L’Église catholique polonaise a lancé ces derniers jours une véritable croisade contre Harry Potter.

La Conférence épiscopale de ce pays de l’Est de l’Europe, en collaboration avec les autorités de l’Église évangélique locale, ont appuyé une initiative de certains curés consistant à brûler publiquement sur des bûchers des copies du roman fantastique.

La hiérarchie catholique polonaise, qui a eu les ‘honneurs’ de la presse mondiale pour ses prises de position nationalistes et conservatrices, a autorisé ces feux en question, estimant que l’œuvre de J. K. Rowling initie les jeunes lecteurs à l’occultisme et au satanisme.

La fondation évangélique Sms from Heaven partage l’hostilité de l’Église catholique envers le roman en question mais a également souhaité brûler, outre les livres d’Harry Potter, le roman Twilight. Un autre symbole de sorcellerie qui mériterait selon les Évangélistes d’être détruit.

Bien évidemment les auto-proclamés intellectuels bien-pensants, chez qui le diable à la cote, ont manifesté leur indignation en condamnant cette action et en accusant les autorités ecclésiastiques d’être la proie « d’instincts obscurantistes ».

Or, bien loin d’être obscurantiste, -cet adjectif convient au monde du prince des ténèbres-, c’est une initiative salutaire et courageuse que celle des autorités catholiques polonaises. Ces dernières ont saisi la malignité et le satanisme sous-jacent dans ces romans pour jeunes contenant « ad abundantiam non seulement la très forte présence d’éléments magiques (chose évidente), mais aussi la présence spécifique de références à la magie noire au sens strict (c’est-à-dire à la magie visant à infliger des maux aux choses ou aux personnes, jusqu’à la mort), ainsi que de références plus ou moins cachées au satanisme » écrivait déjà en février 2007 Amicus, dans le numéro 297 du Courrier de Rome. « Il est évident, continuait-il, que dans les textes de Harry Potter les jeunes lecteurs sont initiés, tome après tome, à un véritable culte magique antichrétien. En outre, des interviews de l’auteur de la saga révèlent l’intention explicitement antichrétienne avec laquelle elle a écrit ses romans (on trouve de bonnes études sur Internet en tapant sur Google le nom de l’auteur associé à un mot-clé comme magie, satanisme, christianisme). »

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :