En Australie, des policiers non vaccinés ont été licenciés deux ans après la fin des mesures de vaccination

Au total, 17 agents et membres du personnel de la police d’Australie occidentale ont été licenciés pour avoir refusé l’injection anti-COVID, malgré l’abrogation de l’obligation en juin 2022.

Décision juridique idéologique et absurde

Une décision de la Cour suprême rendue en avril 2024 avait rejeté une contestation judiciaire déposée par l’officier de police d’Australie-Occidentale (WA) Ben Falconer et le membre du personnel Les Finlay contre l’obligation désormais abandonnée de se faire vacciner contre le COVID.

Falconer et Finlay avaient initialement réussi à obtenir une injonction contre l’obligation vaccinale, ce qui a effectivement empêché la police de les licencier, ainsi que d’autres employés non vaccinés, jusqu’à ce que le problème soit résolu par les tribunaux. Il faut noter que la décision du tribunal à leur encontre intervient malgré le fait que l’obligation vaccinale ait été annulée en juin 2022.

Après la décision d’avril 2024, la police de WA avait déclaré qu’elle allait reprendre immédiatement les mesures disciplinaires contre 17 employés concernés, bien que l’obligation vaccinale ne soit plus en vigueur, en licenciant 12 policiers et cinq membres du personnel qui n’avaient pas reçu les injections expérimentales COVID.

Licencié le 28 juin 2024 malgré le manque d’effectifs

Le 28 juin 2024, Falconer a été le dernier à être officiellement informé de son licenciement pour avoir refusé de se faire vacciner contre la COVID-19, comme l’exigeait le commissaire.

Falconer, un haut fonctionnaire de police, avait déploré la décision lamentable rendue par la Cour suprême.

« Le but du procès était de découvrir quels sont nos droits sur notre corps sur le lieu de travail, et le pouvoir judiciaire et le gouvernement ont donné leur point de vue à ce sujet aujourd’hui », a déclaré Falconer à Dystopian Down Under après la publication de la décision du tribunal.

Le commissaire adjoint Allan Adams a admis que le licenciement de Falconer était « regrettable ». D’autant que la police australienne avoue avoir du mal à recruter de nouveaux effectifs.

Le commissaire de police, le colonel Blanch, a reconnu que la police avait connu une réduction « significative » de ses effectifs après l’épidémie de COVID, avec 570 départs de la force en 2022, dont 473 officiers démissionnaires.

Léo Kersauzie

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Abonnez-vous à CARITAS !

Ça y est, le numéro 1 de la tout nouvelle revue Caritas est en vente sur MCP.

Militez,

En achetant le n°1 de CARITAS : Lutter contre la haine anticatholique

En s’abonnant à cette nouvelle revue : la revue CARITAS !