Le 20 mars 2020, le New York Times, quotidien américain peu suspect d’être incorrect, ouvrait ses colonnes au docteur Katz qui y publiait une tribune au titre allusif : Notre lutte contre le coronavirus est-elle pire que la maladie?

Le docteur Katz est un médecin américain, président de True Health Initiative et directeur fondateur du Yale-Griffin Prevention Research Centre. Dans son texte, il affirme qu’il existe des moyens plus ciblés, autre que le confinement et un futur vaccin, pour vaincre la pandémie.

« Nous distinguons systématiquement deux types d’actions militaires: le carnage inévitable et les dommages collatéraux des hostilités diffuses, et la précision d’une «frappe chirurgicale», ciblée méthodiquement sur les sources de notre péril particulier », écrit-il. « Alors que nous luttons contre la pandémie de coronavirus et que les chefs d’État déclarent que nous sommes «en guerre» contre cette contagion, (…) les États-Unis et une grande partie du monde ont choisi le premier » continue le docteur qui plaide pour une « approche chirurgicale » en développement l’immunité.

« Les pandémies surviennent, explique-t-il, lorsqu’une population entière est vulnérable – c’est-à-dire non immunisée – à un pathogène donné capable de se propager efficacement. L’immunité survient lorsque notre système immunitaire a développé des anticorps contre un germe, soit naturellement, soit à la suite d’un vaccin, et est entièrement préparé si l’exposition se reproduit. La réponse du système immunitaire est si robuste que le germe envahissant est éradiqué avant que la maladie symptomatique puisse se développer.

Surtout, cette réponse immunitaire robuste empêche également la transmission. (…) Quand suffisamment d’entre nous représentent de telles «impasses» pour la transmission virale, la propagation à travers la population est émoussée et finalement arrêtée. C’est ce qu’on appelle l’immunité collective. »

Pour donner poids à son argumentation, le docteur revient sur les données de Corée du Sud :

« Les données de la Corée du Sud, où le suivi du coronavirus a été de loin le meilleur à ce jour, indiquent que jusqu’à 99% des cas actifs dans la population générale sont «bénins» et ne nécessitent pas de traitement médical spécifique. Le faible pourcentage de cas qui nécessitent de tels services sont fortement concentrés parmi les personnes de 60 ans et plus, et plus encore les personnes âgées. Toutes choses égales par ailleurs, les personnes de plus de 70 ans apparaissent trois fois plus à risque de mortalité que celles de 60 à 69 ans et celles de plus de 80 ans à près du double du risque de mortalité des personnes de 70 à 79 ans.

« Ces conclusions sont corroborées par les données de Wuhan, en Chine, qui montrent un taux de mortalité plus élevé, mais une distribution presque identique. Le taux de mortalité plus élevé en Chine peut être réel, mais est peut-être le résultat de tests moins répandus. La Corée du Sud a rapidement et uniquement commencé à tester la population apparemment en bonne santé dans son ensemble, découvrant les cas bénins et asymptomatiques de Covid-19 que d’autres pays ignorent. L’expérience du bateau de croisière Diamond Princess, qui abrite une population confinée et plus âgée, le prouve. Le taux de mortalité parmi cette population insulaire et uniformément exposée est d’environ 1%. (…)

« Le regroupement des complications et des décès dus à Covid-19 chez les personnes âgées et les malades chroniques, mais pas chez les enfants (il n’y a eu que de très rares décès chez les enfants ), suggère que nous pourrions atteindre les objectifs cruciaux de l’éloignement social – sauver des vies et ne pas submerger notre système médical – en protégeant préférentiellement les personnes fragiles sur le plan médical et celles de plus de 60 ans, et en particulier celles de plus de 70 et 80 ans, de l’exposition. »

Pour le docteur Katz, chercher à appliquer la stratégie de l’immunité collective est important car « cet effondrement presque total de la vie normale – écoles et commerces fermés, rassemblements interdits » aura selon lui « des conséquences sociales, économiques et de santé publique » « durables et calamiteuses, peut-être plus graves que le bilan direct du virus lui-même. La bourse va rebondir dans le temps, mais de nombreuses entreprises ne le feront jamais. Le chômage, l’appauvrissement et le désespoir qui en résulteront seront des fléaux de santé publique de premier ordre. » Et de conclure son énumération :

« Tels sont les dommages collatéraux de cette forme de guerre diffuse, visant à «aplatir» la courbe épidémique en général plutôt qu’à protéger préférentiellement les personnes particulièrement vulnérables. Je pense que nous combattons peut-être inefficacement la contagion alors même que nous provoquons un effondrement économique. »

L’approche du confinement global engendre qui plus est d’autres problèmes sans fin :  

« Si nous parvenons à ralentir la propagation du coronavirus du torrent au ruissellement, alors, demande-t-il, quand la perturbation à l’échelle de la société prendra-t-elle fin ? Quand les enfants en bonne santé et les enseignants plus jeunes pourront-ils retourner à l’école en toute sécurité, et encore moins les enseignants plus âgés et les enseignants atteints de maladies chroniques ? Quand est-il sécuritaire pour la main-d’œuvre de repeupler le lieu de travail, étant donné que certains sont dans le groupe à risque d’infection grave ?

« Quand serait-il sécuritaire de rendre visite à des êtres chers dans des maisons de soins infirmiers ou des hôpitaux? Quand les grands-parents pourraient-ils reprendre leurs petits-enfants?

« Il existe de nombreuses réponses possibles, mais la plus probable est : nous ne savons tout simplement pas. Nous pourrions attendre qu’il y ait un traitement efficace, un vaccin ou que les taux de transmission tombent à des niveaux indétectables. Mais que se passe-t-il si c’est dans un an ou plus ? Ensuite, nous subissons toute l’étendue des perturbations sociétales que le virus pourrait causer pendant tous ces mois. Les coûts, pas seulement en argent, sont stupéfiants à envisager. »

Sa tribune n’aurait guère d’intérêt si elle ne proposait une autre alternative au confinement, en gros celle mise en pratique en Corée du Sud :

« Nous pourrions concentrer nos ressources sur le test et la protection, de toutes les manières possibles, de toutes les personnes dont les données indiquent qu’elles sont particulièrement vulnérables aux infections graves: les personnes âgées, les personnes atteintes de maladies chroniques et les personnes immunologiquement compromises. Ceux qui se révèlent positifs pourraient être les premiers à recevoir les premiers antiviraux approuvés. La majorité, dont le test est négatif, pourrait bénéficier de toutes les ressources dont nous disposons pour les protéger de l’exposition. (…)

« Nous avons déjà identifié un grand nombre des personnes particulièrement vulnérables. Une liste détaillée des critères pourrait être produite par les Centers for Disease Control and Prevention… » « Cette concentration [de la protection, des tests, des médicaments] sur une partie beaucoup plus petite de la population permettrait à la plupart de la société de reprendre vie comme d’habitude et empêcherait peut-être de vastes segments de l’économie de s’effondrer.  (…)

« Tant que nous protégions les personnes vraiment vulnérables, un sentiment de calme pouvait être rétabli dans la société. Tout aussi important, la société dans son ensemble pourrait développer une immunité naturelle du troupeau contre le virus. » 

Autrement, soutient ce médecin américain, « le chemin que nous suivons pourrait bien conduire à une contagion virale non contenue et à des dommages collatéraux monumentaux pour notre société et notre économie ».

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Vaccin, ce que l'on vous cache

Numéro 77 de la revue de CIVITAS,

Un numéro qui contient de la dynamite !!!

N'hésitez pas à vous abonner ! Un abonnement annuel à 30 € seulement !

close
Pour recevoir MPI gratuitement chaque semaine !

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Revue choc sur le vaccin : un scandale moral, médical et politique

La dernière revue de CIVITAS arrive, c’est un baton de dynamite ! Vous pouvez déjà la précommander !

La célèbre généticienne Alexandra HENRION CAUDE y donne un entretien exclusif et explosif, et le père Joseph y aborde avec rigueur et clarté le scandale moral.

Vaccin, ce que l’on vous cache

Numéro 77 de la revue de CIVITAS,

Un numéro qui contient de la dynamite !!!

N’hésitez pas à vous abonner !

Un abonnement annuel à 30 € seulement !