drieu-la-rochelle

Frédéric Saenen, auteur belge, collabore à différentes revues ainsi qu’à des sites de critique littéraire. Il s’est lancé dans un défi, tenter le bilan de l’œuvre de Drieu la Rochelle dont la valeur littéraire est toujours occultée par les choix idéologiques qui l’ont rangé parmi les maudits.

Drieu la Rochelle (1893-1945), romancier et essayiste français de l’entre-deux-guerres, fait partie, avec Louis-Ferdinand Céline, Robert Brasillach ou Lucien Rebatet, de la nébuleuse des “écrivains de la Collaboration”. A partir de ses textes, articles de critique ou d’opinion, romans, nouvelles, essais, pièces de théâtre, préfaces, pages personnelles et journal intime, Frédéric Saenen entreprend d’analyser l’œuvre de Drieu la Rochelle, où se mêlent la transposition autobiographique, la défense d’une thèse et la fiction pure.

L’œuvre de Drieu la Rochelle reflète aussi les influences successives de Maurice Barrès et Charles Maurras, puis de Louis-Ferdinand Céline et Jacques Doriot.

Si l’opinion publique retient de Drieu la Rochelle son engagement politique, elle sait moins qu’il fréquenta durant les années vingt les surréalistes et fut très proche d’Aragon jusqu’à leur brouille en 1925, lorsque les surréalistes déclarèrent “se désolidariser de tout ce qui est français“, adhérant simultanément aux principes de la révolution communiste.

L’année 1934 est un tournant pour Drieu la Rochelle. Cette année-là, il fait la connaissance, à Berlin, d’Otto Abetz, à l’époque responsable du “Comité d’entente des jeunesses pour le rapprochement franco-allemand”. Cette année-là, aussi, avec les évènements insurrectionnels de la Place de la Concorde, le 6 février 1934, consécutifs aux remous du scandale politico-financier provoqué par les malversations de l’affairiste juif ukrainien Stavisky, Drieu bascule dans le camp des opposants à la démocratie parlementaire.

Le suicide de Drieu la Rochelle en 1945 résume le naufrage d’un intellectuel torturé, bourré de paradoxes, à la vie privée sordide, en quête d’un idéal fantasmé, jamais assouvi, refusant Dieu et le réel. 

Drieu la Rochelle face à son œuvre, Frédéric Saenen, éditions Infolio, 198 pages, 24,90 euros

A commander en ligne sur le site de l’éditeur

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A commander sur MCP

Appuyée sur des faits indéniables, fondée par des citations autorisées donnant la parole aux juifs comme aux non-juifs et justifiée par des milliers de références, cette étude donne une synthèse de la Question juive aussi complète et précise que possible. Tous les points importants ont été traités, sans haine, sans faiblesse et sans tabou : de la crucifixion du Christ à la Synagogue de Satan, du Talmud aux droits de l’homme, des marranes aux Khazars, du trafic d’esclaves à l’usure banquière, du ghetto au sionisme, du communisme au noachisme, de la névrose suicidaire à l’hystérie médiatique, de l’espérance messianique au projet mondialiste, du culte de Mammon à l’adoration d’Israël, de la haine des non-juifs au génocide des nations…

450 pages – format 15×21 cm – prix 21 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :