La ville de Montpellier connaît depuis quelques mois une spectaculaire recrudescence de la violence. Une situation particulièrement alarmante alors que certains chiffres sur la délinquance dans le département de l’Hérault ne cessent de grimper.

Montpellier sombre dans la violence

Un client grièvement poignardé cette nuit au Rockstore, un piéton blessé par balle lundi au Millénaire, la veille un homme a été abattu au fusil de chasse dans la cité Paul Valéry, des tirs de kalachnikov dans le quartier Croix-d’Argent le même jour… la période estivale a été très chaude à Montpellier cette année !

Entre ce déchaînement de violence et la nouvelle délinquance de certains groupes de jeunes clandestins qui vivent grâce au vol à l’arrachée dans le secteur du centre-ville, Montpellier commence à avoir un véritable problème de sécurité. Un problème qui, certes, n’est pas nouveau mais qui prend une telle ampleur qu’il devient urgent d’intervenir.

D’ailleurs, les Montpellierains en sont bien conscients. Dans le sondage IFOP du mois de juillet sur l’état de satisfaction des habitants de la ville à propos de l’action de Philippe Saurel, la question de la sécurité est l’un des sujets où les Montpellierains sont le moins satisfaits (avec la propreté).

Premier politique à réagir sur la question, le candidat des Républicains pour les prochaines municipales, Alex Larue, a réclamé « la tolérance zéro » après avoir constaté que « l’été qui s’achève restera marqué par une vague de violence d’une intensité inédite dans l’histoire récente de la ville ».

Une situation qui ne date pas d’hier

L’explosion de la violence aujourd’hui à Montpellier n’est pas vraiment une nouveauté mais s’inscrit dans un processus long dans le département. En vérité, depuis 1998, le nombre de victimes de coups et blessures a connu une augmentation de 357 % selon les chiffres de l’Observatoire National de la Délinquance et des Réponses Pénales rapporté par le site « ville-data ».

En effet, on comptait 1 082 victimes de coups et blessures en 1998 contre 4 949 victimes en 2018 dans le département de l’Hérault.

Source : Lengadoc Info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

4 commentaires

  1. Daflon says:

    Une majorité a voté pour des mondialistes. Puisqu’ils aiment ça, qu’ils en bouffent. Ils ont fait entrer volontairement la violence et le mal chez eux.

  2. LANKOU DU says:

    Un grand nettoyage (épuration/éradication ) s’impose et au diable les gauchos et autres pourritures d’ONG accueillantes pour la vermine !

  3. balaninu says:

    Le problème est que tous ces malfrats sont AUTOMATIQUEMENT remis en liberté après leur arrestation seulement quelques heures après !!!! les avocats, juges et cie ne font RIEN systématiquement RIEN lorsqu’il s’agit de personnes qui devraient ne PAS ETRE sur NOTRE sol ! surtout lorsqu’ils ont fait un crime. Moi ce que j’en dis….

  4. Soupape says:

    Le macron-EXIT … est dans les tuyaux … avec le Br-EXIT …

    Même les capitalistes … ont peur que la violence s’étende aux entreprises.

    Macron, apprenti sorcier, … ta dernière année de pouvoir est venue !

    Tout le monde va te lâcher !

    Démissionne … pendant qu’il est encore temps.

    Après, tu ne pourrais même plus partir en exil.

    Cf “L’apprenti sorcier”, de Paul Dukas.