La société post-contemporaine corrompt tout et ne connaît pas la beauté. L’antique maison italienne de haute couture Gucci, n’échappe pas à la règle. Après avoir donné le ton d’un certain chic raffiné italien, la marque aux bandes vert/rouge/vert, devenue un fond d’investissement pour financiers apatrides, se vautre aujourd’hui dans le politiquement et sexuellement corrects, à en vomir. Et glorifie les droits individuels et la société arc-en-ciel !

Ainsi le temps d’un défilé de mode, les belles statues antiques d’un des plus beaux musées du monde, les musées du Capitole de Rome, plus réelles et vraies que les riches jet-setteurs grégaires présents et aussi horriblement avilis que les mannequins, ont fait d’écrin à un défilé des horreurs en mouvement. Qui a vanté l’avortement et le monde lgbt…

« Gucci s’engage depuis longtemps en faveur des femmes et des jeunes filles du monde entier, soutient les droits sexuels et reproductifs, la santé maternelle et la liberté de choix individuelle » lit-on sur le compte Instagram officiel de la marque. Qui veut répondre ainsi aux nouvelles lois restrictives en matière d’avortement prises dans divers états des États-Unis.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Moments before the #GucciCruise20 fashion show unfolding at Rome’s Capitoline Museums @museiincomuneroma, a look with ‘22.5.78’ refers to the date established of the Italian statute for the social protection of motherhood and the voluntary interruption of pregnancy, better known as statute 194. This jacket is created from @alessandro_michele’s continuing vision of freedom, equality and self-expression. Since founding @chimeforchange in 2013—the global campaign that represents and advocates for gender equality—@gucci has a longstanding commitment to women and girls by funding projects around the world to support sexual and reproductive rights, maternal health, and the freedom of individual choice. Because none of us can move forward if half of us are held back. Learn more about the global partners for sexual and family health rights the campaign is donating to in 2019, which can be found in @chimeforchange’s link in bio. #AlessandroMichele #MuseiCapitolini

Une publication partagée par Gucci (@gucci) le

Sur la passerelle ont défilé, portés par des individus au sexe savamment indéfini, des blazers et des habits, l’un brodé d’un utérus, les autres agrémentés de slogans féministes des années 70’, « My body my choice » ou par la date du 22.5.78, celle de la loi italienne 194 autorisant l’avortement.

Depuis 2013, Gucci soutient la campagne mondiale Chime for Change qui recueille des fonds destinés à favoriser par le biais de l’avortement et des droits lgbt, des droits sexuels et reproductifs, la culture de mort dans le monde, et tout particulièrement les pays encore proches de la loi naturelle. Parmi les co-fondateurs et partenaires de ce projet, on retrouve des noms connus de la haute finance et de la société à paillette, Salma Hayek Pinault et Beyoncé, et des fondations et multi-nationales mondialistes telles Kering Foundation, Hearst Magazines, Facebook, ainsi que la Bill & Melinda Gates Foundation. L’année dernière Gucci avait milité en faveur des « réfugiés ».

Comme quoi aucune des causes dictées par la conscience morale universelle ne lui est étrangère…

Francesca de Villasmundo




Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

UDT 2019 de CIVITAS : inscrivez-vous !

9 commentaires

  1. Gucci hot = gout d chiottes ,, encore des benis par le satan ,,,

  2. on croirait un défilé de morts-vivants

  3. Alexderome says:

    Quel naufrage , heureusement mes amis de Casapound effectuent ”du bon boulot” comme dirait un diplomate bien connu pour sa bien-pensance

  4. Geneviève says:

    Tiens « PINAULT », eux qui se sont aussi précipités pour la reconstruction de Notre-Dame, en offrant 200 millions le soir même de l’incendie. Ainsi nous avons bien la preuve que leur projet n’est en rien la préservation ou la promotion de l’Eglise Catholique.
    Derrière ce geste il y a en fait de la perversité : d’une part, transformer Notre-Dame en un « commun » comme dit Castaner, c’est-à-dire la transformer en un Temple maçonnique ou du moins en un temple de la nouvelle religion noachique et d’autre part métamorphoser toute l’île de la Cité en une immense plat-forme commerciale et hédoniste.

  5. daflon says:

    J’adore le nègre en rose (avant dernier). Imaginez le dans sa jungle habillé ainsi. il finirait en casse croute pour les baloubas.

  6. sybile says:

    des ideologies mortifieres des petits caprises entres individus qui se complets dans les diviances individuels et se glories sans pudeures sans foi ni loies

  7. Jean Vignard says:

    L’athéisme de cette gouvernance de gauche promeut l’avenement et la glorification du satanisme.

    Sans oublier tous ces technocrates (influenceuses and co) qui vont relier l’information pour faire accepter ces horreurs aux chères petites têtes blondes.(décolorées et en couple avec un migrant).

  8. lafforest says:

    mais qui donc peut acheter de telles bêtises?
    les faiseurs de votre opinion, vous les snobs snobbés!