Canada – Un jeune garçon de 18 ans a été arrêté à deux reprises en raison de sa position publique contre la promotion coercitive des vaccins COVID-19 auprès des enfants.

Le jeune de 18 ans, connu sous le pseudonyme de “Evan Freedom” dans la presse écrite, est un élève qui termine ses études au Nutana Collegiate. Un responsable de l’école l’avait sorti de sa classe le matin du 20 mai et l’avait conduit dans un bureau où il avait été arrêté et menotté par deux agents du service de police de Saskatoon. Il a été discrètement emmené par une porte dérobée, emmené dans un poste de police, où la police a pris ses empreintes digitales, l’a photographié, gardé dans une cellule pendant plus de six heures et inculpé d’un chef de trouble à l’ordre (« en criant »).

“J’étais absolument abasourdi”, a déclaré Evan. “Je ne pouvais pas le croire.”

Sa jeune carrière en tant que militant pour la défense des libertés fondamentales a commencé l’été dernier lorsqu’il a commencé à examiner les allégations concernant le coronavirus. “Cela me semblait juste sommaire”, a-t-il déclaré.

Mais Evan a commencé à se rendre à des rassemblements anti-confinement et à dénoncer publiquement les masques, les restrictions sanitaires et les vaccins expérimentaux COVID-19 il y a seulement deux mois. Fin avril, il s’est rendu à un rassemblement pour la liberté à Regina, en Saskatchewan. Quelques jours plus tard, il a rencontré un autre militant contre la dictature sanitaire du même âge que lui, Cody Kuntz, 18 ans, lors d’un rassemblement pour la liberté axé spécialement pour les enfants. Ils étaient deux des quatre jeunes orateurs. Evan a continué d’assister à des rassemblements pour la liberté dans différentes villes de la Saskatchewan au début du mois de mai. Puis, le 11 mai, Evan, Cody et un troisième garçon ont participé à deux actions de protestation qui leur ont causé des ennuis avec la police.

Sous l’impulsion des étudiants du Tommy Douglas Collegiate de Saskatoon, à qui Evan et Cody parlaient de la gestion de COVID-19, les collégiens ont voulu voir comment les enseignants réagiraient s’ils ne portaient pas de masques. 

“Tout ce que nous avons fait ce jour-là [à Tommy Douglas] était d’aller parler à des enfants à l’extérieur et de traverser l’école”, a déclaré Cody Kuntz. «Nous voulions également parler à des enfants à l’intérieur, ce que nous n’avons jamais pu faire car il y avait peu ou pas d’enfants à l’intérieur. Nous y sommes restés environ trois minutes et 15 secondes. Le directeur, je crois, est venu en courant après ma voiture en prenant des photos de ma plaque d’immatriculation.

Les garçons ont ensuite traversé la ville pour se rendre à l’école primaire Pape Jean-Paul II, où ils se sont tenus de l’autre côté de la rue avec des pancartes encourageant les conducteurs à « Klaxonner pour la liberté ». Un autre panneau s’adressait aux enfants – qui, en vertu des dispositions de vaccination COVID-19 du « mineur mature » ​​de la Saskatchewan peuvent choisir de se faire vacciner sans le consentement de leurs parents –  et leur disait « Just Say No ». Un troisième panneau demandait : « Démasquez les enfants. »

« La police est venue nous parler et nous a envoyé un avertissement verbal nous disant de ne plus recommencer, sinon nous pourrions être inculpés et verbalisés », a déclaré Cody.

Evan a identifié l’un des agents comme étant l’agent Amy; qu’il a retrouvé parmi les officiers de police venus qui l’arrêter.

“Nous avons ensuite fait des allers-retours avec la police pour poser des questions et discuter avec eux”, a poursuivi Cody. « La police est ensuite partie et un officier s’est assis à quelques centaines de mètres dans une voiture de patrouille et nous a observés. On ne nous a jamais demandé de partir parce que nous n’enfreignions pas la loi.

Cody a confirmé qu’en moins d’une semaine et demie, Evan avait été arrêté et qu’un mandat d’arrêt avait été lancé contre lui. Il s’est rendu et a été arrêté le 21 mai.

« J’ai les mêmes accusations que lui : trois chefs de méfait de plus de 5 000 $ d’amende et un chef de trouble à l’ordre public en criant », a-t-il écrit.

On leur a dit plus tard que trois écoles élémentaires avaient été fermées à cause de leurs protestations.

L’une des conditions de la libération d’Evan était qu’il ne communique pas avec son ami Cody, “directement ou indirectement”, un point qu’Evan s’empresse de souligner, car ayant assisté aux mêmes rassemblements que Cody par la suite – ils s’étaient tenus dos à dos sans parler. l’un à autre, a déclaré Evan – mais cela a conduit à sa deuxième arrestation le 28 mai.

« Cela s’est également produit à l’école », se souvient-il. «Je suis sorti pour ma pause de l’après-midi. J’ai vu une voiture Ressource [police affectée aux écoles] et un agent Ressource à côté de celle-ci. Ils riaient. Ensuite, j’ai vu la voiture de l’agent Amy, et il y avait deux policiers à l’intérieur.

Evan a déclaré à LifeSiteNews que l’agent Amy s’était approché et lui avait dit qu’il était à nouveau en état d’arrestation. C’était pour avoir prétendument violé ses conditions. Evan est très indigné à ce sujet, disant qu’il n’a pas violé ses conditions, et que s’il l’avait fait, il était censé payer une amende de 500 $, sans être arrêté. Et cette fois, son arrestation a été un peu plus publique, puisqu’il a été conduit devant l’école jusqu’à la voiture.

“Ils m’ont traité comme un animal”, a-t-il déclaré. “C’était dégoûtant.”

Evan a été emmené au poste de police où, dit-il, l’officier responsable de l’Unité des ressources scolaires lui a avoué que son arrestation avait été traitée en priorité alors qu’il eut été plus normal que la police s’occupe d’une affaire bien plus importante liée à la plainte de quatre enfants qui alléguaient avoir été agressés sexuellement dans un lycée.

Evan a été gardé dans une cellule pendant la nuit et a comparu le lendemain matin devant un juge qui a renoncé à l’amende de 500 $, a semblé surpris qu’Evan soit même là avant lui et l’a renvoyé.

Evan et Cody sont tous deux farouchement opposés aux obligations de port de masque à Saskatchewan et à la vaccination des enfants à partir de 12 ans. Les écoles injectent des vaccins expérimentaux à des enfants aussi jeunes que 13 ans sans le consentement des parents, grâce aux dispositions de la province sur le « consentement du mineur mature » .

“Je pense qu’un enfant de 12 ans n’est pas capable de prendre la décision de se faire vacciner”, a déclaré Cody par e-mail. « Il faut avoir 16 ans pour conduire une voiture, 18 ans pour se faire tatouer, 18 ans pour voter et 19 ans pour boire à Saskatchewan. »

« Le cerveau d’un enfant de 12 ans n’est pas capable de prendre une décision de cette nature. Notre cerveau se développe jusqu’à l’âge de 25 ans. Un enfant de 12 ans ne connaît pas les risques et les dangers d’un vaccin. Un enfant de 12 ans est mal informé et connaît rarement toutes les informations. Ils entendent une version de l’histoire, et c’est [ce que] l’école leur impose.

Juste avant sa première arrestation, a déclaré Evan, son professeur d’anglais montrait à sa classe de lycée un film sur la nécessité de prendre un vaccin COVID-19.

“Il montrait cette longue vidéo, qui a fini par prendre une heure de mon cours d’anglais”, a-t-il déclaré. « [Il s’agissait de] comment le vaccin allait vous sauver, vous et votre famille. Mon professeur a dit que si vous ne comprenez pas, votre famille va mourir d’une mort lente et douloureuse».

Evan dit que son père ne « soutient » pas son activisme, mais que sa mère a été « plus que favorable ».

« Elle est incroyable, s’enthousiasme-t-il. «Elle a été avec moi de temps en temps, m’aidant, me guidant. Elle est l’une des meilleures personnes de ma vie en ce moment.

Pendant ce temps, Evan tient à souligner qu’il n’est “pas un anti-vaccin”, qu’il a reçu ses vaccins d’enfance ordinaires, et qu’il ne “fâcherait” jamais personne pour avoir pris le vaccin COVID-19.

Sa colère est réservée au gouvernement. « Je suis dégoûté de la façon dont le gouvernement déploie [le vaccin] », a-t-il déclaré. « Plus encore avec les écoles. Cela me donne envie de vomir, qu’ils prétendent laisser les pauvres petits enfants décider s’ils peuvent [prendre] un « vaccin » expérimental. Je n’aime même pas l’appeler ainsi. J’appelle ça une thérapie génique. C’est un génocide, si vous voulez mon avis.»

Cody Kuntz ne regrette pas du tout d’avoir parlé aux enfants des vaccins et des masques.

“Je suis content de ce que j’ai fait et je n’y retournerai pas”, a-t-il déclaré. « Je sais que ce que j’ai fait était bien et je sais que les enfants avaient besoin de plus d’informations. J’ai vu des enfants enlever leurs masques parce qu’ils savaient que ce qui se passait n’allait pas. Ils avaient juste besoin d’une deuxième approbation.»

Kelsie Fraser, porte-parole des services de police de Saskatoon, a confirmé au moins une des arrestations.

“Nous pouvons vous dire qu’un homme de 18 ans a été accusé de méfait et de trouble à l’ordre public le 11 mai 2021”. « Le 28 mai, il a été constaté que l’individu avait enfreint ses conditions imposées par le tribunal et a ensuite été arrêté le 1er juin vers 18 h 45. »

« Il a été libéré de garde à vue le lendemain matin après avoir comparu devant un juge de paix. Il devrait comparaître devant le tribunal le 23 juin. »

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

6 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Avez-vous lu les 4 évangiles ? Dans leur intégralité ?

Non, certainement. Beaucoup de chrétiens n’en connaissent malheureusement que de courts extraits lus à la messe.

Si vous en connaissiez le trésor, vous ne perdriez pas une minute. Ce livre ne peut-être plus beau, ce sont tous les détails de la vie de NSJC racontés par les 4 évangélistes.

%d blogueurs aiment cette page :