Mardi après-midi, des militantes du mouvement FEMEN ont mené une action à l’Assemblée nationale du Québec. Selon leur mode opératoire habituel, les militantes FEMEN se sont dénudées. Elles réclamaient le retrait du crucifix qui surmonte l’honorable assemblée depuis 1936. Cette action antichrétienne entre dans la stratégie de communication de ce mouvement dont la branche québécoise était inconnue. Depuis mardi soir, FEMEN est connu à travers tout le Canada et fait son apparition sur les plateaux de télévision. Le scandale est bon pour l’audimat; la formule est connue…

Xenia Chernyshova, Stéphanie Sunart et Julie-Anne Beaulac, les trois exhibitionnistes de mardi, ont acquis une notoriété. Cependant, une quatrième militante FEMEN pourrait bénéficier d’une plus grande attention médiatique au Québec. Morgane Mary-Pouliot, étudiante de 19 ans, est la petite-fille de Claire Bonenfant, présidente de 1978 à 1984 du Conseil du statut de la femme et ancienne vice-présidente de la Fédération des femmes du Québec. Cet héritage « féministe » avait déjà conduit la jeune Morgane à poser seins nus il y a une semaine devant la statue de Maurice Duplessis qui avait fait installer ce crucifix à l’Assemblée nationale.

Mais qu’aurait pensé la grand-mère de Morgane du féminisme des FEMEN ? Lors de la Mostra de Venise, l’Australienne Kitty Green a présenté le documentaire qu’elle a réalisé, intitulé « L’Ukraine n’est pas un bordel » et consacré au mouvement FEMEN. Kitty Green a insisté sur le rôle de Victor Svyatski, l’homme de l’ombre de ce mouvement. « Il est allé chercher les plus jolies filles parce qu’elles font vendre du papier. Les plus jolies filles ont droit à la première page. C’est devenu leur manière de faire pour vendre la marque », a expliqué Kitty Green qui a suivi les FEMEN pendant plus d’un an, entre 2011 et 2012. Elle a été surprise de découvrir ce Victor. « Une fois que j’étais dans le cercle intime, je ne pouvais pas ne pas le connaître. Il est Femen, c’est son mouvement. Pourtant, l’homme est horrible avec les filles. Il leur crie dessus et les traite de salopes. »

Vous avez dit féminisme ? Non, simplement de l’antichristianisme qui cherchait le meilleur angle médiatique pour diffuser sa bile…

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :