Chargé par Emmanuel Macron de recenser le patrimoine français à sauver d’urgence et de trouver des sources de financement innovant, le présentateur Stéphane Bern, dans un entretien au Parisien week-end, dévoile son idée de génie jet-setteur : faire payer l’entrée des cathédrales car « on est le seul pays où leur accès est gratuit » explique-t-il.

Sa proposition a immédiatement déclenché un tollé quasi-général. Les évêques de France ont répliqué hier que « les cathédrales, alors même qu’elles font partie du patrimoine culturel de la France, sont avant tout des lieux de prière et de culte dont l’accès doit être libre ».

Une des réponses les plus savoureuses est celle de la sénatrice Nathalie Goulet de l’Union des démocrates et indépendants qui, sur touitter, a vivement interpellé Bern : « faire payer l’entrée des cathédrales c’est une violation de la loi de 1905 ( impôt sur le culte) et une une violation de l’égalité devant la loi quid des synagogues et des temples et des mosquées ? »

Mais qui a envie d’aller visiter une mosquée aujourd’hui, peut-on quand même se demander ?

D’autres personnalités ont émis leur avis sur le sujet :

 

Réponse un brun humoristique :

Et que cela serait génial ! Car si faire payer l’entrée des cathédrales serait choquant, l’attitude de bien des touristes qui visitent ces lieux dédiés à Dieu est encore plus choquante ! Entre leur selfie, leurs chips sous plastique, leur habillement irrévérencieux, leur  bavardage sonore, toutes choses qui ne seraient pas tolérées dans une synagogue ou une mosquée, trop d’entre eux sont devenus une plaie irrespectueuse des églises et des cathédrales…

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Jeanne de France

Livre d’Alain Sanders

Jeannette est une petite fille de treize ans, vive et enjouée, qui n’aime rien tant que d’aller courir à travers champs avec ses amies.

Mais saint Michel lui apparaît et lui parle de la grande pitié qui est au royaume de France, envahi et opprimé par les armées anglaises.

Alain Sanders nous raconte ici la belle histoire de sa vie.

Avec 6 illustrations à l’intérieur du livre.

11 x 16,5 cm – 120 pages (éditions Clovis)

A partir de 8 ans

%d blogueurs aiment cette page :