Belgique – Un quadragénaire interpellé en flagrant délit de vol de vélo dans la commune bruxelloise d’Auderghem a été condamné jeudi à trois ans de prison ferme pour “crime écologique” par la 57e chambre du tribunal correctionnel de Bruxelles, ressort-il d’un jugement prononcé en l’absence du prévenu, et cité dans les titres Sudpresse vendredi.
Les faits ont eu lieu le 29 octobre, mais le prévenu avait déjà été condamné en janvier 2018 à 15 mois de prison, également pour vol de vélo.

“Il convient dès lors de sanctionner sévèrement le prévenu qui commet des délits dont la gravité est importante pour la planète, dès lors que la victime dépossédée de son vélo n’a pas d’autres options que d’utiliser des moyens de transport beaucoup plus polluants et contribuant dès lors au réchauffement climatique et tout cela pour permettre au prévenu de s’acheter des stupéfiants”, a motivé juge.

Sudpresse signale que le prévenu avait déjà été interpellé à 44 reprises par les forces de l’ordre entre 1995 et 2019, si bien qu’il cumule 17 condamnations en correctionnelle pour un total dépassant théoriquement les douze ans de réclusion.

En son absence au tribunal jeudi, le procureur du Roi a dès lors requis son arrestation immédiate, demande qui a été accordée par le président de la chambre.

Si la multi-récidive du délinquant justifie pleinement une sanction ferme, c’est le qualificatif de “crime écologique” qui retient l’attention. Il serait devenu plus grave de voler un vélo que de voler un portefeuille ou un sac à main ? On peut le penser et cela correspond bien au nouvel intégrisme vert propagé avec la complicité médiatique par l’ayatollah Greta Thunberg.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

5 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

MPI vous conseille cette revue :

%d blogueurs aiment cette page :