Philippe Labatut, ancien Auditeur à l’Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale, Docteur en Droit, avocat à la Cour d’Appel de Paris, est un ancien élève de Cyr VII au Prytanée Militaire.

C’est à partir de sa thèse universitaire de doctorat de spécialité qu’il nous présente cet ouvrage passionnant. Il étudie l’idéal des Chantiers qui propose aux jeunes l’exemple d’une série de chefs ayant glorieusement servi leur patrie, presque tous militaires, des maréchaux (Lyautey, Galliéni, Foch) aux lieutenants Péguy et Psichari l’un et l’autre tombés au combat après avoir, comme écrivains, symbolisé les aspirations héroïques d’une génération qui sera sacrifiée. L’inspiration scoute des Chantiers de jeunesse est également très perceptible. Le général de La Porte du Theil, chef de Chantiers, avait été auparavant commissaire régional des Scouts de France.

Comme le montre cet ouvrage, c’est une véritable “mystique” que proposaient ces Chantiers de jeunesse, poussant vers le haut les énergies juvéniles, par l’appel à des valeurs transcendantes.

Les Chantiers de jeunesse entendaient substituer le culte de la patrie française à l’humanitarisme pacifiste et internationaliste; la conscience des devoirs à la revendication des droits; le sens de l’effort au culte du confort. Pour compléter ce programme, les Chantiers de jeunesse mettaient à l’honneur la France catholique et royale, bien loin du laïcisme imposé depuis 1880. Des aumôniers étaient associés au développement spirituel et moral de la jeunesse et inculquaient le respect de Dieu car, comme le rappelait le chef des Chantiers de jeunesse, “On ne fait pas une société sans Dieu… une nation comme la France, qui s’est formée et qui a longtemps vécu sur ses traditions religieuses, ne se refera pas sans un retour à ces sources profondes de son unité, qui sont la raison même de son expansion, de sa grandeur. La France a rempli une mission de civilisation chrétienne, elle la conserve.”

Près de 400.000 jeunes sont passés par les Chantiers de jeunesse.

Un important cahier photos vient compléter cette remarquable étude.

Être jeune en 40, Philippe Labatut, Nouvelles Editions Latines, 205 pages, 20 euros

A commander en ligne sur le site de l’éditeur

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés