En Pologne a eu lieu mercredi 9 janvier une rencontre entre Matteo Salvini, ministre de l’Intérieur italien, et son homologue polonais Joachim Brudziński.

Par la voix de Salvini, ils ont lancé un défi à l’Union Européenne :

« La nouvelle Europe qui naîtra en juin aura fait un pas en avant par rapport à celle qui a été gérée par les technocrates. Italie et Pologne seront les protagonistes d’un nouveau printemps européen, d’une renaissance des vraies valeurs de l’UE : moins de finances et de bureaucratie, plus de travail et de sécurité. »

Ce voyage de l’homme fort du gouvernement italien en Pologne réaffirme l’axe entre l’Italie et le groupe du Visegrad. Rome et les capitales de l’Est représentent une épine dans le flanc de l’UE. Les prochaines élections de mai pourraient déplacer le centre de gravité de l’Europarlement et de la Commission vers cet axe souverainiste représenté par ces gouvernements de l’Est et de la péninsule italienne.

Joachim Brudziński a déclaré en conférence de presse que la Pologne et l’Italie « ne veulent pas quitter l’UE » mais « avoir une voix au chapitre et renforcer l’UE ». Parce que l’Union telle qu’elle actuellement ne plaît pas !

Salvini lance sa campagne pour les Européennes de Varsovie et le fait en évoquant les migrants :

« Je suis et je resterai absolument contraire à de nouvelles arrivées en Italie. Et je continue à travailler pour expulser les trop nombreux clandestins déjà présents sur notre territoire. Céder aux pressions et aux menaces de l’UE et des ONG est un signe de faiblesse que les Italiens ne méritent pas. »

Et d’expliquer la stratégie pour les forces souverainistes en vue des élections :

« Je pense à un contrat, voire un pacte pour l’Europe, sur le modèle italien. Nous pourrions proposer un pacte pour l’Europe en 10 points fondamentaux, à partager avec les autres alliés européens.

Le ministre de l’Intérieur italien a profité de ce séjour en Pologne pour rencontrer également le chef du parti nationaliste polonais, Jaroslaw Kaczynski :

« Nous avons eu, affirme Salvini, une longue, positive et concrète rencontre avec le chef du Pis, Kaczynski, sur comment redonner un sens au rêve européen. Nous sommes d’accord sur 90 % des choses… Nous avons lancé un dispositif de répartition » qui « sera la meilleure réponse aux eurosceptiques… Nous avons scellé un programme commun, sur des racines chrétiennes, familiales, et autres thèmes communs… »

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

3 commentaires

  1. Alexandre Sanguedolce says:

    Il va falloir s’attendre à une attaque en règle et totalement déloyale des medias eurocrates avec en tête le Monde et Libé. Forza Italiea.

  2. Raymond Pedini says:

    Je ne comprends pas très bien la méthode de Salvini qui ne veut pas quitter l’UE mais va à l’encontre de ses directives. Ne serait-il pas plus simple (et plus clair) de dire merde à Bruxelles et de recouvrer sa liberté et la souveraineté de l’Italie?

  3. Don Juan d'Autriche says:

    Salvini a l’air d’entériner la politique migratoire extra européenne, pourquoi ne parle-t-il que des clandestins ?
    Le Grand remplacement se fait avant tout par l’immigration dite légale.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 35.000 € pour 2019

btn_donateCC_LG

23 % 27.040 € manquants

7960 € récoltés / 35.000 € nécessaires
Mis à jour le 15/11/2018

Il nous reste cependant 27.040 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !