Le Dr Robert Malone multiplie les publications au sujet de la variole du singe –  ou monkeypox en anglais – qui entre dans la suite de la stratégie de la peur.

Je n’arrive presque pas à croire que j’écris ceci, mais depuis mon article original sur ce sujet, nous avons eu la révélation d’un exercice de jeu de guerre de style Event 201 modélisé autour d’une libération liée au bioterrorisme d’un virus Monkeypox “causé par une attaque terroriste”. en utilisant un agent pathogène conçu dans un laboratoire avec des dispositions de biosécurité et de biosûreté inadéquates et une surveillance faible.

Avec une prescience étonnante (coïncidence?), «l’exercice sur table» de mars 2021 (un an et trois mois après le début de la crise COVID) modélise une attaque bioterroriste Monkeypox lancée le 15 mai 2022.

Le Dr Malone poursuit.

Comme nous le savons maintenant, l’étonnante prévoyance de cette date modélisée a immédiatement précédé une réunion fondamentale de l’OMS qui vient de se terminer, au cours de laquelle des modifications du règlement sanitaire international (RSI) qui accorderaient à l’OMS des pouvoirs sans précédent pour contourner les constitutions nationales (proposées le 23 janvier 2022 par le HHS des États-Unis) ont été activement examinées mais reportées à une prochaine réunion (~ novembre 2022 ?) en grande partie en raison des préoccupations des nations africaines concernant la violation de la souveraineté nationale.

Le but déclaré de « l’exercice » était remarquablement bien aligné sur les objectifs déclarés et les sujets proposés par le HHS des États-Unis dans les modifications soumises au RSI :

Mettre en place une nouvelle entité mondiale de biosécurité dédiée à la réduction des risques biologiques émergents pouvant accompagner certaines avancées technologiques. Sa mission sera de réduire les risques de conséquences catastrophiques dues aux accidents, à une mauvaise utilisation par inadvertance ou à un abus délibéré des biosciences et de la biotechnologie en promouvant des normes mondiales de biosécurité plus strictes et en développant des outils et des incitations pour les faire respecter.
Explorer la possibilité d’établir un nouveau mécanisme d’évaluation conjoint pour enquêter sur les événements biologiques à conséquences graves d’origine inconnue. Ce nouveau mécanisme fonctionnerait à la « jointure » ​​entre les mécanismes existants – y compris les capacités d’enquête sur les épidémies de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le mécanisme du Secrétaire général des Nations Unies pour enquêter sur l’utilisation délibérée présumée d’armes biologiques – renforçant ainsi les capacités du système des Nations Unies à enquêter sur les origines de la pandémie.
Plaider en faveur de la mise en place d’un mécanisme de financement multilatéral catalytique pour la sécurité sanitaire mondiale et la préparation aux pandémies. L’objectif est d’accélérer le renforcement durable des capacités en matière de biosécurité et de préparation aux pandémies dans les pays où les ressources sont les plus nécessaires.
Alors, avons-nous encore un autre exemple de « plandémie » ?

Le Dr Malone avait déjà précédemment fait la mise en garde suivante :

À moins qu’il n’y ait eu une altération génétique, soit par évolution, soit par manipulation génétique intentionnelle, il ne s’agit pas d’une menace biologique importante et n’a jamais été considéré comme un agent pathogène à haut risque dans le passé.

Ce qui nous amène à ce rapport du 23 mai 2022 de l’Institut national portugais de la santé.

Juste pour préparer le terrain, l’épidémie semble être étroitement associée à un point d’origine lors de ce qui semble avoir été deux grands événements européens de soirée dansante («Raves»), aux îles Canaries («événement Gay Pride aux îles Canaries, qui a attiré quelque 80 000 personnes ») et « un sauna madrilène ». L’événement des îles Canaries marquait le 20e anniversaire de la « Maspalomas Gay Pride », qui s’est déroulée du 5 au 15 mai (la date précise de la libération de l’ arme biologique Monkeypox précédemment modélisée).

Les organisateurs prévoyaient “une immense parade avec plus de 100 000 participants, des sorties en bateau, des pool parties et plus encore !” Donc, fondamentalement, à peu près une opportunité parfaite pour un événement de super propagation de Monkeypox, qu’il soit intentionnel ou par inadvertance.

Le Dr Malone souligne que si l’on cherchait une opportunité de propager un agent pathogène dans une population internationale très mobile, l’expérience du SIDA montre que le public LGBT convenait idéalement.

Plusieurs cas ont été rapidement détectés au Portugal, et à leur grand crédit, l’INSA Portugal s’est occupée et a rapidement effectué le séquençage approfondi nécessaire pour permettre la construction d’une carte phylogénique de la variante Monkeypox associée à l’épidémie.

Sur la base de leurs découvertes, ils ont rapidement divulgué à la fois leurs données ainsi qu’une série d’hypothèses surprenantes concernant l’origine du Monkeypox (ouest-africain) actuellement en circulation. Allant droit au but, après avoir examiné leurs données et leurs articles, je dois maintenant conclure que l’une des nombreuses “hypothèses de travail” concernant l’origine de ce virus particulier doit être qu’il est le produit d’une manipulation en laboratoire – précisément comme précédemment modélisé par la Nuclear Threat Initiative (NTI):Bio/Munich Security Conference . La vérité continue d’être plus étrange que la fiction.

Les auteurs procèdent aux principales observations suivantes :

L’épidémie dans plusieurs pays a très probablement une origine unique, tous les virus séquencés diffusés jusqu’à présent étant étroitement regroupés.
Confirmation du placement phylogénétique dévoilé par le premier projet de séquence Isidro et al, 183 : le virus de l’épidémie appartient au clade ouest-africain et est le plus étroitement lié aux virus (d’après les données génomiques disponibles) associés à l’exportation du virus du monkeypox du Nigeria vers plusieurs pays en 2018 et 2019, à savoir le Royaume-Uni, Israël et Singapour.
Pourtant, le virus épidémique diverge en moyenne de 50 SNP de ces virus 2018-2019, ce qui est bien plus que l’on pourrait s’y attendre compte tenu du taux de substitution estimé pour les Orthopoxvirus.
Comme également mentionné par Rambaut ( Discussion of ongoing MPXV genome sequencing 228 ), on ne peut écarter l’hypothèse que la branche divergente résulte d’un saut évolutif (conduisant à un virus hypermuté) causé par l’édition APOBEC. Nous avons déjà détecté les premiers signes de microévolution au sein du cluster épidémique, à savoir l’émergence de 7 SNP, conduisant à 3 branches descendantes incluant un autre sous-cluster (supporté par 2 SNP) impliquant 2 séquences (PT0005 et PT0008). Notamment, ces deux séquences partagent également une délétion de décalage de cadre de 913 pb dans le gène MPXV-UK_P2-010 codant pour une Ankyrin/Host Range (Bang-D8L); Protéine D7L (annotation MT903344.1). Des événements de perte de gènes ont déjà été observés dans le contexte de la circulation endémique du monkeypox en Afrique centrale, supposés corrélés à la transmission interhumaine.
Qu’est-ce que cela signifie réellement?
Ceux qui ne connaissent pas le discours scientifique universitaire peuvent secouer la tête à ce stade et se préparer probablement à publier un commentaire du type « Pourquoi ne nous dites-vous pas simplement que cela signifie en langage simple ? »

Alors, au risque de trop simplifier :

Il semble que l’épidémie de Monkeypox provienne d’une seule source virale originale. En suivant les enseignements du modèle « hypothèse de travail multiple » pour arriver à la « vérité » scientifique (qui était au cœur de ma formation en tant que jeune scientifique),

a) cela pourrait être (par exemple) un événement de saut unique « naturel » d’animal infecté sur un seul humain quelque part dans le monde (qui avait vraisemblablement un lien avec l’ événement Maspalomas Gay Pride.

b) cela pourrait provenir d’une libération intentionnelle d’un isolat viral.

(…)
Malgré les séquences indiquant que le virus est le plus proche de ceux isolés en 2018-2019, il est significativement différent. Cela pourrait être dû à une évolution naturelle ou à une ingénierie de laboratoire/gain de fonction « recherche » (conformément aux hypothèses a) et b).

Après un développement scientifique aigu, le Dr Malone conclut

Sur la base de ce rapport d’analyse de séquence de l’équipe INSA cité ci-dessus, cela ressemble plus à une souche manipulée en laboratoire qu’à une souche naturellement évoluée. Mauvaise nouvelle.
De plus, ce virus à ADN double brin, dont les infections se sont historiquement auto-limitées, semble évoluer (ces derniers jours !) vers une forme plus facilement transmissible d’homme à homme. Mauvaise nouvelle.
En conclusion, la prépondérance des preuves actuelles pointe vers une hypothèse sur l’origine de cette épidémie qui est de plus en plus cohérente avec la planification d’un scénario de “jeu de guerre” antérieur, remarquablement semblable à un événement survenu au printemps dernier, qui postule l’émergence d’un Monkeypox modifié. virus dans la population humaine à la mi-mai 2022.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Abonnez-vous à CARITAS !

Ça y est, le numéro 1 de la tout nouvelle revue Caritas est chez l’imprimeur et en prévente sur MCP.

Nous vous l’avions annoncé dans un précédent mailing : la naissance d’une toute nouvelle revue de qualité, Caritas, la revue du pays réel, et la parution prochaine de son premier numéro de 86 pages. Bonne nouvelle, : ce numéro 1 de Caritas qui consacre son dossier à la Lutte contre la haine anticatholique vient d’être envoyé à l’imprimerie et sera bientôt dans les librairies et les boites aux lettres des abonnés.

Militez,

En achetant le n°1 de CARITAS : Lutter contre la haine anticatholique

En s’abonnant à cette nouvelle revue : la revue CARITAS !