Les autorités Américaines croient-elles à ce qu’elles disent ? Propagande ou aveuglement ? Ou les deux à la fois ?

La déconnexion de la réalité des autorités américaines est bien connue, la vidéo ci-dessous en fait foi:

Un certain John Kirby, un “amiral arrière” représentait l’armée le 17 octobre dernier pour répondre aux questions de la presse, Le journaliste Matt Lee, reporter d’Associated Press, l’interroge. Un journaliste courageux, un des derniers vrais journalistes. La question porte sur la dernière déclaration farfelue en date du secrétaire US à la guerre, Chuck Hagel, pour qui l’armée russe se trouverait maintenant “aux portes de l’OTAN” !

——-

(Cliquez sur le 2e symbole en bas à droite pour avoir les sous-titres en français)

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=m-8RrPFFjcg]

Comparatif des cartes de l’OTAN entre 1990 et 2009

On peut voir qu’à l’Ouest, seules l’Irlande du Sud, la Suisse, l’Autriche, et la Suède font encore courageusement de la résistance contre l’OTAN. Rappelons-nous que c’est le “gaulliste” Nicolas Sarkozy qui a intégré la France à l’OTAN, alors qu’après avoir remboursé le plan Marshal, de Gaulle s’était empressé de faire sortir la France de l’OTAN et de chasser les troupes américaines qui faisaient de l’occupation sur notre sol.

En observant le comparatif entre 1990 et 2009, on peut avoir une idée de l’indépendance réelle de l’Union européenne…

Europe2

La carte ci-dessus, n’est pas à jour, la Crimée devrait être en vert comme la Russie et la frontière Novorossiya/Ukraine n’est pas indiquée, elle permet cependant d’avoir une vision claire de la carte des nations européennes, hors toute alliance.

Carte des contours de la partie sous contrôle de la Novorossiya

Cliquez dessus pour l’agrandir

Chacune des deux républiques (République de Donetsk et de Lougansk) a une superficie d’environ 26.500 km². (A titre de comparaison : Bretagne 27.000 km², Belgique 32.000 km²). L’Ukraine au total comptait avant la scission, 603 628 km²; Cela donne une idée des proportions. Mais, saisissant le prétexte des élections en Novorossiya, les accords de Minsk ont été remis en question par Porochenko et les combats ont repris en intensité. Les frontières devraient donc encore bouger dans les mois à venir.

NOVORUSSIYA

Carte publiée dans le Washington Post le 18 avril 2014, au début de la contestation

Si Odessa obtenait l’autonomie qu’elle réclame, la Novorossiya rejoindrait la Transnistrie de l’autre côté de la frontière Ukraine/Moldavie. Ce qui constituerait une zone tampon sur la frontière Russie-Ukraine entre l’OTAN et la Russie, alors que l’Ukraine ne fait partie pour le moment d’aucune alliance officielle. C’est l’un des enjeux géostratégiques très importants qui se joue actuellement dans le Donbass.

«Je tiens à vous rappeler que ce qui a été appelé Novorossiya à l’époque tsariste – Kharkov, Lugansk, Donetsk, Kherson, Nikolaïev et Odessa – ne faisaient pas partie de l’Ukraine à l’époque. Le centre de ce territoire était Novorossiysk, de sorte que la région est appelée Novorossiya. La Russie a perdu ces territoires, pour diverses raisons, mais les gens sont restés.” Vladimir Poutine 

La diplomatie russe joue sur du velours parce que c’est la Russie qui est poussée dans ses retranchements. Tandis que les USA jouent sur la propagande à grande échelle, sans subtilités, comme le montre la vidéo ci-dessus. Ce qui ne signifie pas que l’opération ne marche pas, du moins dans le monde occidental.

Cela ne signifie pas non plus que la Russie ne soit pas déterminée à remporter la partie ni qu’elle n’agisse pas dans ce sens. Il semble bien, au contraire, que ce soit le réveil de la Russie qui soit la cause des manœuvres intimidantes de l’OTAN.

Comme l’a dit Poutine, les recherches d’alliances de la Russie datent d’avant la crise présente, l’augmentation du budget militaire russe ne date pas de 2014 non plus, même s’il reste très loin derrière celui des USA. Le jeu des alliances encouragent un monde multipolaire, comme alternative au monde unipolaire promut par les USA. Par ailleurs, la Russie (comme la Chine) ont constitué d’énormes réserves d’or physique, ce qui lui donne les moyens de ses prétentions a une alternative à la suprématie du dollar.
A ce sujet une réflexion de Vladimir Poutine hier, 14 novembre 2014, en répondant à une question de l’agence Iter-Tass en dit long: “Nous étions prêts à les desceller de toute façon [Les réserves d’or NDLR], même avant les événements décourageants qui sont liés aux fluctuations du taux de change du rouble ou de la lame des prix du pétrole, nous avions parlé d’ une possible utilisation de l’argent du Fonds national de prévoyance. On ne l’a pas dit hier, n’est-ce pas? Nous l’avons dit il y a deux ans.”  (Traduction E.D)

L’Allemagne, par exemple, a exigé que ses réserves en or détenues par les USA, soient matérialisées. A ce jour des délais énormes lui sont demandés… Ce qui prouve qu’actuellement les réserves en or de l’Allemagne (principalement détenues par les USA) sont virtuelles. Un bon moyen pour l’OTAN/USA de tenir l’Allemagne sous son joug. L’Allemagne étant le moteur actuel de l’Union Européenne… Quant aux réserves d’or de la France qui étaient immenses avant que le Franc disparaisse, qui en entend parler?

Emilie Defresne

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

6 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

MPI vous conseille cette revue :

%d blogueurs aiment cette page :