Un récent rapport d’enquête de MintPressNews a révélé que des centaines d’anciens agents du renseignement militaire de « l’organisation d’espionnage israélienne notoire » Unit 8200 ont acquis des positions d’influence dans plusieurs grandes entreprises technologiques, dont Google, Facebook, Microsoft et Amazon.

Selon un simple regard sur des profils professionnels sur LinkedIn, Google emploie actuellement au moins 99 anciens agents de l’unité 8200 et Microsoft en emploie 166.

Et comme l’a expliqué le journaliste Alan MacLeod, ces chiffres sous-estiment certainement la collaboration entre ces grandes entreprises technologiques et cette unité de renseignement israélienne, car ces chiffres n’incluent pas ceux qui n’ont pas de compte LinkedIn, ou ceux qui maintiennent de tels profils mais ont obéi à la loi militaire israélienne qui les oblige à dissimuler leur affiliation à cette unité spéciale.

L’unité 8200 peut être décrite comme « la NSA d’Israël » et a été liée au développement de méthodes de surveillance répressive.

En ce qui concerne les actes d’oppression spécifiques commis par l’unité 8200, un groupe de 43 réservistes de l’unité israélienne a adressé une lettre ouverte en 2014 au Premier ministre Benjamin Netanyahu l’informant, ainsi que d’autres supérieurs militaires, qu’ils ne serviraient plus dans cette unité militaire en raison de sa « persécution politique » du peuple palestinien.

Jeffrey Epstein aurait également été un espion israélien qui a recueilli des informations incriminantes sur des hommes puissants à des fins d’extorsion, MacLeod explique que l’unité 8200 a utilisé les mégadonnées pour compiler des dossiers sur un grand nombre de personnes y compris leurs antécédents médicaux, vies sexuelles et historiques de recherche, afin qu’elles puissent être utilisées comme moyen de pression plus tard.

Le journaliste MacLeod résume :

« Que cette organisation ait autant d’agents (littéralement des centaines) à des postes clés dans de grandes entreprises technologiques auxquelles le monde confie nos données les plus sensibles (médicales, financières, etc.) devrait être une grave préoccupation. »

Selon Edward Snowden, cette surveillance exercée par l’unité 8200 s’applique également aux Américains et aux autres citoyens dans le monde. En 2013, Snowden, qui travaillait comme sous-traitant pour la CIA, a divulgué des documents gouvernementaux hautement classifiés de la National Security Agency (NSA) révélant comment le gouvernement fédéral collectait les métadonnées de millions d’Américains sans aucun lien avec le terrorisme.

Selon Elizabeth Goitein , « La NSA partage [ces] données brutes avec plusieurs autres agences – y compris le FBI et la CIA – et toutes conservent les données pendant un minimum fonctionnel de cinq ans. » Pourtant, en plus de ces agences américaines, les fuites de Snowden ont révélé que la NSA transmet également ces données brutes non filtrées à l’unité 8200 d’Israël, ce qui signifie que cette agence militaire étrangère espionne également les citoyens américains.

Dans une interview sur le sujet, MacLeod a expliqué comment cet arrangement démontre la certaine intimité partagée entre l’État profond américain et le gouvernement israélien qui, selon lui, est « vraiment traité comme… un allié de confiance de l’État américain de sécurité nationale ».

Alors que trois ans de service militaire sont requis pour tous les citoyens juifs d’Israël, les meilleurs et les plus brillants des jeunes de la nation rivalisent pour être admis dans l’unité 8200, qui a été appelée  » Harvard d’Israël « .

Sur la base des compétences acquises grâce à cette formation militaire de haute technologie, de nombreux anciens poursuivent des carrières lucratives dans des domaines technologiques en concevant des applications populaires telles que le service de cartographie Waze et le service de communication Viber.

Pourtant, selon un commentateur, ils ont également trouvé des entreprises qui étendent « l’expérience de « surveillance » d’Israël en Palestine » au reste du monde. L’une des raisons pour lesquelles les Palestiniens sont soumis à une telle surveillance oppressive est « parce qu’ils sont les participants involontaires d’une expérience israélienne très rentable », a écrit l’auteur et journaliste Ramzy Baroud .

Ces expériences incluent la mise en œuvre de la technologie de reconnaissance faciale « Blue Wolf » qui, selon le Washington Post l’année dernière, est « l’un des déploiements les plus élaborés d’une telle technologie par un pays cherchant à contrôler une population ».

Baroud observe que de telles expériences permettent aux entreprises israéliennes de promouvoir leur « sinistre » technologie de sécurité « au reste du monde comme » éprouvée sur le terrain « , ce qui signifie qu’elles ont été utilisées contre les Palestiniens occupés ».

Les vétérans de l’unité 8200 continuent également à travailler dans des entreprises telles que NSO Group, qui, selon MacLeod, est « une entreprise de technologie privée » dont le personnel est principalement composé d’anciens membres de l’unité.

Cette société a créé une « arme de cybersurveillance » appelée Pegasus qui a été utilisée pour espionner plus de 50 000 personnalités dans le monde, dont près de 200 journalistes et plus de 600 hommes politiques, dont le président français Emmanuel Macron, le président Barham Salih et le Premier ministre pakistanais Imran Khan.

Une autre entreprise appelée Toka a été « créée par l’ancien ministre de la Défense et Premier ministre israélien, Ehud Barak, avec l’aide d’un certain nombre d’officiers de l’Unité 8200 », a écrit MacLeod . Agissant efficacement comme « un groupe de façade pour les opérations d’espionnage du gouvernement israélien », cette technologie « peut infiltrer n’importe quel appareil connecté à Internet, y compris les téléviseurs, les réfrigérateurs et autres appareils ménagers ».

« Une troisième société d’espionnage privée remplie de diplômés de l’Unité 8200 est Candiru », qui, selon le journaliste, est largement considérée comme à l’origine des attaques de logiciels malveillants observées en Arabie saoudite, aux Émirats arabes unis, à Singapour, au Qatar et en Ouzbékistan.

Parmi les vétérans de l’unité 8200 embauchés par Google figurent Gavriel Goidel, responsable de la stratégie et des opérations de recherche, qui a servi dans l’unité de renseignement de 2010 à 2016 ; Jonathan Cohen, responsable des connaissances, des données et des mesures (2000-2003) ; et le responsable des partenariats produits Ben Bariach , qui s’est concentré sur « le contenu controversé, la désinformation et la cybersécurité » pour la grande organisation technologique de 2018 à 2020 et a servi dans l’unité en tant qu’officier du cyber-renseignement entre 2007 et 2011.

MacLeod souligne également comment Google semble « recruter activement des membres actuels de l’organisation controversée », remarquant comment  » Gai Gutherz a quitté son poste de chef de projet à l’unité 8200 et est entré dans un emploi à temps plein chez Google en tant qu’ingénieur logiciel » en 2020. Citons aussi « Lior Liberman, qui semble avoir fait de même en 2018 » en prenant un poste de responsable de programme chez Google après 4 ans dans le renseignement militaire. Plus tôt cette année, elle a quitté Google et travaille maintenant chez Microsoft.

MacLeod a également documenté comment « de grandes entreprises technologiques comme Twitter, Facebook, Google, TikTok et Reddit ont embauché des centaines d(ex-agents de la CIA, de la NSA, du FBI, des services secrets, de l’OTAN et d’autres agences de renseignement » ces dernières années.

Bien qu’aucune de ces informations ne fournisse la preuve que l’un de ces employés est une taupe ou agit d’une manière problématique, le simple nombre de ces individus issus d’une agence de renseignement militaire devrait naturellement susciter des inquiétudes.

Et de telles pratiques d’embauche peuvent simplement aider à expliquer le schéma des grandes organisations technologiques manipulant les électeurs swing lors d’élections cruciales, censurant les informations sur le COVID et les élections de 2020, et travaillant avec les agences gouvernementales américaines pour cibler les ennemis politiques du régime Biden.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Abonnement Revue Civitas!

Et si vous vous abonniez à la revue Civitas pour un an ? Et en plus économies sur les frais de port ! Pourquoi vous priver ?

Le numéro 82 – Franc-maçonnerie, déjà sorti !

Cliquez ici pour vous abonner.

%d blogueurs aiment cette page :