Sur son blog, Yves Daoudal commente la fermeture du sanctuaire de Lourdes :

C’est un symbole très fort de notre état de décomposition spirituelle et mentale : le sanctuaire de Lourdes ferme, pour la première fois de son histoire.

Déjà on avait fermé les piscines, alors que depuis toujours les virus y rivalisent de pullulation avec les bactéries sans que jamais personne n’attrape une maladie infectieuse. Puis la Grotte a été interdite d’accès. Et maintenant le sanctuaire est entièrement fermé.

Lourdes, c’est la guérison des malades. C’est un torrent de miracles de guérison sous le sourire de l’Immaculée. La porte de la guérison est fermée. L’Immaculée est priée d’aller voir ailleurs.

Il est vrai que de toute façon on n’a pas le droit d’y aller. Le bien portant ne doit pas sortir de chez lui. Et le malade ne doit voir qu’un médecin patenté. On ne guérit pas à Lourdes, que ce soit dit une bonne fois. D’ailleurs l’évêque précédent avait décrété qu’il n’y avait pas de miracles à Lourdes, seulement des guérisons inexpliquées en l’état actuel de nos connaissances…

Etonnante « coïncidence » : juste avant d’apprendre cette nouvelle, je lisais le récit de l’agonie de sainte Bernadette dans le gros livre du P. André Ravier.

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

14 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le dernier numéro de la Revue Civitas !


 

Voici la revue 81 de Civitas sortie la semaine dernière !

Ce numéro de la revue de Civitas permettra à ses lecteurs de mesurer le fossé qui séparerait un Etat catholique de la république dans laquelle nous sommes embourbés. Puisse cette lecture susciter des engagements plus ardents. Et espérons qu’elle permettra à des curieux, y compris non-catholiques, de constater qu’un Etat catholique serait bénéfique pour tout foyer recherchant sincèrement le bien commun.

Cliquez ici pour vous la procurer.

%d blogueurs aiment cette page :