Rien de nouveau sous le chaud soleil marocain dans les paroles bergogliennes ! Pour son 28e voyage apostolique, le pape François s’est rendu au Maroc où il a formulé ses sempiternels vœux pieux pour un futur monde fraternel et harmonieux, enfant bienheureux du dialogue inter-religieux et de l’accueil des « migrants » en terre européenne.

En cette terre maghrébine et d’émigration vers l’Eldorado de l’autre côté de la Méditerranée, El papa argentin a exhorté, comme à son habitude, à poursuivre le dialogue entre chrétiens et musulmans en professant que « les voies de la mission ne passent pas par le prosélytisme » et à abattre les murs et les frontières. Bien entendu, aucun appel à la conversion au Christ sauveur dont il est pourtant le Vicaire sur la terre, ni à rester en son pays natal pour les aspirants au départ vers l’Europe.

Tout au contraire, il a loué, devant le roi du Maroc, les autorités présentes et le peuple marocain, « la connaissance réciproque entre fidèles de nos deux religions » en travestissant la rencontre entre saint François et le Sultan Malik al-Kamil, devenue par la magie conciliaire une rencontre inter-religieuse avant l’heure et non plus cet appel vibrant à la conversion au christianisme proclamé par le poverello d’Assise au risque de sa vie. Le pape a parlé « du courage de la rencontre et de la main tendue » comme « voie de paix et d’harmonie pour l’humanité, là où l’extrémisme et la haine sont facteurs de divisions et de destruction ». Et en énonçant son souhait d’un chemin marqué par « la collaboration fructueuse et respectueuse » entre tous les croyants, il a visité l’Institut Mohammed VI. Et inauguré par là la première visite d’un pape dans une école pour imams !

Parallèlement à sa louange du dialogue œcuménique, il a plaidé la cause des « migrants ». En usant de paroles culpabilisantes, il a fustigé les opposants à l’immigration massive : le drame des migrants, a-t-il insisté, est « une grande et grave blessure qui continue à lacérer les début de ce XXIe siècle. Une blessure qui crie vers le ciel. » :

« Vous savez combien j’ai à cœur le sort, souvent terrible, de ces personnes, qui, en grande partie, ne laisseraient pas leurs pays s’ils n’y étaient pas contraints. »

Il a ainsi appelé « à passer des engagements pris » à des « actions concrètes » pour considérer les « migrants comme des personnes et non comme des numéros ». Et a critiqué le repli occidental sur ce thème : « Ce phénomène ne trouvera jamais de solutions dans la construction de barrières » ou « dans la diffusion de la peur de l’autre ». Sans surprise, il a condamné les gouvernements européens qui « laissent se noyer » des migrants ou les « renvoient en sachant que beaucoup d’entre eux tomberont entre les mains des trafiquants », et s’est félicité du fameux et si controversé Pacte mondial pour une migration sûre, ordonnée et régulière, signé en décembre 2018 à Marrakech dans le cadre des Nations unies, en espérant qu’il devienne « une référence pour toute la communauté internationale ». Il a réclamé aux gouvernements « l’élargissement des canaux migratoires réguliers » et s’est élevé contre « les formes d’expulsion collective », qui « ne doivent pas être acceptées ». Il a souhaité que le pacte conduise à « un changement de dispositions envers les migrants » à qui doivent être reconnus, « dans les faits et dans les décisions politiques, les droits et la dignité ».

Il a conclu en souhaitant, par le biais de l’intégration, l’instauration d’une « société interculturelle et ouverte », somme toute le pendant naturel à la société inter-religieuse à laquelle il travaille : « Il y a un chemin à faire ensemble (…), un voyage qui nous engage tous, migrants et autochtones, dans l’édification de villes accueillantes, plurielles et attentives aux processus interculturels » où resplendira en « oppos[ition] au fanatisme et au fondamentalisme la solidarité de tous les croyants », fondée sur « des valeurs communes ».

Œcuménisme et dialogue inter-religieux conciliaires sont les alliés objectifs du multiculturalisme et de l’immigrationnisme politiquement corrects. La Rome moderniste, progressiste et bergoglienne, fait bon ménage avec le plus pur esprit mondialiste : ce sont les deux tenailles destinées à détruire les nations et la civilisation chrétiennes afin de bâtir un utopique « meilleur des mondes » syncrétiste, pluriel et… sans Dieu !

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

6 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :