Un nouveau rapport effrayant sur l’euthanasie arrive de Belgique. La « douce mort » comme osent l’appeler ses partisans enregistre une croissance épouvantable : plus de 247 % de 2010 à 2018.

En Hollande la situation de la pratique apparaît hors de contrôle et frappe les plus faibles, telles les personnes affectées de démence ou les patients avec des problèmes psychiatriques, souvent infligée sans qu’elle ait été demandée.

Légalisée en Belgique en 2002, l’euthanasie est passée de 349 cas en 2004, à 945 en 2010, à presque 2040 en 2018, soit donc une augmentation de 247%.

En Hollande la situation est encore plus dramatique : de 1 882 cas d’euthanasie demandée en 2002, on est passé à 3 695 en 2011, 5 306 en 2014, pour atteindre la barre des 6 585 en 2017. Parmi ces euthanasies de 2017, 80 ont été administrées sur des personnes affectées de démence et des patients avec des problèmes psychiatriques, plus des cas de « douce mort » de couples parce qu’un des deux conjoints craignait le veuvage, sans oublier celles pratiquées en l’absence d’une quelconque demande. Des chiffres qui là-aussi décrivent donc une augmentation constante et qui deviennent encore plus alarmants si on les compare au nombre total de décès pour le pays : en 2012 les morts par euthanasie selon la National Review représentaient 12 % des décès hollandais, aujourd’hui c’est environ 25%.

En pratique une mort sur quatre est donnée par la main médicale. Cette situation mortifère de la Hollande ne fait que confirmer, comme la dramatique expérience belge, qu’à chaque fois que la mort assistée est légalisée, elle désintègre le rapport patient-médecin en ouvrant les portes à l’enfer euthanasique.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

7 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A l’heure de la 3ème dose et de la 5ème vague de mensonge, nous vous recommandons le livre : Les vaccins en question

Les vaccins en question – avec une préface d’Alexandra Henrion-Caude

Le livre de la biologiste américaine Pamela ACKER « Les vaccins en question », ouvrage préfacé dans sa version française par la généticienne Alexandra HENRION-CAUDE, ancienne directrice de l’INSERM et spécialiste de l’ARNm, avec une postface du Docteur Roullet bien connu de nombreux poitevins .

Ce livre a le grand mérite d’aborder la biologie et la technique vaccinale mais avec l’éclairage de la morale, et la mise en perspective des conséquences secondaires réelles mais bien souvent ignorées. Les intérêts et les manipulations des grands groupes pharmaceutiques ne sont pas oubliés !

17 € seulement !

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :