Dominique Sabourdin-Perrin nous avait déjà ravis avec son Marie-Clotilde de France, la sœur oubliée de Louis XVI et là encore, nous restons sous le charme. Docteur ès lettres et historienne, deux atouts majeurs pour nous divertir et nous instruire : un ouvrage historique, faits, dates, documents, sources… le tout amené dans une langue claire et belle. En historienne elle donne la parole pour une préface à Mgr Otto Molnar « Ce livre est un trésor historique et spirituel sur une femme extraordinaire, une sainte pas du tout habituelle » et une postface au pasteur A. Joly, « Luther possédait une relique de sainte Elisabeth… «

Sainte Elisabeth. Qui ? Où ? Quand ? comment ?

En cette année 1207, la France est ensanglantée par la guerre entre Capétiens et Plantagenêt et l’Espagne continue la reconquête de son territoire envahi depuis cinq cents ans par les Arabes. L’Allemagne est déchirée par une guerre interminable entre Gibelins et Guelfes et sur le Bosphore, Henri de Flandre, empereur de Constantinople a repris les armes contre les Bulgares.

Pourtant en ce nouveau siècle, François d’Assise quitte la maison de son père pour servir Dieu, Dominique de Guzman parcourt le midi pour lutter contre l’hérésie, et les ordres mendiants qu’ils ont institués ainsi que les frères du mont Carmel, les Augustins et quelques autres rédigent des règles pour leurs frères sur le chemin de la spiritualité faisant de ce XIII° siècle, le plus chrétien de tous.

En cette même année 1207 il est né à Mgr le roi de Hongrie, une fille Elisabeth « qui sera sainte et dont la sainteté réjouira toute la chrétienté »

Une toute petite enfance dans une ambiance très chrétienne, puis dès quatre ans projet de mariage entre les familles de Hongrie et Thuringe ; Elisabeth quitte sa famille pour être élevée par sa future belle famille, auprès de son fiancé Louis, âgé de 11 ans.

Dès son plus jeune âge Elisabeth manifeste un grand amour de Dieu et un désir de lui plaire en tout. Sacrifices, mortifications, humilité, dans toutes les petites choses font son quotidien, dans la joie, la prière et l’abandon total à la providence. Mais cela n’est pas sans mécontenter la cour de Thuringe et déclenche ainsi calomnies, critiques et polémiques. Elle sera toujours soutenue par son royal époux. « Son mariage dont ils eurent trois enfants fut profondément heureux. Elisabeth aidait son mari à élever ses qualités humaines à un niveau surnaturel et lui, en échange, protégeait sa femme dans sa générosité envers les pauvres et dans ses pratiques religieuses ».  En 1218 Louis est sacré chevalier, sa devise -piété, pureté, justice -et restera fidèle à son serment, aidé en cela par la foi sans faille d’Elisabeth qui lui communiquera élan, abandon, fidélité.

La vie du couple, très pieuse, est marqué par les absences de Louis, et Elisabeth -la duchesse des pauvres- développe une charité toute ingénieuse pour aider les indigents. Elle commence en l’absence de Louis à réduire son train de vie, habillement, repas, divertissements, multiplie les temps de prières, adorations et silences. Elle se rapproche alors de l’esprit franciscain dont elle gardera une aspiration jusqu’à son dernier souffle. Ses directeurs spirituels nous semblent «  hors-temps » mais elle est soumise et son entourage proche la suit dans cet esprit d’abnégation.

Conflits, guerres, puis le départ en Croisade de Louis, autant de chagrins, de pleurs et d’angoisse. Louis meurt en route pour la Croisade. Elle est terrassée de chagrin puis se relève. Succession houleuse, jalousies rancœurs, vengeances ressortent. Elisabeth est dépouillée de tout, de ses biens, ses richesses, et de ses enfants placés auprès de protecteurs comme le veut la coutume pour la famille royale.  Isolée, abandonnée, elle se confie à Dieu.  Et Dieu s’occupera d’elle….

A sa mort, une foule immense, douloureuse, arrive de toute part, et pour répondre à la dévotion populaire le corps d’Elisabeth est exposé trois jours, revêtu de sa tunique grise de pénitente. Très vite, guérisons, miracles. Elisabeth de Hongrie est canonisée le 27 mai 1235 par Grégoire IX. Ses enfants sont alors âgés de 13, 12 et 9 ans.

Une vie exceptionnelle de petite fille, de fiancée et d’épouse, de veuve et de consacrée à Dieu. « Nous avons l’obligation de rendre les gens heureux ».

   Elisabeth de Hongrie, Princesse de charité, Dominique Sabourdin-Perrin, Salvator, 192 pages, 20€.

Plus d’informations et commande sur Livres en Famille 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 40.000 € pour 2022

btn_donateCC_LG

11.5 % 35 350 € manquants

4650 € récoltés / 40 000 € nécessaires – depuis le 15/10/2021

 

MPI subit des attaques sans précédents, parce que ce média gratuit et libre dérange :

Derrière ces fermetures arbitraires, il y a l’influence d’une commission gouvernementale dont nous parlerons plus tard.

Mais rien ne nous fera taire. Seulement, pour aller toucher nos compatriotes et faire connaitre MPI, il nous faut des moyens supplémentaires.

Médias Presse Info, ce sont plus de vingt-six mille articles déjà publiés à ce jour ! Les plus de 1200 vidéos seront bientôt disponibles sous peu sur une autre plateforme.

Face à la haine des GAFAM et du gouverment, aidez nous !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Powered by WordPress Popup

%d blogueurs aiment cette page :