Etats-Unis – L’administration Trump a finalisé une nouvelle règlementation pro-vie lundi, pour clarifier que la définition de la discrimination sexuelle dans l’Obamacare n’inclut pas les avortements.

La nouvelle règlementation met officiellement fin à une règlementation de 2016 de l’administration Obama qui aurait pu forcer les travailleurs médicaux à aider à avorter les bébés à naître. Il rétablit l’interprétation du gouvernement : la discrimination sexuelle a « le sens ordinaire … selon la biologie », selon le département de la Santé et des Services sociaux des États-Unis.

Les dirigeants pro-vie ont salué les actions continues du président Donald Trump pour la protection de la vie.

« Le président Trump est le président le plus pro-vie que notre nation ait jamais vu, et aujourd’hui il a livré une autre victoire importante pour la conscience en Amérique. L’avortement n’est pas un soin de santé et ne devrait jamais être imposé par le gouvernement », a déclaré Marjorie Dannenfelser. « Nous remercions le président Trump et le secrétaire Azar d’être fermement du côté de la majorité des Américains qui rejettent le financement de l’avortement par les contribuables, et pour les mesures prises aujourd’hui pour faire reculer l’assaut de l’ère Obama/Biden contre la conscience. »

L’archevêque catholique Joseph F. Naumann, président du Comité des évêques catholiques des États-Unis sur les activités pro-vie, a également célébré la nouvelle.

« Nous remercions le ministère de la Santé et des Services sociaux d’avoir promulgué des règlements rétablissant la position de longue date du gouvernement fédéral selon lequel la discrimination fondée sur le sexe signifie exactement cela et ne fait pas référence à « l’interruption de grossesse » ni à l’identité de genre », a déclaré Mgr Naumann dans une déclaration co-signée par l’archevêque Paul S. Coakley d’Oklahoma City et l’évêque David A. Konderla de Tulsa.

L’Obamacare voulait exiger des médecins, des hôpitaux et des organismes de soins de santé qu’ils agissent d’une manière contraire à leurs meilleurs jugements médicaux, à leur conscience et aux réalités physiques de leurs patients, sous peine d’amendes sévères et qu’ils deviennent des cibles faciles pour des poursuites abusives et coûteuses.

Ce n’est qu’une des nombreuses actions pro-vie de l’administration Trump. En 2019, il a également créé un nouveau règlement pour faire respecter les protections de conscience en punissant les groupes médicaux qui discriminent les travailleurs médicaux pro-vie. Deux juges fédéraux ont invalidé la règle après que des groupes pro-avortement ont intenté une action en justice, mais les médecins et les professionnels de la santé se défendent.

L’année dernière, l’administration Trump est également venue en aide à une infirmière du Vermont qui a expliqué que son employeur, le Centre Médical du Vermont, l’a trompée pour la faire participer à un avortement contre sa volonté en lui disant qu’il s’agissait d’une fausse couche.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

2 commentaires

  1. Hubert Hébert says:

    Cette nouvelle réglementation ne risque-t-elle pas d’être annulée en vertu du récent jugement de la Cour suprême touchant le Title VII, déclarant que la « discrimination basée sur le sexe » comprenait aussi l’« orientation sexuelle » et l’« identité de genre » (bien que ce soit absurde) ?

  2. Le problème c’est qu’un décret présidentiel s’annule aussi facilement qu’il se prend.