La décoration macronienne est à l’image de sa politique : tapageuse et dispendieuse, mais sans impact durable (là, heureusement !)

https://www.liberation.fr/checknews/2019/10/03/le-salon-pompadour-de-l-elysee-a-t-il-ete-renove-comme-le-montre-cette-photo_1754475

Plusieurs articles de presse ont fait état, entre la fin de l’année 2018 et le début de l’année 2019, de nombreuses rénovations à l’Elysée. Brigitte Macron a été photographiée à au moins deux occasions dans le salon Pompadour après le rafraîchissement. En témoigne le numéro d’avril 2019 du magazine des têtes couronnées Point de Vue. On trouve la photo de la reine Rania de Jordanie et de Brigitte Macron sous le Miró, en plus grand dans une banque d’image. Elle est datée de mars 2019.

En lieu et place des fauteuils Louis XV, on trouve donc cet immense canapé blanc. Son concepteur l’architecte d’intérieur Thierry Lemaire – qui l’a baptisé «Niko» – l’a reconnu sur Instagram. Sur le site de mobilier The Invisible Collection, ce canapé coûte 17 775 euros.
Le mobilier national précise que c’est lui qui s’est porté acquéreur :
«On achète des meubles qu’on considère comme étant des oeuvres qui montrent le savoir-faire français. Ici c’est le travail d’un designer français, qui travaille avec des ateliers français. Ce canapé fait dorénavant partie des collections nationales, et n’a pas été acheté par l’Elysée pour l’Elysée. Quant à la tapisserie [de Miró] et au tapis, ils viennent de nos ateliers.»

Bon…
17 775 euros, c’est nettement moins cher que les fantaisies décoratives précédentes attribuées à dame Brigitte !
La seule chose positive là-dedans, même si la pièce est totalement défigurée, c’est que rien n’y est irréparable…
Boiseries, moulures et dorures sont respectées et les tapisseries, meubles et tapis sont certainement remisés…
Il suffira donc de renvoyer les fantaisies macroniennes dans un coin du mobilier national pour rendre à cette pièce son apparat.
(Je suis même bien sûr qu’un ou deux ministres se feraient un plaisir de récupérer ce « décor »…)

Il est parfaitement normal et logique, et c’est même un devoir, que l’Etat encourage la production d’œuvres nouvelles et s’en porte éventuellement acquéreur.
Même si on n’apprécie pas forcément ces productions…
Mais il est clair qu’une œuvre d’art – ou supposée telle – doit s’intégrer dans le cadre où elle se trouve et non pas le défigurer… Et c’est particulièrement vrai dans un lieu historique, même si depuis Sarkozy on s’ingénie à faire le contraire pour « casser les codes ».
Lorsque Pompidou a voulu faire installer une structure cinétique à l’Elysée (le salon Agam), il s’est arrangé :
– pour que cela ne soit pas visible dans les décors d’époque notamment des salons d’apparat,
– pour qu’il s’agisse d’une structure démontable replaçable ailleurs.
Elle est aujourd’hui très légitimement exposée au musée d’art moderne du Centre Pompidou.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Salon_Agam

C’est la chapelle de l’Elysée qui subira les pires transformations avant de disparaître grâce à Sarkozy.
Elle avait traversé sans encombre la grande hystérie laïcarde de la troisième république, mais elle ne résista pas à la libération…
Dès que la quatrième république fut instaurée, le tout nouveau président Vincent Auriol, athée revendiqué, réaménagea l’Elysée pour y créer de nouveaux locaux de bureaux… Si les pièces d’apparat ne furent pas touchées, la chapelle fut réduite de moitié… Ce reliquat fut réaménagé en oratoire par Charles De Gaulle…
Cette structure a définitivement disparu aujourd’hui grâce à Nicolas Sarkozy qui la fit reconvertir en salle d’attente pour le bureau de… dame Carla !

Ce qui est grave dans cette affaire, c’est le lieu: on a intentionnellement voulu défigurer le salon Pompadour, celui qui est par son nom, porteur et témoin de l’Histoire.
Mais évidemment ce souci du respect de l’harmonie dans la culture ne peut se comprendre de la part de gens qui applaudissent à la pendaison par la queue d’un homard géant dans les grands appartements de Versailles ou à l’abandon d’un paquet de ferraille rouillée dans le parc du château en un ensemble dénommé très élégamment «vagin de la reine».
En 1718 le comte d’Evreux achète le « marais aux gourdes » un nom prédestiné qui ne faisait pas référence par anticipation à ses futurs hôtes républicains, mais aux cucurbitacées qu’on y cultivait alors.
Il y fit construire un superbe hôtel qui fut l’un des hauts lieux de la vie aristocratique parisienne sous la Régence…
Louis XV le rachètera et en fera don à madame de Pompadour…
Le salon Pompadour est, par son nom, le témoin des origines du « palais de la république »….

Souhaitons que les futures fantaisies macroniennes de décoration ne s’avèrent pas plus dispendieuses pour le Trésor Public et surtout qu’elles ne conduisent pas à des dommages irrémédiables pour notre patrimoine…

Claude Timmerman

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

6 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :