Eugenio Corti, le plus grand romancier italien catholique du XX° siècle, né en janvier 1921 à Besana dans la province de Monza (Lombardie) a rendu son âme à Dieu en février 2014, il y a dix ans dans la même ville, laissant derrière lui une œuvre impressionnante, appuyée sur une foi profonde et une formation philosophique solide.

« Corti est d’abord envoyé sur le front russe. Après la capitulation de l’Italie fasciste, il sait quel est son devoir : il s’engage dans le Corps de Libération italien qui, aux côtés de la Ve armée américaine, combat les Allemands en Italie. De son expérience de la tragique retraite de Russie, Eugenio Corti tire une chronique hallucinante : La plupart ne reviennent pas. Journal de vingt-huit journées dans une poche sur le front russe, hiver 1942-1943. Publié en 1947 par l’éditeur milanais Garzanli, traduit en plusieurs langues. La plupart ne reviennent pas a atteint, au début des années quatre-vingt dix, la dixième édition. La campagne des soldats du Corps de Libération italien – ces laissés-pour-compte de l’histoire -, inspire une autre chronique : Les derniers soldats du Roi (I poveri Cristi, 1951). En 1962, sa pièce Procès et mort de Staline est mise en scène par Diego Fabbri. Elle sera traduite, sous le manteau, en russe et en polonais. (Cahiers de Chiré 1999) »

Sa notoriété tardive en France s’est construite à partir de la traduction en 1996 de son chef d’œuvre Le Cheval rouge. Paru en Italien en 1983, ce livre a révélé un écrivain majeur dont l’œuvre est une protestation contre les totalitarismes du XX° siècle et une critique de la perte du sens sacré chez l’homme moderne.  Comment résumer mille quatre cents pages relues avec passion ? “Disons qu’il s’agit d’une fresque à la fois épique, comparable aux grands romans tels que Le Guépard ou Guerre et paix qui nous fait partager la vie – et parfois la mort tragique – d’un groupe de jeunes gens d’un hameau de la campagne lombarde de 1940 à 1975. ”

    Nouvelle édition parue en deux volumes, en 2023.

Corti parvient, au fil des pages, à donner une splendide illustration de l’âme italienne. Roman sur la grâce et sur le destin, en grande partie autobiographique (la retraite de Russie), Le Cheval rouge, titre emprunté à l’Apocalypse de saint Jean, est aussi un chant inspiré en hommage à l’Italie traditionnelle, celle des paolotti, les catholiques pratiquants. Une impressionnante fresque sociale et politique, qui couvre quatre décennies de l’histoire européenne, mais aussi et surtout spirituelle. Car le roman est apologétique, avec talent. Un non-chrétien, pourvu qu’il ait le sens du sacré, partagera les émotions de l’auteur, et nombre de ses analyses sur le nihilisme moderne.

Le Cheval rouge se révèle comme l’une de ces lectures qui nourrissent l’âme et qui vous marquent à jamais :  l’histoire dramatique de cette
jeunesse portée par un idéalisme finalement enseveli dans les fosses du nazisme et du communisme. « J’étais horrifié par le comportement
des Russes et des Allemands. Nous les Italiens, nous n’étions pas des grands soldats, mais nous étions civilisés et nous avons été confrontés à la barbarie » confia-t-il en 2001 à la Revue des Deux Mondes. Chef-d’œuvre, malgré le silence obstiné de la critique officielle d’obédience matérialiste et égalitaire, ce roman gagne toujours de nouveaux lecteurs par milliers, par le simple bouche-à-oreille. Une anecdote à retenir, Eugenio Corti est venu aux journées Chouannes de Jean Augy en 1999, « chouan d’honneur », reconnaissant pour la publicité appuyée du fondateur de DPF, pour ses ouvrages.

Le Cheval rouge, roman de 1000 pages a été élu meilleur livre des années 1983 dans une enquête publique en Italie. Traduit dans plusieurs langues, le livre a également connu vingt-sept éditions depuis qu’il a été publié en mai 1983.

Sur LIVRES EN FAMILLE retrouvez tous les ouvrages -encore disponibles- d’Eugenio Corti.

Ses autres romans et récits autobiographiques :

  • La Terre des Guaranis
  • L’Île Paradis
  • Caton l’Ancien
  • Histoire d’Angelina et autres récits
  • La plupart ne reviendront pas
  • Les Derniers Soldats du roi

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Les commentaires sont fermés

Abonnez-vous à CARITAS !

Ça y est, le numéro 1 de la tout nouvelle revue Caritas est chez l’imprimeur et en prévente sur MCP.

Nous vous l’avions annoncé dans un précédent mailing : la naissance d’une toute nouvelle revue de qualité, Caritas, la revue du pays réel, et la parution prochaine de son premier numéro de 86 pages. Bonne nouvelle, : ce numéro 1 de Caritas qui consacre son dossier à la Lutte contre la haine anticatholique vient d’être envoyé à l’imprimerie et sera bientôt dans les librairies et les boites aux lettres des abonnés.

Militez,

En achetant le n°1 de CARITAS : Lutter contre la haine anticatholique

En s’abonnant à cette nouvelle revue : la revue CARITAS !