Signes de temps déchristianisés et apostats : les églises se vident du mystère eucharistique et de fidèles adorant leur Dieu dans l’humble hostie pour se remplir de bruits et d’agitation mondaine lors de déjeuners solidaires !

Le pape François a mis à la mode les repas pour les pauvres à l’intérieur des églises. Partout dans le monde, de New-York à Manille en passant par Rome et Ouagadougou, des édifices religieux sont transformés en grands restaurants où s’agite la jet-set ecclésiastique reconvertie en serveur de café sous les flashs des journalistes.

Dernièrement, c’est le cardinal Barbarin, archevêque de Lyon, qui, en calotte et tablier rouge, officiait en l’église Saint-Bonaventure de son diocèse lyonnais, lors d’un repas offert un dimanche midi à 700 convives dont 300 accompagnants sociaux. Pour un coût de 25 000 euros !

Pour la fête prochaine de l’Épiphanie, nombreuses seront les églises en Italie et ailleurs qui se consacreront, avec l’excuse d’aider l’humanité souffrante, à des repas festifs qui se croient sacrés quand ils ne sont qu’inappropriés, insultants et condamnables à tout point de vue.

Uniquement une nécessité extrême, telle une guerre ou une catastrophe naturelle, peut justifier l’utilisation de l’église comme refuge pour les populations. D’ailleurs les édifices publics et culturels, maisons des jeunes et autres salles polyvalentes, ne manquent pas pour ce genre de festivités sans qu’il soit nécessaire de transformer les églises en restaurants.

L’église est un édifice sacré, construite souvent avec l’apport et les sacrifices des riches comme des pauvres, qui témoigne de la présence de Dieu parmi les hommes. Abaisser cet édifice religieux à un usage profane est bien une profanation, une dégradation d’un lieu de culte, mais aussi une trahison du peuple chrétien et de ses pauvres : ces derniers ne sont plus des fidèles, riches ou pauvres qu’importe, venus cherchés l’amitié et la miséricorde du Seigneur mais sont ravalés au rang de simples hôtes occasionnels d’un curé, d’un évêque ou d‘un pape en recherche d’applaudissements mondains, nouveaux Judas de Nos Temps modernes.

Leur façon de mettre en avant les pauvres est tellement analogue à l’attitude de l’Iscariote : lui-aussi mettait en avant les pauvres pour s’approprier le parfum que Marie-Madeleine répandait sur les pieds du Seigneur, et ce afin de le vendre pour trois cent deniers. Et puis il vendit le Christ pour à peine un dixième !

Cette désacralisation des édifices religieux qui se revêt d’une fausse idée de la vertu de charité d’où la notion de culte et de révérence voués à Dieu en tout premier a totalement disparu n’est somme toute qu’un autre fruit funeste de la désacralisation de la liturgie accomplie par l’Église conciliaire : de l’autel tourné vers Dieu, on est passé lors de la révolution liturgique de Paul VI à la table eucharistique anthropocentrée. Aujourd’hui il ne reste plus que la simple table en plastique des repas solidaires Logique d’une déchéance annoncée par une apostasie qui n’est guère silencieuse…

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

9 commentaires

  1. balaninu says:

    Qui sème le vent récolte la tempête !!!! n’est-ce pas Monseigneur?
    Bonne et Sainte année à vous Madame Francesca de Villasmundo ! et merci pour tous vos articles.. même si ceux-ci reflète souvent des monstruosités comme celle-ci.

  2. balaninu says:

    oups ! pardon … ceux-ci reflètent !

  3. patate says:

    quelle folie!!!!

  4. Cadoudal says:

    avec un pape en exercice qui proclame:

    “je crois en Dieu ; pas le Dieu catholique; il n’y a pas de Dieu catholique”

    aussi longtemps que les catholiques supporteront des pourris comme lui,
    on ne peut que sombrer , loin de la vérité révélée , loin de l’ ordre naturel et surnaturel chrétien, dans des zones contrôlées par les Loges.

  5. DiesIrae says:

    Après 1789 et 1905, voici la troisième profanation-spoliation de nos lieux de culte.

  6. DUFIT THIERRY says:

    Vraie profanation des églises au nom d’une fausse charité.
    Fausse pauvreté d’un clergé dévoyé, corrompu, débauché, pédophile.
    On sait que le clergé moderniste vit dans la pire dépravation (ex le cardinal Mc Carrick) et qu’ils ont tout l’argent nécessaire pour se livrer aux orgies.
    Quant à Barbarin on sait que c’est un individu abominable et hérétique. Entre autres abominatins commises il a conféré la confirmation en compagnie d’une femme pasteur.
    Barbarin n’hésite plus à profaner les sacrements.

    • Le cardinal Barbarin est aussi celui qui ferme les portes du paradis aux musulmans en récitant la chahâda à leur chevet mourant …
      http://laportelatine.org/mediatheque/videotheque/laportelatine/barbarin_shahada.php

      • DUFIT THIERRY says:

        Vous avez entièrement raison.
        L’hérésie et l’apostasie du cardinal Barbarin n’ont pas de limites.
        “C’est par le nom de Jésus-Christ de Nazareth, que vous avez crucifié, que Dieu a ressuscité des morts, c’est par lui que cet homme est présent devant vous en pleine santé. C’est lui, la pierre rejetée par vous les constructeurs, qui est devenue tête d’angle. Et le salut n’est en aucun autre, car il n’est sous le ciel aucun autre nom donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés.” a dit St Pierre
        Le cardinal Barbarin renie la divinité de Notre Seigneur.

  7. Xavier S. says:

    Au célèbre Collège Saint-Michel de Bruxelles, les jésuites ont trouvé une astuce pour entreposer les chaises empilables qui servent lors des activités profanes dans leur église Saint-Jean Berchmans.
    La douzaine de beaux confessionnaux que compte cette église sont devenus des lieux d’entreposage pour les chaises en question. Ce nouvel usage des confessionnaux semble relever d’une décision pragmatique du préfet-responsable de l’église: le “père” jésuite Thommy Scholtès très connu comme porte-parole des évêques de Belgique et commentateur de nouvelles religieuses à la télévision.
    Il est vrai que les confessionnaux ne sont plus utilisés depuis des années: la mode actuelle chez les conciliaires veut que la confession se déroule dans un local ordinaire ou dans un bureau, comme chez le médecin ou le psy, et non plus dans l’obscurité remplie de mystère d’un confessionnal traditionnel.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Nos caisses sont vides. Nous avons besoin de vous pour continuer !

Plus de précisions ici :

https://www.medias-presse.info/medias-presse-info-a-vraiment-besoin-de-votre-soutien/112928/

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !