L’AFP, qui est au régime actuel ce que l’Agence Tass était à la dictature soviétique, a été condamnée pour avoir publié le 5 avril un article mensonger intitulé : « Panama Papers : la liste des pratiques fiscales opaques s’allonge, le FN et la Société générale épinglés». Cette dépêche reprenait des informations publiées par le journal régimiste Le Monde, qui s’était procuré des documents provenant du cabinet d’avocats panaméen Mossack Fonseca mettant en cause des connaissances de Marine Le Pen, la présidente du parti, sans que celui-ci n’ait une quelconque implication, ce qu’a relevé le tribunal correctionnel de Paris.

Même motif, même punition pour le quotidien gratuit 20 Minutes qui était allé encore plus loin dans le mensonge, titrant : « Fraude : le système dénoncé aurait été utilisé par le FN pour sortir de l’argent de France au moyen de sociétés écrans et de fausses factures ». Le tribunal a relevé que l’emploi du mot « fraude », alors que l’article lui-même ne donnait « aucun élément de nature à caractériser l’utilisation d’un système offshore par le FN », était diffamatoire.

Comme le dit avec justesse la dissidente Blanche au sujet du FN :

« Les tactiques médiatiques utilisées à son égard valent donc celles utilisées contre les mouvements pro-français plus radicaux : insinuations, raccourcis, présentation sélective (un journaliste interrogeant des militants FN ou nationalistes cherchera à montrer seulement ce qu’il estime comme pouvant nuire, par exemple), mensonges sur des faits d’ordre général (l’impact de l’invasion migratoire est l’exemple le plus évident ; que ce soit en criminalité, en impact économique, en impact culturel, etc. ; mais il y en a d’autres)… et puis aussi la diffamation pure et simple ».

Notons que contrairement à l’usage, les deux publications n’ont pas eu à insérer leur condamnation dans la presse. Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose…

Hristo XIEP

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Les commentaires sont fermés

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :