Nommé garde des Sceaux, ministre de la Justice du nouveau gouvernement mis en place par le nouveau Premier ministre Jean Castex, Eric Dupond-Moretti a un passé qui irrite bien du monde.

Dans son livre Directs du droit, Eric Dupond-Moretti écrit être devenu avocat par “détestation de la peine de mort”.

En 1983, des traces de cocaïne sont retrouvées dans sa berline, ce qui entraîne sa mise en garde à vue. Il se dit victime d’un “coup fourré” de la part du procureur José Thorel.

En 2008, il préside le comité de soutien de la socialiste Martine Aubry pour les élections municipales à Lille.

En 2011, il signe dans le journal Libération une tribune en faveur de Martine Aubry pour les primaires socialistes.

A partir de juin 2012, il est l’avocat d’Abdelkader Merah, accusé de complicité dans les attentats perpétrés par son frère Mohamed Merah et condamné en avril 2019 pour “association de malfaiteurs” et “complicité d’assassinats”.

En avril 2015, il est l’avocat de David Roquet poursuivi pour proxénétisme aggravé et escroquerie en lien avec l’affaire DSK et déclare que ce sont “des copains qui s’offrent du bon temps”.

En mai 2015, il déclare qu’il faut “interdire le Front National”.

En 2016, il est l’avocat de Karim Benzema mis en examen pour sollicitation de prostitué mineure” et obtient sa relaxe. La même année, à la demande du roi du Maroc Mohamed VI, il assure la défense du chanteur marocain Saad Lamjarred accusé d’agression sexuelle et de viol.

En février 2018, il est l’avocat de Jérôme Cahuzac, ancien ministre accusé de fraude fiscale.

En avril 2018, il est l’avocat de l’ancien Secrétaire d’Etat Georges Tron accusé de viols en réunion sur plusieurs de ses collaboratrices et obtient son acquittement.

En 2019, il est l’avocat de Patrick et Isabelle Balkany

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

3 commentaires