Hier, dimanche 25 juin, c’était journée d’élections municipales en Italie. L’alliance des droites, qui unit la Ligue du nord de Salvini, Forza Italia, le parti de Silvio Berlusconi, et Fratelli d’Italia-Alleanza nationale de Giorgia Meloni a remporté une large victoire. Des villes historiquement de gauche depuis des décennies comme Gènes, en Ligurie, ou La Spezia, Pistoia, Piacenza, Sesto San Giovanni, L’Aquila, sont tombées dans l’escarcelle de la droite :

« Le vent souffle pour la droite du nord au centre et jusqu’au sud, c’est une victoire extraordinaire »,

a déclaré Renato Brunetta, l’un des chefs de Forza Italia, le parti de Berlusconi.

C’est un échec cuisant pour le parti au pouvoir, le Parti Démocrate de Matteo Renzi qui voit ainsi son programme recalé.

La thématique de l’immigration et l’actuel débat sur le droit du sol ou le droit du sang ont grandement pesé sur ces élections municipales et signé la défaite d’une gauche déconnectée des véritables enjeux identitaires, économiques, sécuritaires, qui inquiètent les Italiens. Ces derniers, en votant à droite pour des partis hostiles à l’actuelle invasion migratoire incontrôlée et au laissez-faire gouvernemental institutionnalisé en ce domaine, ont dit un Non radical à l’approbation par le Parlement d’un changement de la loi de nationalité en faveur d’un droit du sol pour les enfants d’immigrés.

Au moment où cette immigration sauvage est perçue par nos voisins transalpins comme une menace et une filière du crime organisé, proposée une révision de la loi de nationalité comme vient de le faire ces derniers jours la gauche italienne coco-radical-chic en bénéficiant du soutien de l’épiscopat péninsulaire était une folie idéologique que les électeurs ont sanctionnée durement.

La vague bleue de l’alliance des droites a soufflé sur toute l’Italie, du Nord au Sud, et s’impose dans 16 chefs-lieux italiens, 4 de Régions et 21 de Provinces, contre 6 pour la gauche.

La victoire de la droite est totale mais il n’est pas certain pour autant que cela remette en cause l’approbation du droit du sol voulue par la gauche majoritaire au Parlement italien. La bataille identitaire n’est pas encore gagnée !

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A commander sur MCP

Appuyée sur des faits indéniables, fondée par des citations autorisées donnant la parole aux juifs comme aux non-juifs et justifiée par des milliers de références, cette étude donne une synthèse de la Question juive aussi complète et précise que possible. Tous les points importants ont été traités, sans haine, sans faiblesse et sans tabou : de la crucifixion du Christ à la Synagogue de Satan, du Talmud aux droits de l’homme, des marranes aux Khazars, du trafic d’esclaves à l’usure banquière, du ghetto au sionisme, du communisme au noachisme, de la névrose suicidaire à l’hystérie médiatique, de l’espérance messianique au projet mondialiste, du culte de Mammon à l’adoration d’Israël, de la haine des non-juifs au génocide des nations…

450 pages – format 15×21 cm – prix 21 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :