvent rappeler les enseignements catholiques, tant qu’ils resteront enfermés dans le subjectivisme conciliaire, les remèdes qu’ils préconisent, malgré leur bonne volonté, auront peu de poids !

Ce texte de huit pages a été publié par le vaticaniste Edward Pentin, dans le National Catholic Register et traduit par Jeanne Smits :

Erreurs les plus courantes Eglise de notre temps

« L’Eglise est la maison de Dieu, la colonne et la base de la vérité. » (1 Tim 3:15)
Déclaration des vérités relatives à certaines des erreurs les plus courantes dans la vie de l’Église de notre temps
 
Les fondamentaux de la foi
 
1. Le sens exact des expressions « tradition vivante », « magistère vivant », « herméneutique de la continuité » et « développement de la doctrine » comprend cette vérité : quelles que soient les nouvelles compréhensions qui peuvent être exprimées concernant le dépôt de la foi, elles ne peuvent cependant en aucun cas être contraires à ce que l’Eglise a toujours proposé dans le même dogme, dans le même sens et la même pensée (voir Concile Vatican I, Dei Filius, Sess. 3, c. 4 : « in eodem dogmate, eodem sensu, eademque sententia »).
2. « Quant au sens des formules dogmatiques, il demeure toujours vrai et identique à lui-même dans l’Église, même lorsqu’il est éclairci davantage et plus entièrement compris. Les fidèles doivent donc bien se garder d’accueillir l’opinion que l’on peut résumer ainsi : tout d’abord les formules dogmatiques ou certaines catégories d’entre elles seraient incapables de signifier d’une manière déterminée la vérité mais n’en signifieraient que des approximations changeantes, lui apportant une déformation, une altération, ensuite ces mêmes formules ne signifieraient la vérité que d’une manière indéterminée, comme un terme à chercher toujours au moyen des approximations susdites. Ceux qui adopteraient cette opinion n’échapperaient pas au relativisme dogmatique et ils corrompraient le concept de l’infaillibilité de l’Église, lequel se réfère à la vérité enseignée et tenue d’une manière déterminée. » (Sacrée Congrégation pour la Doctrine de la Foi, Déclaration Mysterium Ecclesiae  sur la doctrine catholique  concernant l’Eglise en vue de la protéger contre les erreurs d’aujourd’hui, 5).
Le Credo
 
3. « Nous confessons que le royaume de Dieu commencé ici-bas en l’Église du Christ n’est pas de ce monde, dont la figure passe, et que sa croissance propre ne peut se confondre avec le progrès de la civilisation, de la science ou de  la technique humaines, mais qu’elle consiste à connaître toujours plus profondément les insondables richesses du Christ, à espérer toujours plus fortement les biens éternels, à répondre toujours plus ardemment à l’amour de Dieu, à dispenser toujours plus largement la grâce et la sainteté parmi les hommes. Mais c’est ce même amour qui porte l’Église à se soucier constamment du vrai bien temporel des hommes.  Ne cessant de rappeler à ses enfants qu’ils n’ont pas ici-bas de demeure permanente, elle les presse aussi de contribuer, chacun selon sa vocation et ses moyens, au bien de leur cité terrestre, de promouvoir la justice, la paix et la fraternité entre les hommes, de prodiguer leur aide à leurs frères, surtout aux plus pauvres et aux plus malheureux.  L’intense sollicitude de l’Église, épouse du Christ, pour les nécessités des hommes, leurs joies et leurs espoirs, leurs peines et leurs efforts, n’est donc rien d’autre que son grand désir de leur être présente pour les illuminer de la lumière du Christ et les rassembler tous en lui, leur unique Sauveur.  Elle ne peut signifier jamais que l’Eglise se conforme elle-même aux choses de ce monde, ni que diminue l’ardeur de l’attente de son Seigneur et du royaume éternel. » (Paul VI, Lettre apostolique Solemni hac liturgia (Credo du peuple de Dieu), 27). Est donc erronée l’opinion affirmant que Dieu est glorifié principalement par le fait même du progrès dans les conditions temporelles et terrestres de la race humaine.
4. Après l’institution de l’Alliance nouvelle et éternelle en Jésus-Christ, nul ne peut être sauvé par l’obéissance à la loi de Moïse seule, sans la foi au Christ, vrai Dieu et unique Sauveur de l’humanité (voir Rom 3:28 ; Gal 2:16).
5. Les musulmans et autres qui n’ont pas la foi en Jésus-Christ, Dieu et homme, même les monothéistes, ne peuvent rendre à Dieu la même adoration que les chrétiens, c’est-à-dire le culte surnaturel en Esprit et en Vérité (voir Jn 4, 24 ; Ep 2, 8) de ceux qui ont reçu l’Esprit d’adoption filiale (voir Rom 8, 15).
6. Les spiritualités et les religions qui promeuvent n’importe quelle forme d’idolâtrie ou de panthéisme ne peuvent être considérées ni comme des « semences » ni comme des « fruits » du Verbe divin, car ce sont des tromperies qui empêchent l’évangélisation et le salut éternel de leurs fidèles, comme l’enseigne la Sainte Ecriture : «  Les infidèles dont le dieu de ce siècle a aveuglé les esprits, afin que ne brille pas pour eux la lumière du glorieux Evangile du Christ, qui est l’image de Dieu » (2 Co 4,4).
7. Le véritable œcuménisme vise à faire entrer les non-catholiques dans l’unité que l’Église catholique possède déjà indestructiblement en vertu de la prière du Christ, toujours entendue par son Père, « afin qu’ils soient un » (Jean 17,11), et qu’elle professe dans le Symbole de la foi, « Je crois en l’Église une » . L’œcuménisme ne peut donc avoir légitimement pour but l’établissement d’une Église qui n’existe pas encore.
8. L’enfer existe et ceux qui sont condamnés à l’enfer pour n’importe quel péché mortel dont ils ne se sont pas repentis y sont punis éternellement par la Justice divine (voir Mt 25, 46). Ce ne sont pas seulement les anges déchus qui sont damnés éternellement, mais aussi des âmes humaines (voir 2 Thess 1:9 ; 2 P 3:7). Les êtres humains éternellement damnés ne seront pas anéantis, puisque leur âme est immortelle selon l’enseignement infaillible de l’Église (voir le Ve Concile du Latran, sess. 8).
9. La religion née de la foi en Jésus-Christ, le Fils incarné de Dieu et le seul Sauveur de l’humanité, est la seule religion positivement voulue par Dieu. Est donc erronée l’opinion affirmant que de même que Dieu veut positivement la diversité des sexes masculin et féminin et la diversité des nations, de même Il voudrait aussi la diversité des religions.
10. « Notre religion [chrétienne] instaure effectivement avec Dieu un rapport authentique et vivant que les autres religions ne réussissent pas à établir, bien qu’elles tiennent pour ainsi dire leurs bras tendus vers le ciel » (Paul VI, Exhortation apostolique Evangelii nuntiandi, 53).
11. Le don du libre arbitre dont Dieu le Créateur a doté la personne humaine accorde à l’homme le droit naturel de choisir seulement ce qui est bien et vrai. Aucune personne humaine n’a donc le droit naturel d’offenser Dieu en choisissant le mal moral du péché, l’erreur religieuse de l’idolâtrie, le blasphème ou une fausse religion.
La loi de Dieu
12. Une personne justifiée a la force suffisante avec la grâce de Dieu pour accomplir les exigences objectives de la loi divine, puisque tous les commandements de Dieu sont possibles pour les justifiés. La grâce de Dieu, lorsqu’elle justifie le pécheur, produit par nature la conversion par rapport à tout péché grave (voir Concile de Trente, sess. 6, Décret sur la justification, c. 11 ; c. 13).
13. « Les fidèles sont tenus de reconnaître et de respecter les préceptes moraux spécifiques déclarés et enseignés par l’Eglise au nom de Dieu, Créateur et Seigneur. (…) L’amour de Dieu et l’amour du prochain sont inséparables de l’observance des commandements de l’Alliance, renouvelée dans le sang de Jésus Christ et dans le don de l’Esprit. » (Jean-Paul II, Encyclique Veritatis splendor, 76). Selon l’enseignement de la même encyclique, l’opinion de ceux qui « croient pouvoir justifier, comme moralement bons, des choix délibérés de comportements contraires aux commandements de la Loi divine et de la loi naturelle » est fausse. Ainsi, « ces théories ne peuvent se réclamer de la tradition morale catholique » (ibid.).
14. Tous les commandements de Dieu sont également justes et miséricordieux. Est donc fausse l’opinion affirmant qu’une personne peut, en obéissant à une interdiction divine – par exemple, le sixième commandement qui interdit l’adultère – pécher contre Dieu par cet acte d’obéissance, ou se nuire moralement, ou pécher contre autrui.
15. « Aucune circonstance, aucune finalité, aucune loi au monde ne pourra jamais rendre licite un acte qui est intrinsèquement illicite, parce que contraire à la Loi de Dieu, écrite dans le cœur de tout homme, discernable par la raison elle-même et proclamée par l’Eglise » (Jean-Paul II, Encyclique Evangelium Vitae, 62). Il y a dans la Révélation divine et dans la loi naturelle des principes moraux et des vérités morales contenus qui comportent des interdictions négatives interdisant absolument certains types d’actions, dans la mesure où ces types d’actions sont toujours gravement illicites en raison de leur objet. Par conséquent, l’opinion selon laquelle une bonne intention ou une bonne conséquence est (ou pourrait jamais être) suffisante pour justifier la commission d’un tel acte est fausse (voir Concile de Trente, sess. 6 de iustificatione, c. 15 ; Jean-Paul II, Exhortation apostolique, Reconciliatio et Paenitentia, 17 ; Encyclique Veritatis Splendor, 80).
16. La loi naturelle et divine interdit à une femme qui a conçu un enfant en son sein de tuer cette vie humaine qu’elle porte, qu’elle le fasse elle-même ou le fasse faire par d’autres, directement ou indirectement (voir Jean Paul II, Encyclique Evangelium Vitae, 62).
17. « Les procédures visant à réaliser la conception en dehors de l’utérus «  sont moralement inacceptables parce qu’elles séparent la procréation du contexte intégralement humain de l’acte conjugal » (Jean Paul II, Encyclique Evangelium Vitae, 14).
18. Aucun être humain ne peut jamais trouver une justification morale à se suicider ou à se faire mettre à mort par d’autres, même dans l’intention d’échapper à la souffrance. « L’euthanasie est une grave violation de la Loi de Dieu, en tant que meurtre délibéré moralement inacceptable d’une personne humaine. Cette doctrine est fondée sur la loi naturelle et sur la Parole de Dieu écrite; elle est transmise par la Tradition de l’Eglise et enseignée par le Magistère ordinaire et universel » (Jean-Paul II, Encyclique Evangelium Vitae, 65).
19. Le mariage, par ordonnance divine et de par la loi naturelle, est l’union indissoluble d’un homme et d’une femme (voir Gn 2, 24 ; Mc 10, 7-9 ; Ep 5, 31-32). « C’est par sa nature même que l’institution du mariage et l’amour conjugal sont ordonnés à la procréation et à l’éducation qui, tel un sommet, en constituent le couronnement » (Concile Vatican II, Gaudium et spes, 48).
20. Par la loi naturelle et divine, aucun être humain ne peut exercer volontairement et sans péché ses facultés sexuelles en dehors d’un mariage valide. Il est donc contraire aux Saintes Écritures et à la Tradition d’affirmer que la conscience peut vraiment et justement juger que les actes sexuels entre des personnes qui ont contracté un mariage civil peuvent parfois avoir moralement raison, voire répondre à une demande ou même à un commandement de Dieu, alors que l’une de ces personnes (ou les deux) soit sacramentellement mariée avec une autre personne (voir 1 Co 7, 11 ; Jean Paul II, Exhortation apostolique Familiaris consortio, 84).
21. La loi naturelle et divine interdit «  toute action qui, soit en prévision de l’acte conjugal, soit dans son déroulement, soit dans le développement de ses conséquences naturelles, se proposerait comme but ou comme moyen de rendre impossible la procréation » (Paul VI, Encyclique Humanae Vitae, 14).
22. Quiconque, époux ou épouse, a obtenu un divorce civil du conjoint avec lequel il est validement marié et qui a contracté un mariage civil avec une autre personne du vivant de son conjoint légitime, et qui vit maritalement avec ce partenaire civil, et qui choisit de rester dans cet état en pleine connaissance  de la nature de l’acte, et avec plein consentement de la volonté à cet acte, est dans un état de péché mortel et ne peut donc recevoir la grâce sanctifiante et croître en charité. Par conséquent, ces chrétiens, à moins qu’ils ne vivent comme « frère et sœur », ne peuvent recevoir la Sainte Communion (voir Jean-Paul II, Exhortation apostolique Familiaris consortio, 84).
23. Deux personnes du même sexe commettent un grave péché lorsqu’elles recherchent un plaisir vénérien l’une auprès de l’autre (voir Lv 18,22 ; Lv 20,13 ; Rom 1,24-28 ; 1 Co 6,9-10 ; 1 Tim 1,10 ; Jude 7). Les actes homosexuels « ne sauraient recevoir d’approbation en aucun cas » (Catéchisme de l’Eglise catholique, 2357). Par conséquent, est contraire à la loi naturelle et à la Révélation divine l’opinion affirmant que, de même que le Dieu Créateur a donné à certains êtres humains une disposition naturelle à ressentir le désir sexuel pour les personnes du sexe opposé, de même Il aurait donné aux autres une disposition naturelle à ressentir un désir sexuel pour des personnes du même sexe, et que Dieu aurait l’intention que cette dernière disposition soit mise en pratique dans certaines circonstances.
24. Ni la loi humaine, ni quelque puissance humaine que ce soit, ne peut donner à deux personnes du même sexe le droit de se marier, ou déclarer mariés deux personnes du même sexe, car cela est contraire à la loi naturelle et divine. « Dans le projet du Créateur, la complémentarité sexuelle et la fécondité font partie de la nature même du mariage » (Congrégation pour la Doctrine de la Foi, Considérations à propos des projets de reconnaissance juridique des unions entre personnes homosexuelles, 3 juin 2003, 3).
25. Les unions qui portent le nom de mariage sans en avoir la réalité, étant contraires à la loi naturelle et divine, ne sont pas capables de recevoir la bénédiction de l’Eglise.
26. Le pouvoir civil ne peut pas établir des unions civiles ou légales entre deux personnes de même sexe qui imitent manifestement l’union du mariage, même si ces unions ne reçoivent pas le nom de mariage, puisque de telles unions encourageraient au péché grave personnes qui y vivent et seraient une cause de scandale grave pour les autres (voir Congrégation pour la doctrine de la foi, Considérations à propos des projets de reconnaissance juridique des unions entre personnes homosexuelles, 3 juin 2003, 11).
27. Les sexes masculin et féminin, homme et femme, sont des réalités biologiques créées par la sage volonté de Dieu (voir Gen. 1, 27 ; Catéchisme de l’Église catholique, 369). Constitue donc une rébellion contre la loi naturelle et divine, et un péché grave, le fait pour un homme de tenter de devenir une femme en se mutilant lui-même, ou même en se déclarant simplement telle, ou le fait pour une femme de tenter de la même manière de devenir un homme, ou de soutenir que l’autorité civile a le devoir ou le droit de faire comme si ces choses étaient ou pouvaient être possibles et légitimes (voir Catéchisme de l’Eglise catholique, 2297).
28. Conformément à la Sainte Écriture et à la tradition constante du Magistère ordinaire et universel, l’Eglise n’a pas commis d’erreur en enseignant que le pouvoir civil peut légalement exécuter la peine capitale sur les malfaiteurs lorsque cela est véritablement nécessaire pour préserver l’existence ou l’ordre juste des sociétés (voir Gen 9:6 ; Jean 19:11 ; Rom 13:1-7 ; Innocent III, Professio fidei Waldensibus praescripta ; Catéchisme romain du concile de Trente, p. III, 5, n. 4 ; Pie XII, Discours aux juristes catholiques du 5 décembre 1954).
29. Toute autorité sur la terre comme au ciel appartient à Jésus-Christ ; par conséquent, les sociétés civiles et toutes les autres associations des hommes sont soumises à sa royauté de sorte que « le devoir de rendre à Dieu un culte authentique concerne l’homme individuellement et socialement » (Catéchisme de l’Église catholique, 2105 ; voir Pie XI, Encyclique Quas primas, 18-19, 32).
Les sacrements
 
30. Dans le très saint sacrement de l’Eucharistie, il se produit un changement merveilleux, à savoir celui de toute la substance du pain qui devient le corps du Christ et de toute la substance du vin qui devient son sang, changement que l’Église catholique appelle très justement transsubstantiation (voir le quatrième Concile du Latran, ch. 1 ; Concile de Trente, sess. 13, ch. 4). « Toute explication théologique qui cherche à comprendre quelque chose de ce mystère doit, pour être en accord avec la foi catholique, maintenir que dans la réalité même, indépendamment de notre esprit, le pain et le vin ont cessé d’exister après la Consécration, de sorte que c’est l’adorable Corps et Sang du Seigneur Jésus qui est désormais réellement devant nous sous les espèces sacramentelles du pain et du vin » (Paul VI, Lettre apostolique Solemni hac liturgia – Credo du peuple de Dieu – 25).
31. Les formulations par lesquelles le Concile de Trente a exprimé la foi de l’Église en la sainte Eucharistie conviennent aux hommes de tous les temps et de tous les lieux, car elles constituent une « doctrine toujours valable » (Jean-Paul II, Encyclique Ecclesia de Eucharistia, 15).
32. Dans la Sainte Messe, un sacrifice véritable et juste est offert à la Sainte Trinité et ce sacrifice est propitiatoire tant pour les hommes vivant sur terre que pour les âmes du Purgatoire. Est donc erronée l’opinion selon laquelle le sacrifice de la Messe consiste simplement dans le fait pour le peuple d’offrir un sacrifice spirituel de prières et de louange, ainsi que l’opinion selon laquelle la Messe peut ou doit être définie seulement comme le Christ se donnant aux fidèles comme leur nourriture spirituelle (voir Concile de Trente, sess. 22, c. 2).
33. « La messe, célébrée par le prêtre représentant la personne du Christ en vertu du pouvoir reçu par le sacrement de l’Ordre et offerte par lui au nom du Christ et des membres de son Corps mystique, est le sacrifice du Calvaire rendu sacramentellement présent sur nos autels. Nous croyons que, comme le pain et le vin consacrés par le Seigneur lors de la dernière Cène ont été changés en son Corps et son Sang qui allaient être offerts pour nous sur la croix, de même le pain et le vin consacrés par le prêtre sont changés en Corps et Sang du Christ glorieux intronisé au ciel, et nous croyons que la présence mystérieuse du Seigneur, sous l’apparence de ce qui continue de s’offrir à nos sens comme avant, est une présence vraie, réelle et substantielle” (Paul VI, Lettre apostolique Solemni hac liturgia (Crédo du peuple de Dieu), 24).
34. « L’immolation non sanglante par le moyen de laquelle, après les paroles de la consécration, le Christ est rendu présent sur l’autel en état de victime, est accomplie par le seul prêtre en tant qu’il représente la personne du Christ, non en tant qu’il représente la personne des fidèles. (…)
Que les fidèles, par les mains du prêtre, offrent le sacrifice, cela ressort avec évidence du fait que le ministre de l’autel représente le Christ en tant que chef offrant au nom de tous ses membres ; c’est pourquoi l’Église universelle est dite, à bon droit, présenter par le Christ l’offrande de la victime. Si le peuple offre en même temps que le prêtre, ce n’est pas que les membres de l’Église accomplissent le rite liturgique visible de la même manière que le prêtre lui-même, ce qui revient au seul ministre délégué par Dieu pour cela, mais parce qu’il unit ses vœux de louange, d’impétration, d’expiation et d’action de grâces aux vœux ou intentions mentales du prêtre, et même du Souverain Prêtre, afin de les présenter à Dieu le Père dans le rite extérieur même du prêtre offrant la victime. » (Pie XII, Encyclique Mediator Dei, 92).
35. Le sacrement de pénitence est le seul moyen ordinaire par lequel les péchés graves commis après le baptême peuvent être remis, et de par la loi divine tous ces péchés doivent être confessés par nombre et par espèce (voir Concile de Trente, sess. 14, can. 7).
36. De par la loi divine, le confesseur ne peut violer le sceau du sacrement de pénitence pour quelque raison que ce soit ; aucune autorité ecclésiastique n’a le pouvoir de le dispenser du sceau du sacrement et le pouvoir civil est totalement incompétent pour l’y contraindre (voir Code de Droit Canonique 1983, can. 1388 § 1 ; Catéchisme de l’Église catholique, 1467).
37. En vertu de la volonté du Christ et de la Tradition immuable de l’Église, le sacrement de la Sainte Eucharistie ne peut être donné à ceux qui sont dans un état public de péché objectivement grave, et l’absolution sacramentelle ne peut être donnée à ceux qui expriment leur refus de se conformer à la loi divine, même si leur refus ne porte que sur une seule affaire grave (voir Concile de Trente, Sess. 14, ch. 4 ; Jean-Paul II, Message au Cardinal William W. Baum, le 22 mars 1996).
38. Selon la Tradition constante de l’Église, le sacrement de la Sainte Eucharistie ne peut être donné à ceux qui nient toute vérité de la foi catholique en professant formellement leur adhésion à une communauté chrétienne hérétique ou officiellement schismatique (voir Code de droit canonique 1983, can. 915 ; 1364).
39. La loi par laquelle les prêtres sont tenus d’observer la continence parfaite dans le célibat découle de l’exemple de Jésus-Christ et appartient à la tradition immémoriale et apostolique selon le témoignage constant des Pères de l’Église et des Pontifes Romains. Pour cette raison, cette loi ne devrait pas être abolie dans l’Église romaine par l’innovation d’un célibat sacerdotal facultatif, que ce soit au niveau régional ou universel. Le témoignage éternel et valide de l’Église affirme que la loi de la continence sacerdotale « ne commande pas de nouveaux préceptes ; ces préceptes doivent être observés, parce qu’ils ont été négligés par certains par ignorance et paresse. Ces préceptes, cependant, remontent aux apôtres et ont été établis par les Pères, comme il est écrit : “Restez donc fermes, frères, et gardez les traditions que nous vous avons enseignées, soit par la parole, soit par la lettre” (2 Thess. 2.15). Il y en a en effet beaucoup qui, ignorant les statuts de nos ancêtres, ont violé la chasteté de l’Église par leur présomption et ont suivi la volonté du peuple, sans craindre le jugement de Dieu” (Pape Siricius, Decretal Cum in unum de l’an 386).
40. Par la volonté du Christ et la constitution divine de l’Église, seuls les hommes baptisés (viri) peuvent recevoir le sacrement de l’Ordre, que ce soit dans l’épiscopat, le sacerdoce ou le diaconat (voir Jean-Paul II, Lettre apostolique, Ordinatio Sacerdotalis, 4). En outre, l’affirmation selon laquelle seul un Concile œcuménique peut définir cette question est fausse, car l’autorité pédagogique d’un Concile œcuménique n’est pas plus étendue que celle du Souverain Pontife romain (voir le 5e Concile du Latran, sess. 11 ; Concile Vatican I, sess. 4, c. 3, n. 8).
Le 31 mai 2019
Cardinal Raymond Leo Burke, Patron de l’Ordre Souverain Militaire de Malte
Cardinal Janis Pujats, archevêque émérite de Riga
Tomash Peta, archevêque de l’archidiocèse de Sainte Marie à Astana
Mgr Jan Pawel Lenga, archevêque-évêque émérite de Karaganda
Athanasius Schneider, évêque auxiliaire de l’archidiocèse Sainte-Marie d’Astana

© leblogdejeannesmits pour la traduction

Francesca de Villasmundo


Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

10 commentaires

  1. C’est vrai que Mgr Lefebvre avait vu dès 1966 (oui 1966) les conséquences effroyables du concile Vatican II et ses textes hérétiques (Nostra Aetate, Dignitatis humanae, Gaudium et Spes …) qui allaient entrainer une destruction généralisée de la Foi catholique. Il faut lire la lettre qu’il adressait au cardinal Ottaviani le 20/12/66 alors qu’il était supérieur général des pères du Saint Esprit. C’est bien Vatican II qui est un véritable poison et qu’il faut rejeter.
    Malgré tout il faut saluer la déclaration de ces deux cardinaux et trois évêques qui même s’ils ne rejettent pas ouvertement Vatican II rappellent les vérités éternelles et n’hésitent pas à citer le concile de Trente, Pie XI et Pie XII. Du reste (sauf erreur de ma part) cette déclaration ne se réfère pas à Vatican II et ne le cite pas.

  2. Soupape says:

    Je veux poser une question sur ce que tout catholique croit savoir,
    sans le savoir vraiment.

    Je veux parler de la Messe, et de son aspect sacrificiel.

    Jusqu’à il y a peu, je concevais la Messe comme “l’habillage” liturgique
    du sacrement de l’Eucharistie.

    Puis les progrès aidant, j’ai conçu la Messe comme le sacrement de “l’Union à Dieu”.

    Mais aujourd’hui, je bloque sur l’aspect sacrifice.

    Si on me dit :
    la Messe est le lieu où les participants s’unissent à Dieu,
    pour s’offrir eux-mêmes et ensemble au service de Dieu.
    je suis D’ACCORD avec cette idée

    En effet nous devons accepter de NOUS sacrifier à la suite du Christ,
    comme Lui-même s’est sacrifié pour vaincre le Péché, c’est à dire le Péché originel,
    qui nous plonge dans une décadence sans nom.

    Jésus est mort pour avoir voulu dire la Vérité jusqu’au bout …
    Car mourir pour dire la Vérité jusqu’au bout … libère les hommes !
    Les vrais politiques en savent quelque chose !

    Mais si je reviens à l’Epitre aux Romains et à celle aux Hébreux,
    j’ai l’impression qu’on cherche à maintenir dans le christiannisme
    la notion de “sacrifice” … au sens païen du terme,
    un peu comme si on se croyait obligé de “caser”
    les anciens prêtres du judaïsme …

    Les païens, qui adoraient les idoles égyptiennes, grecques ou romaines,
    partageaient la notion spontanée du sacrifice suivante :
    je consens à retrancher de mes richesses un animal de gros bétail,
    pour m’attirer la faveur des dieux, … et aussi une “bonne réputation” !.

    Yawhé, accepta provisoirement ce comportement répandu,
    compte tenu de la rudesse des mœurs … du peuple israëlite …

    Mais, comme l’écrit Paul aux Hébreux : le sang d’un taureau ou d’un bouc,
    ne peut pas effacer les péchés …

    Les choses se simplifient beaucoup si on dit que le peuple des fidèles
    se rassemble à la Messe pour s’offrir lui-même à Dieu, collectivement, à la suite du Christ.

    Mais cette position est-elle de bonne théologie ?

    Si quelqu’un sait quelque chose sur ce sujet,
    merci de me répondre.(même s’il est Cardinal ! )

    • Cadoudal says:

      st Thomas d’ Aquin traite de la messe comme du rite du sacrement de l’ Eucharistie

      (somme théologique III-q 83 le rite du sacrement de l’ Eucharistie )

      • Soupape says:

        Merci de vos références.

        Je ne vous ai pas répondu sur Saint Thomas d’Aquin,
        pour plusieurs raisons.

        D’une part, la Somme de Saint Thomas n’est pas accessible au commun.
        Pour pouvoir en parler un peu,
        il me faudrait passer au moins un an à ne faire que ça.
        Et encore, il faut au moins 5 ans (et parfois 7 ans) aux dominicains
        pour former leurs spécialistes en la matière …

        D’autre part, je dois le respect à Saint Thomas,
        et je ne peux m’engager à la légère dans une polémique à son sujet.

        De Saint Thomas, j’ai commencé à lire la Chaine d’Or.

        Elle est beaucoup plus abordable, et très intéressante.
        Il n’y a pas tout l’attirail compliqué des catégories d’Aristote …
        et Saint Thomas se préoccupe surtout du sens religieux des 4 Evangiles,
        ce qui est tout à fait ce que je cherche …

        Pour le reste j’ai conservé ma méthode :
        celle de demander à Dieu le sens de ses Paroles,
        puisque, pour moi, cette méthode a manifestement fait ses preuves.

        Il reste que vous m’avez forcé à prendre contact avec l’oeuvre de St Thomas,
        ce qui est une bonne chose. Sans vous je ne connaitrais pas la Chaîne d’Or.
        Dieu vous a peut-être utilisé pour cela !

        Bien à vous.

        • Cadoudal says:

          le livre de st Thomas le plus intéressant est sans doute son commentaire de l’ Évangile de st Jean.( ce que disent les dominicains)

          .

          • Soupape says:

            Oui, ce sont les Tomes 7 et 8 de la Chaîne d’Or.

            Mais on ne comprend St Jean,
            à travers les allusions très pénétrantes de St Thomas,
            qu’après avoir fait soi-même … tout un parcours personnel …

            Sinon c’est inaccessible …

            On ne peut pas proposer ça à un novice :
            il n’y comprendrait rien,
            et on risquerait même de l’ébranler …

            D’où un problème de pastorale :
            il faut savoir procéder par étapes successives.
            La Vie spirituelle ne s’acquiert pas en un jour !

            Et puis, c’est Dieu Lui-même qui donne cette Vie …
            à celui qui la cherche …

            Dieu ne PEUT PAS la donner …
            à quelqu’un qui ne cherche pas …

            parce que celui qui ne cherche pas …
            n’est pas en état de réceptivité …

            D’où le caractère FONDAMENTAL de la 1ère Béatitude :

            “Beati pauperi spiritu”

            Cette Béatitude signifie que
            pour comprendre la Parole de Dieu,
            il faut impérativement le demander à Dieu, …
            afin d’être en état de réceptivité.

            J’en reviens toujours au même point !

            Les esprits forts, bardés d’idées préconçues,
            ne peuvent rien recevoir, car ils sont fermés.

            C’est pourquoi “ils ont des oreilles pour ne rien entendre”,
            “et des yeux pour ne point voir” …

            Ce n’est pas de la faute de Dieu, mais de l’homme !

    • M Soupape comme vous ne savez pas ce qu’est la Sainte Messe voici la définition de la Messe donnée par le concile de Trente (rien à voir avec la définition hérétique du franc-maçon Bugnini destructeur de la vraie Messe catholique).
      « Le Sacrifice de la Messe est le
      renouvellement non sanglant du Sacrifice
      du Calvaire ». : « Dans ce Divin Sacrifice,
      le même Christ est contenu et immolé
      d’une manière non sanglante, Celui qui autrefois
      S’offrit d’une façon sanglante sur
      l’autel de la Croix »
      Le Concile continue : « Nous
      confessons que le Sacrifice de la Messe est
      le même Sacrifice que celui de la Croix,
      car la Victime est la même, à savoir le
      Christ Notre Seigneur, qui S’offrit Luimême
      comme Sacrifice sanglant sur l’autel
      de la Croix. La victime sanglante et non
      sanglante est la même, dont le Sacrifice est
      renouvelé chaque jour dans la Sainte Eucharistie
      à la demande de Notre Seigneur :
      faites ceci en mémoire de Moi ».
      « Le Prêtre est aussi le même, le
      Christ Notre Seigneur, car c’est le ministre
      qui offre le Sacrifice, consacre les saints
      mystères, non en sa personne propre, mais
      en celle du Christ, comme le montrent les
      mots de la Consécration, car le Prêtre ne
      dit pas ‘Ceci est le Corps du Christ’, mais
      ‘Ceci est Mon Corps’. Agissant ainsi, il
      change la substance du pain et du vin en la
      substance même du Corps et du Sang de
      Notre Seigneur ».

      • Soupape says:

        Merci de votre réponse.

        Je n’ai aucun problème sur la Transsubstantiation.
        Matthieu rapporte même : “Hic est ENIM sanguis meus (…)” selon la Vulgate latine de fsspx.
        ENIM = en effet, vraiment.

        Par contre, il me semblerait plus normal
        que les fidèles participent, eux aussi, au renouvellement du Sacrifice du Christ,
        en se mettant, eux aussi, dans les mêmes dispositions que celles du Christ,
        c’est à dire en se tenant prêts à se sacrifier eux-mêmes,
        puisqu’ils prévoient de s’unir au Christ en fin de Messe.

        Or ce point n’est jamais clairement explicité.

        Selon mon souvenir, les missels d’avant 1958 évoquaient un peu cet aspect,
        mais cela passait largement au dessus de ma comprenette.

        En tout cas, il faut abandonner la conception païenne du sacrifice,
        voire même la conception juive,
        pour passer à la conception catholique du Sacrifice.

        En effet, il ne s’agit plus de “sacrifier” un animal,
        en “l’immolant”, ce qui a un aspect “magique”,
        mais de prendre des forces auprès de Dieu,
        pour se tenir prêts à aller éventuellement jusqu’à faire le Sacrifice de sa Vie,
        afin de communier vraiment au Sacrifice du Christ.

        La Messe serait alors une sorte de consécration de soldats de Dieu,
        et serait ainsi plus clairement vécue.

        Je ne fais que poser une question.
        Mais elle mérite d’être examinée.
        Bien sûr, on ne peut pas demander la réponse à Dégringoglio.

        L’abbé Billecocq a fait des conférences de catéchisme sur ce sujet,
        que j’ai visionnées, et qui m’ont intéressées.
        Mais dans sa dernière conférence consacrée à l’aspect sacrificiel de la Messe,
        le passage-clé m’a paru un peu compliqué, et je n’ai pas réussi à le comprendre :
        “le prêtre représente le Christ, … qui offre le Christ”.

        • Mais oui bien sûr les fidèles participent de tout leur cœur au Sacrifice de Notre Seigneur en assistant à la Sainte Messe mais je précise bien que c’est le prêtre qui offre le Sacrifice de la Messe (renouvellement non sanglant du Sacrifice de la Croix) et non les fidèles comme essaient de le faire croire les modernistes qui ont détruit et dénaturé la Messe.

          • Soupape says:

            à TD

            Finalement, ce serait bien si, à la Messe,
            le prêtre prononçait l’intégralité des Paroles du Christ,
            rapportées au verset 28 du Ch. 26 de Matthieu.

            “Hic est ENIM sanguis meus,
            “NOVI testamenti,
            “qui, PRO multis effunditur,
            “in remissionem PECCATORUM”,

            au lieu de se contenter de dire à haute voix la seule 1ère incise,
            mais de marmonner ensuite des choses plus ou moins tenues secrètes.

            Ainsi on afficherait clairement la dimension sacrificielle de la Messe …

            2 – Par ailleurs la communion sous les deux espèces semble nécessaire.

            a) la communion au Corps du Christ, sous les espèces du Pain,
            c’est pour prendre des forces, afin de se diriger vers l’Union à Dieu.

            b) la communion au Sang du Christ,
            c’est pour “lutter contre le péché jusqu’au sang”
            (selon l’appréciation portée par St Paul dans l’Epitre aux Hébreux)
            avec les deux aspects du “vin” :

            la douleur de l’effusion de sang du martyre libérateur,
            mais aussi la Joie de reboire le vin au Paradis, après avoir reçu la couronne.

            C’est ce dernier aspect que Jésus semble vouloir indiquer
            lorsqu’il prononce le verset 29 de Matthieu,
            après avoir prononcé le verset 28 …
            .
            3 – Je précise qu’il ne m’est jamais venu l’idée saugrenue
            suivant laquelle les fidèles pourraient remplacer le prêtre !

            4 – Autre idée : la Messe a longtemps comporté 2 parties :
            la Messe des catéchumènes
            (à l’issue de laquelle, ils devraient normalement sortir) ;
            puis la Messe des baptisés (Canon de la Messe).

            Une 3ème partie serait concevable :
            elle serait réservée à la communion au Sang du Christ,
            ceci afin de respecter les étapes de la Vie spirituelle,
            parce que, généralement, on ne peut pas en arriver là d’emblée !

            Ces étapes semblent être les suivantes :

            d’abord décider de prier ;
            (avant même de recevoir tout sacrement,
            il faut avoir acquis une Vie de prière,
            sinon on est guetté par le simulacre, puis par le renoncement) ;
            puis commencer la Vie sacramentelle ;
            puis, grâce aux sacrements, avancer vers l’Union à Dieu ;
            puis enfin, se préparer à un éventuel Sacrifice suprême.

            Bien sûr, ceci n’est qu’une simple proposition,
            qui reste à améliorer, en examinant l’Histoire de la Messe.
            Car il faut trouver une solution pour que la 3ème partie
            ne tourne pas à une manifestation d’orgueil spirituel !
            C’est peut-être pourquoi, avant de célébrer sa Première Messe,
            Jésus a lavé les pieds des participants …

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Nos caisses sont vides. Nous avons besoin de vous pour continuer !

Plus de précisions ici :

https://www.medias-presse.info/medias-presse-info-a-vraiment-besoin-de-votre-soutien/112928/

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !