Sur son blog, Yves Daoudal commente la fermeture du sanctuaire de Lourdes :

C’est un symbole très fort de notre état de décomposition spirituelle et mentale : le sanctuaire de Lourdes ferme, pour la première fois de son histoire.

Déjà on avait fermé les piscines, alors que depuis toujours les virus y rivalisent de pullulation avec les bactéries sans que jamais personne n’attrape une maladie infectieuse. Puis la Grotte a été interdite d’accès. Et maintenant le sanctuaire est entièrement fermé.

Lourdes, c’est la guérison des malades. C’est un torrent de miracles de guérison sous le sourire de l’Immaculée. La porte de la guérison est fermée. L’Immaculée est priée d’aller voir ailleurs.

Il est vrai que de toute façon on n’a pas le droit d’y aller. Le bien portant ne doit pas sortir de chez lui. Et le malade ne doit voir qu’un médecin patenté. On ne guérit pas à Lourdes, que ce soit dit une bonne fois. D’ailleurs l’évêque précédent avait décrété qu’il n’y avait pas de miracles à Lourdes, seulement des guérisons inexpliquées en l’état actuel de nos connaissances…

Etonnante « coïncidence » : juste avant d’apprendre cette nouvelle, je lisais le récit de l’agonie de sainte Bernadette dans le gros livre du P. André Ravier.

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

14 commentaires

  1. Marige Gemari says:

    Avant la séparation de l’Eglise et de l’Etat, quand la religion catholique était la religion d’Etat, des processions étaient organisées pour prier contre les épidémies et autres calamités.

    Je suis le chapelet sur KTO.

    Quand on voit certains officiants à Lourdes ne pas respecter l’ordre de prière du chapelet, zapper le Credo et les premiers avé, mais rajouter d’autres mots dans les dizaines. on se demande si, finalement, le Bon Dieu et la Sainte Vierge n’en auraient pas un peu marre que certains cherchent à se démarquer en ne faisant qu’à leur tête.

    Surtout, quand on sait que les avé sont les paroles de Salutation de l’Ange à Marie … .
    Exemple : “… et Jésus, votre fils crucifié au lieu de “le fruit de vos entrailles” … .
    Est-ce que l’Ange quand il s’adresse à Marie (qui n’est pas encore enceinte) lui dit que son fils sera crucifié ???

    C’est comme si l’officiant (un être humain) disait à l’Ange (envoyé de Dieu) qu’il n’a pas bien fait son boulot. Je suis vraiment désolée, mais je préfère zapper ces chapelets-là. La prière, ce sont des paroles consacrées qui véhiculent une énergie. En changer les mots, sur un simple coup de tête, c’est perturber cette énergie-là.

  2. Cadoudal says:

    Dingoglio va faire des processions dans le jardin du Vatican en l ‘honneur de la Pachamama.

    il en profitera pour faire prendre le frais à la statue de Luther.

  3. “il en profitera pour faire prendre le frais à la statue de Luther.” Et la repeindre en arc-en-ciel

  4. Soupape says:

    A Marige Gemarie

    Petite correction :

    Sauf erreur de ma part, l’Ave Maria commence par 2 salutations :

    a – celle de l’Ange : “Ave Maria, gratia plena, Dominus tecum, benedicta tu in mulieribus”

    b – et celle de sa cousine Elisabeth,
    lorsque, ne tenant plus en place, Marie court lui rendre visite,
    “Benedicta tu inter mulieres” (sic)
    “et benedictus fructus ventris tui (Jesus)” (Luc, 1, 42)

    En conséquence de ces 2 salutations distinctes,
    le répons suivant commence par constater
    que 1 – Marie est Sainte,
    puis 2 – qu’elle est Mère de Dieu
    (ce qui n’est pas rien pour certains modernistes en bataille avec l’Incarnation).

    Puis, contrairement au Pater, on ne précise pas
    ce qu’on demande à Dieu le Père (par l’intermédiaire de Marie) :
    on suppose que Dieu et Marie savent mieux que nous ce dont nous avons besoin,
    et on lui demande seulement de … prier pour nous …

    Les citations latines sont toutes copiées de la Vulgate (consultée sur le site de la FSSPX).

  5. Vous avez bien raison et les commentaires abondent dans ce sens. C’est insensé ou plutôt machiavélique. Satan est à la manœuvre !

  6. Miche says:

    C’est vrai ce que vous dites. Mais Pourquoi font-ils cela ?

  7. Mirage says:

    Oui, et sa cousine Elisabeth a été la première, inspirée par l’Esprit saint, à prononcer ces paroles reconnaissantes.
    Je ne comprends pas bien ce que vous voulez signifier par “on ne précise pas
    ce qu’on demande à Dieu le Père (par l’intermédiaire de Marie). On parle bien du Je Vous Salue Marie. A la fin, on lui demande de prier pour nous … . C’est l’essentiel.

    Je pense que c’est Woody Allen qui a dit “Faites très attention à ce que vous demandez … ; vous risquez de l’avoir !”. Donc, oui, Dieu sait mieux que nous ce dont on a besoin.

  8. Soupape says:

    A Mirage

    Dans le Notre Père, on adresse au Père (et non à son Fils Jésus) …
    6 demandes particulières :

    1 – que Son Nom soit sanctifié … (par nous, et par les autres)
    2 – que Son Règne arrive
    (oh ! que oui, que nous puissions enfin vivre … dans un monde sans péchés)
    3 – que Sa Volonté soit faite sur la Terre (par nous, et par les autres)
    4 – que nous sachions recevoir de Lui … le pain que nous mangeons
    5 – que nous pardonnions … afin que nous soyons pardonnés
    6 – que nous ne tergiversions pas avec nos tentations, mais que nous soyons délivré du Mal

    Dans l’Ave, on demande seulement à Marie … de prier pour nous.

    Voilà ce que j’ai voulu dire.

  9. L’ange Gabriel n’a pas dit “Marie”, il l’a appelée “pleine de grâce” : “Je te salue pleine de grâce” ou “Réjouis-toi pleine de grâce”.
    “Pleine de grâce” est véritablement ce qu’EST Marie.
    Cela revient à ce que dit la Sainte Vierge à Lourdes : “Je SUIS l’Immaculée Conception”.
    Elle ne dit jamais : “je suis “Marie”.

  10. Soupape says:

    A Efgy

    Je suis d’accord avec vous …
    mais après avoir relu la Vulgate en latin … (celle affichée sur le site de la FSSPX)
    je ne suis pas certain
    qu’on puisse en tirer quelque chose … sur le sens religieux de la prière à Marie.

    Voici mes remarques :

    1 – L’habitude est de dire : “Ave Maria (…)” sur chaque grain d’un chapelet.

    Bien entendu ce n’est pas nous qui saluons Marie ! C’est l’Ange …
    Nous ne faisons que répéter les Paroles de l’Ange …
    Nous devrions donc dire :
    “Have gratia plena Dominus tecum bedenicta tu in mulieribus” (avec un h devant ave)
    (Luc 1, 28)

    2 – Mais deux versets plus loin, au verset 30 on lit :
    “Ne timeas MARIA invenisti enim gratiam apud Deum (…)”

    Donc l’Ange

    dont Marie elle-même ne connait pas encore le nom ; elle l’apprendra par Elisabeth, en lui rendant visite –

    appelle donc Marie … par son nom, au moins une fois !

    3 – De plus, St Jérôme traduit ainsi l’enchainement des versets 27 et 28, du grec de Luc :
    ” (…) et nomen virginis Maria” / “et ingressus angélus AD EAM dixit : “have gratia plena (…)”

    Si bien qu’on ne sait pas …

    si Luc a voulu éviter de répéter 2 fois le mot Maria,
    ou s’il a fait exprès de ne pas mettre le mot “Maria” dans la salutation de l’Ange,
    pour respecter la teneur exacte de cette salutation …

    4 – En résumé
    L’Ange ne s’est pas présenté à Marie ; mais il l’a appelé au moins une fois par son nom.

    5 – Un parallèle peut être établi avec l’apparition antérieure du même Ange à Zacharie
    Tout d’abord l’Ange ne se présente pas à Zacharie.
    Mais comme Zacharie reste dubitatif,
    l’Ange, piqué au vif, lui dit : “Ego sum GabriHel qui adsto ante Deum (…)” et pour ta pénitence tu vas devenir muet jusqu’à ce que ce que je t’ai annoncé s’accomplisse …

    6 – Il est un fait que … ni à la Salette … ni à Lourdes … Marie ne se présente ;
    à Fatima je ne sais plus; à Pellevoisin, à l’Ile Bouchard, il me faudrait faire des recherches.

    7 – La question la plus importante … reste non tranchée :
    quel est le sens religieux … et la portée religieuse … de toutes ces particularités ?

  11. @soupape
    6 – à Lourdes “je suis l’immaculée Conception” si ce n’est pas une présentation, c’est quoi?D’ailleurs le curé Peyramale a compris fout de suite.

  12. @ Soupape

    Vous ne comprenez pas ce qu’on peut en tirer sur le sens religieux de la salutation à Marie ?
    Je ne sais quoi vous répondre… C’est tellement riche au contraire !
    Et lorsque Dieu dit “Je SUIS Celui qui ESt”, vous ne comprenez pas non plus la teneur religieuse de ce que Dieu dit ?
    Le mieux est que vous lisiez le Père Kolbe, qui a très bien expliqué que lorsque la Sainte Vierge se NOMME “l’Immaculée Conception”, c’est exactement ce qu’Elle EST.
    De même lorsque l’ange Gabriel la NOMME “Pleine de grâce”, c’est exactement ce qu’Elle EST (lisez saint Pierre Chrysologue).
    (pour info, à Pellevoisin, c’est Notre-Dame de la Miséricorde, et à l’Ile-Bouchard, Notre-Dame de la Prière, à Fatima, c’est Notre-Dame du Rosaire).
    Bref, cela ouvre des horizons infinis pour la prière et la méditation sur la sainteté de Marie, comme lorsque Dieu dit “Je SUIS Celui qui EST”.

    ps : Luc a écrit en grec, et il a écrit “Réjouis-toi Pleine de grâce”.

  13. Soupape says:

    Comme l’écrit Efgy, … Marie n’a pas dit : “Je suis Marie …”

    Mais après avoir DIFFERE plusieurs fois sa réponse …
    – alors que le curé Peyramale … exigeait de savoir son nom –
    elle a fini par dire : “Je suis l’immaculée conception” … toujours sans se nommer …

    Idem à la Salette,
    où Maximin … a toujours dit, et écrit,
    que la Dame ne lui avait jamais dit … qu’elle était la Ste Vierge …
    et que c’était à l’Eglise de le dire … même si, personnellement, il n’en doutait pas !

  14. Ce n’est pas le curé Peyramale qui a obligé la Sainte Vierge à se nommer. Elle attendait le 25 mars pour le faire, jour de l’Annonciation…
    Et justement ce jour-là, elle se NOMME “Immaculée Conception”, sachant que le curé comprendrait très bien qui Elle était puisque le pape Pie IX avait proclamé le dogme de l’Immaculée Conception le 8 décembre 1854…
    Ainsi la Sainte Vierge approuvait qu’Elle EST Immaculée Conception, comme elle EST Pleine de grâce. Cela la définit entièrement. C’est bien pourquoi l’ange Gabriel l’appelle du nom de “Pleine de grâce”.
    Que celui qui veut comprendre comprenne.