Belgique – Le 14 octobre, les Belges sont appelés à se rendre aux urnes pour les élections communales et provinciales. En Europe, la Belgique francophone fait jusqu’ici figure d’exception, ne connaissant plus depuis de longues années de représentation d’un mouvement nationaliste au sein d’une quelconque assemblée, même la plus locale.

Le mouvement NATION espère modifier cette situation et sera présent aux élections communales et aux élections provinciales, couvrant 45 communes au total. La liste des communes se trouvent ICI pour les élections communales et ICI pour les élections provinciales.

Cette seule présence est déjà le signe d’une avancée, en comparaison des élections locales de 2012 où NATION ne présentait des candidats que dans 4 communes.

Notons que NATION, tout en menant résolument campagne contre l’immigration et l’islamisation, ne cède à aucune des sirènes du national-sionisme qui tente en ce moment de cornaquer tout l’espace “patriote” en Europe.

Ajoutons que NATION entretient des relations étroites avec d’autres mouvements en Europe et siège au sein de l’Alliance for Peace and Freedom, organisation nationaliste reconnue au sein du Parlement Européen.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Mots clefs ,

Un commentaire

  1. Locksman says:

    Je vis dans ce beau pays qu’est la Belgique et il est vrai qu’il y a eu aussi pas mal d’immigration, j’en ai personnellement constater et même subit les effets néfaste.
    L’avenue Louise à Bruxelles ou le quartier de la gare à Mons n’appartienne plus vraiment aux belges, du moins à première à vue. Certaines écoles, de certains quartiers ne comptent plus la moindre petite tète blonde.

    Il me semble qu’il n’y a jamais eu de concertation en Belgique sur le sujet de l’immigration, elle à toujours été importante. Les belges sont très ouverts et tolérant mais en y regardant de plus près on remarque qu’ils ne souhaitent pas vraiment assimiler les basanés.
    Dans les couches les plus pauvres il y a beaucoup de métissages et plus ont monte dans les classes aisé moins il y à de basanés.
    Dans les coins les plus reculé, riche ou pauvres il y a très peu de basané voir pas du tout.

    Je parle de basané et pas d’immigrer parce que dans les immigrés il y aussi les européens, voir certain turque ou kabyle qui ne sont pas forcément “reconnaissable” et qui sont plus facilement assimilable.