Pour la seconde fois, Alexis Arette écrit une lettre ouverte à François Bayrou, maire de Pau. Il l’épingle sévèrement sur les déclarations lénifiantes de nos dirigeants à propos de l’attentat islamiste du 13 novembre à Paris. Il lui rappelle la fameuse phrase d’Arletty sur  l’occupation allemande de 1940 : « Fallait-pas les laisser entrer ! ». Contrairement à l’adage bien connu l’histoire repasse bien les plats, même les plus horribles et ce ne sont pas les Bisounours droits-de-lhommistes qui vont arrêter les assassins islamistes. Ce ne peut être qu’un pouvoir fort et lucide et Alexis Arette propose à François Bayrou de regarder vers Vladimir Poutine.

Christian LASSALE

14 Novembre 2015

Lettre ouverte d’Alexis Arette, paysan à Momas,  à François Bayrou, Maire de Pau

François,

J’en étais resté hier, à la satisfaction de t’avoir entendu répondre à Pujadas, que tu te distinguais de Monsieur Juppé, car toi, tu n’avais jamais demandé que l’on bombarde l’armée Syrienne. Bien sur si tu l’avais dit au moment ou le gouvernement socialiste voulait en découdre contre elle, avec l’appui  de l’évêque d’Angoulême et, à sa rescousse, le bureau de l’Académie de Béarn, c’eut été mieux !  Ne l’ayant pas fait on pourrait te soupçonner d’avoir pris le vent en cours de route. En effet, nos va-t-en-guerre ont été depuis désavoués par les évènements, au point qu’ils tentent aujourd’hui en lâchant avec parcimonie quelques bombinettes sur Daech , de faire oublier qu’ils ont été ses meilleurs alliés. Mais passons, puisque le Vendredi 13 a remis les choses en place, en réalisant ce que nous étions  quelques uns à redouter depuis 20 ans, et à le dire, malgré les assurances contraires des partis dits « de gouvernement ».

C’est ainsi François que j’ai été un de ces réprouvés, insulté,  menacé de mort, agressé à plusieurs reprises, interdit par la presse « bien pensante » paloise, calomnié par un bureau de l’Union Nationale des combattants ventrouillé devant le ministère, comme par celui  de l’ Académie, à laquelle tous deux nous appartenons, et cela , pour avoir prévenu nos concitoyens de ce qui fatalement allait  arriver. Aujourd’hui, pataugeant dans des flaques de sang,  les partis « de gouvernement » coiffent le casque des pompiers pour tenter de convaincre l’opinion qu’ils peuvent éteindre l’incendie qu’ils ont allumé ! Si les français accordaient demain leurs suffrages à ces inaptes politiques, ils prouveraient la réalité du suicide assisté.  Nous le saurons bientôt.

Lors des procès de la Libération, Arletty dit-on eut un joli mot. Accusée d’avoir eu quelque intimité avec des officiers ennemis elle répliqua au juge d’instruction : « Fallait-pas les laisser entrer ! ». C’est la même réponse que l’on pourrait faire à nos gouvernants qui s’indignent aujourd’hui de ce qu’ils ont amené, et font des effets de braguette pour paraître virils ! Depuis la promotion des « chances pour la France », jusqu’au procès des patriotes pour « islamophobie »,  l’immense appareil de la crapule Politique s’est mis en branle pour supprimer nos protections séculaires. De l’ouverture de nos frontières au nom de L’Europe, jusqu’à l’équarrissage de notre armée au nom du progrès démocratique, en passant par la suppression de la peine de mort et l’ouverture des prisons, qui s’apparente au permis de récidiver, avec en plus la tolérance des Burkas et des polygames, la constitution des zones de non-droit, l’abandon des rues à la dévotion islamique, les avantages financiers à l’immigration parasitaire, et les aides déguisées à la prolifération des mosquées, tout a été fait  pour faire accepter aux français la capitulation nationale, que nous, les réprouvés, nous dénoncions ! Et je cherche dans mon département, un conseiller, un député, un sénateur des « partis de gouvernement » qui aurait osé dénoncer la progression de la criminalité politique, mais c’est en vain. Je ne trouve que de braves inconscients, quelques bien-pensants perclus de timidité, ou bien des individus qui veulent se faire une situation, au seul risque de prendre un durillon sur le nombril a force de ramper dans les antichambres du pouvoir.

Aujourd’hui pourtant, Monsieur Camerone se repent de ce que le mensonge yankee l’ait incité à prendre sa part à l’agression contre l’Irak, et le Père Bush, dont on pensait qu’il avait l’esprit de famille, traite  tout de même son fils de crétin politique ! Sarkozy lui, ne se repent pas d’avoir fait participer la République au meurtre de Kadhafi. C’est que si, l’homme avait parlé, ses révélations eussent été un peu plus gênantes pour ses ambitions que les petits trafics de Monsieur Guéant. Aujourd’hui, ce ne sont plus les bourgeois de Calais qui ont la corde au cou, mais le menu peuple livré par l’incapable Cazeneuve à une invasion , dont l’intérêt français eut été d’en favoriser le passage vers l’Angleterre ! Aujourd’hui, quelques parlementaire Français, et jusqu’à ton très fidèle jean Lassalle, osent prendre langue avec Bachard El Assad, qui certes n’est pas le chevalier blanc, mais peut ainsi retourner à nos gouvernants les attributs sanglants dont on le chargea. Et aujourd’hui, Monsieur Lang qui fait de jolis revenus avec la présidence de l’Institut du monde Arabe  réclame qu’on double ou triple le nombre des imans chargés de l’instruction religieuse des détenus Islamique, en raison de leur grand nombre : Ce faisant, il donne raison à Zemour  qui avait osé révéler que les ¾ de nos détenus étaient musulmans. Seulement Zemour avait été condamné par un tribunal collabo , tandis qu’en disant la même chose, Monsieur Lang fricote !

Reste à traiter Notre Président qui, avant-hier, tentait de ranimer le climat en sa faveur en parlant du réchauffement de la planète. L’argument n’était pas très porteur.  Mais l’évènement du Vendredi 13  est survenu à point. L’homme a immédiatement tenté de se repeindre en acier, alors que jusqu’ici on lui prêtait plutôt la consistance du Chewing-gum. (Il n’avait plus de goût, mais les socialistes continuaient de le mâcher par habitude !) Comme on n’avait pas eu le temps de le maquiller pour l’émission,  son visage avait perdu cet aspect lunaire qui le fait planer très au-dessus de la dette publique. J’y ai cru voir comme les signes d’une décomposition précoce. Mais les propos étaient dans la continuité Républicaine. Déjà Pasqua nous avait promis de terroriser les terroristes mais c’était entre deux Ricards. Sarkozy avait promis de passer les racailles au Karcher avec la même efficacité. Car en fait, depuis De Gaulle qui était un malfaisant d’une autre espèce, tous nos Présidents devant les étrangers, sont convaincus qu’ils sont légitimement chez eux, chez nous !

A l’instant ou je termine cette missive, l’information nous est donnée que l’un des djiadistes a été identifié. Bien évidemment, il était très connu des services de police , plusieurs fois condamné, et fiché comme islamiste radical ! Je suppose que malgré cela il devait continuer à percevoir les allocations chômage comme quantité d’autres dans le même cas. Et 500 personnes ont perdu ou ont risqué de perdre la vie à Paris  parce que la république a été tolérante envers cette crapule, et n’a pas pris les mesures qui s’imposaient, et que réclame la police !

Mais voici une autre petite crotte, comme une cerise sur le gâteau du régime.

La presse rapporte que le matin du 13, Monsieur Cazeneuve exposait son gigantesque plan de combat  antiterroriste, avec le contrôle des armes. Et que proposait-il ? Que les français qui détiennent des armes « sous l’oreiller », c’est-à-dire illégalement, fassent confiance à la protection de la République, et remettent leurs armes à la police : Quelques heures après, les 130 morts Parisiens démontraient ce que l’on peut attendre de la protection de  Monsieur Cazeneuve !

Que faut-il attendre  de ce misérable qui qualifiait de  « nauséeuse » l’évocation des racines Chrétiennes de la France, alors qu’il est ministre des cultes ? On peut en attendre les perquisitions chez tous les patriotes, ce que permet la loi qui vient d’être décrétée, afin surtout que la crapule politique  soit garantie contre une éventuelle réaction populaire,  car ce que craint le régime, ce n’est pas l’invasion de l’étranger qu’il a favorisée, c’est d’être renversée par l’émeute, et jugé pour collaboration avec l’ennemi.

Si  un citoyen, aussi déterminé que je le suis ( et je ne suis pas l’exception !) s’était trouvé présent au Bataclan, et qu’il eut été armé d’un 9 millimètres, comme je souhaiterais de l’être, et qu’il eut tiré comme j’ai appris à le faire, dans les 5 secondes le terroriste assassin aurait été abattu, et quelques vies auraient été sauvées ! Mais ce n’est pas cela qui importe à Monsieur Cazeneuve.

Nous différons François sur bien des points, mais je suis sur que tu seras d’accord avec ma dernière réflexion . La voici : La pire des choses serait que des patriotes excédés, et se sentant menacés, « pètent les plombs » et s’en prennent a des musulmans qui n’en peuvent mais ! Le danger est réel, car la colère  monte dans le pays, et il y a une heure, qu’ à la fête votive de mon village, j’ai entendu de jeunes enfants qui venaient d’acheter des armes factices, décréter : « On va faire la guerre aux bougnouls ! ». Cela, ils ne l’avaient pas inventé. Il traduisaient ce qu’ils avaient entendu des adultes indignés. Et c’est exactement sur cela aussi que comptent les djihadistes pour mettre le pays à feu et à sang !

Tu rêves François de mettre de l’ordre dans cette invraisemblable pagaille à la façon d’Henry IV  qui ne voulait pas que les Catholiques opprimassent les Protestants, ni que les Protestants fassent la loi aux Catholiques. Et cela, tu l’as très bien dit à Monsieur Pujadas. Mais le débat n’est pas exactement le même aujourd’hui : Catholiques et Protestants qui s’entretuaient désobéissaient à l’Evangile ! Les Islamistes égorgeurs ne font  qu’obéir au Coran ! Et Henry IV que je pratique presque aussi bien que toi, a prévu le cas en disant : « En extrême nécessité, il faut user de moyens extrêmes ! ». Et nous sommes en tel état de nécessité, qu’avant même ce Vendredi 13, un sondage démontrait qu’une large majorité de Français ne répugnait pas à un régime autoritaire pour rétablir la sécurité !

Vladimir Poutine l’a compris. La Russie se protège comme l’occident aurait du le faire au lieu de faire reluire les escarpins de Monsieur Rockefeller, et je déplore que Monsieur Hollande ne se montre viril qu’avec les suffragettes d’occasion. Mais pour assurer en politique, hélas, on n’a pas découvert de Viagra !

Alexis Arette.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

8 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A commander sur MCP

Pierre Hillard a ici voulu cibler un autre angle d’attaque permettant d’intégrer, sur le temps long, la trame profonde — politique, économique, monétaire, géopolitique et spirituelle — expliquant les rivalités entre factions oligarchiques. Ces dernières sont en dépit de cela animées par un idéal commun : l’émergence d’une gouvernance mondiale et l’instauration d’une monnaie planétaire dématérialisée, le tout en lien avec une spiritualité bien définie.

Les volontés d’instaurer une sorte de Directoire mondial passent par une harmonisation des intérêts matériels planétaires de diverses factions oligarchiques, l’ensemble reposant sur une spiritualité globale selon les canons propres à l’idéal du mondialisme.

Cet ouvrage permettra au lecteur de comprendre, à partir d’un socle d’informations dûment référencées, le monde dans lequel il vit, mais aussi de mieux appréhender celui qui nous attend.

773 pages – 34.90 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :