De plus en plus, grâce à l’avènement d’Internet, il est possible de faciliter l’obtention de visas. La Thaïlande ne fait plus exception. Après les Etats-Unis, l’Australie, le Canada mais aussi l’Inde, Oman, le Vietnam, la Turquie ou Madagascar, le pays des hommes libres a recours au système de protocole https://www.evisa-tourisme.com, destiné à aider le voyageur dans ses démarches. Pour le moment, seuls quatre pays bénéficient de cet avantage : la France, le Royaume-Uni, les Emirats Arabes Unis et la Chine, d’autre pays devant être ajoutés à la liste en avril 2019.

Dans les faits, le visa électronique ETA est une autorisation de voyage électronique permettant de voyager plus facilement en Thaïlande, même si cela ne concerne dans un premier temps que les visas touristiques. Dans un futur proche, elle sera étendue aux visas d’affaires, visas à entrées multiples METV, visas longs séjour (de trois à six mois), et visas très longs séjour (10 ans).

Les pièces justificatives nécessaires sont une copie au format A4 de la page informations du passeport, trois photos d’identité couleur de qualité au format 4,5 sur 3,5 cm. Le demandeur devra aussi prouver qu’il dispose sur son compte bancaire de 1000 € afin de couvrir les frais de son séjour. Une copie du billet d’avion aller-retour, ainsi qu’une copie d’une réservation d’hôtel, ou certificat d’hébergement si le voyageur est logé chez l’habitant. Avant d’effectuer une demande de visa touristique, que ce soit dans sa version électronique, ou classique. Il faudra au préalable s’assurer que son passeport a une validité supérieure à six mois après la date de retour prévue. Suite à la demande d’autorisation de voyage électronique, les délais prévisionnels sont pour l’enregistrement et la validation de votre demande. La durée standard d’une autorisation est de quelques minutes. Cependant, si des documents sont manquants, le demandeur est averti dans les 72 heures suivant son inscription, précisant les démarches à suivre.

Si l’exonération de visa permet un séjour de 30 jours, durée qui peut être prolongée de 30 jours , le visa touristique thaïlandais permet quant à lui un séjour de 60 jours, qui lui aussi peut être prolongé de 30 jours. Il est donc possible pour un touriste de passer un maximum de 90 jours en Thaïlande. Cependant, la Thaïlande est très pointilleuse sur le respect des durées octroyées par un visa, avec risque d’interpellation des contrevenants par la police thaïlandaise non-respect de cette durée, la police thaïlandaise peut arrêter les contrevenants, et les placer en détention. Bien qu’extrêmement rare, cette possibilité est bien réelle. Avant d’en arriver à ces extrémités, la police dresse généralement une amende de 500 bahts par jour de dépassement, soit 15 € d’amende par jour. Il existe toutefois un délai de grâce, qui est au maximum de 20 jours, après il faudra quitter le territoire thaïlandais, ou risquer d’être incarcéré. Et en Thaïlande, c’est le prisonnier qui doit régler les frais de sa détention.

Le visa touristique est un visa à entrée unique. Ce qui veut dire qu’en cas de sortie du territoire, ne serait-ce que 24 heures, il faudra faire un nouveau visa. Le montant des frais consulaires pour l’établissement d’un visa touristique thaïlandais est d’environ 30 € (1900 baths). Cependant, pour les touristes qui souhaitent visiter la Thaïlande ainsi que les pays limitrophes, comme le Laos, le Cambodge ou le Vietnam, il est possible de faire une demande de visa spécifique, un visa METV (Multiple Entry Thailand Visa), permettant d’effectuer un séjour de six mois au maximum, mais surtout d’effectuer plusieurs séjours de 60 jours espacés au minimum d’une sortie du territoire thaïlandais de 24 heures.

Le remplissage du formulaire a été simplifié au maximum : la première partie concerne l’état-civil, à savoir les renseignements figurant sur le passeport. Ensuite, une série de questions à répondre par oui ou par non (mais à lire très attentivement). La dernière partie concerne les informations techniques du voyage et est facultative. Une erreur courante est une mauvaise écriture qui peut rendre le formulaire erroné et donc refusé. Pour ceux qui ont connu la préhistoire de l’informatique avec les programmes en basic se souviennent de pages de programmes tapés rendus inefficaces à cause d’un 1 confondu avec un I, d’un 0 confondu avec un O, d’un 5 confondu avec un S voire, ça c’est vu, d’un 2 confondu avec un Z. Remplir un  formulaire, c’est comme à l’école : il faut écrire soigneusement…

Il y a hélas possibilité de voir son dossier refusé pour plusieurs raisons : durée de voyage non-autorisée (plus de 90 jours), atteint de certaines maladies comme la tuberculose ou d’autres virus contagieux, condamnation au pénal avec une période d’incarcération de plus de 12 mois, effectuée ou non et intention de travailler en Thaïlande hors séjours d’affaires. En cas de refus, il faudra simplement passer par l’ambassade ( 8 rue Greuze, 75116 Paris) ou le consulat (Lyon, Marseille ou Bordeaux) pour solliciter une demande d’autorisation temporaire.

Sur ce, bon séjour dans la Péninsule Indochinoise pour voir les éléphants jouer au football, le Bangkok by night, le festival Songkran, le temple d’Ayutthaya ou une rencontre de boxe thaï, voire ramener un chat siamois AOC…

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

UDT 2019 de CIVITAS : inscrivez-vous !

Les commentaires sont fermés