Parmi les multitudes qui tentent en ce moment de franchir la frontière grecque, certains se débarrassent discrètement de… leur uniforme militaire turc !

Ces images reprises par une Française sur son compte Twitter sont authentiques et ont préalablement été relayées par des médias grecs.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

6 commentaires

  1. Louis says:

    Vidéos épouvantables ! On pense à la conquête de Constantinople,un film 1453 le montre avec justesse. Cliquez sur les liens pour voir l’invasion.

    • pamino says:

      Il est temps de rendre la Turquie européenne à la Grèce.

  2. Avec la complicité active de tous les poly tiques,,,,TOUS les mêmes ,des traîtres criminels ,l ont prouvé avec les gj ,le cas Vincent Lambert ,etc etc ,,,enfin,,il faut chercher les non collabos ça ira plus vite ,,,,

  3. christian schwender says:

    si les chrétiens avaient été unis, les tuco-mongols seraient resté confinés dans les steppes de l’asie centrale.

  4. Fauchille says:

    Et si Rome avait été à la hauteur en évitant le chantage contre Byzance , ns n’en serions pas là. ” mieux vaut le turban turc à la mule papale “. Tout ceci pour avoir refusé , à juste titre , l’adjonction hérétique du filioque, qui dénature le credo originel du concile Nicée- Constantinople. La vengeance romaine se retourne contre elle, elle va payer son chantage d’alors !

    Que fait on par ailleurs de la persécution actuelle contre les chrétiens en Morbihan ?
    Qui le dénonce et va traîner le préfet devant les tribunaux d’internationaux ? Oû sont les manifs pour combattre cette persécution en gants de velours?

  5. Etienne says:

    Ce n’est pas impossible. Mais.
    Cette vidéo-ci est-elle plus vraie que celle des garde-côtes ?
    Pendant ce temps, Georges le calamiteux (alias François pour certains) est très malade : il n’a pas trouvé le temps de remercier son ami Merdogan pour toutes ses bontés. C’est dire s’il doit être, à peu près, à la mort.