En 2014, lorsque le président français avait effectué sa première visite diplomatique au Vatican, la froideur était au rendez-vous en raison des débats sur le mariage pour tous et l’euthanasie. Le pape François, tout fraîchement élu, n’avait pas encore manifesté au monde sa miséricorde, adaptation bergoglienne du politiquement, religieusement, sexuellement correct.

Depuis, les relations se sont nettement réchauffées entre les deux François. Le pape n’a-t-il pas d’ailleurs appelé Hollande “un frère” après que ce dernier lui a téléphoné pour lui témoigner son affliction suite au meurtre sauvage du père Hamel par deux jeunes terroristes, d’origine maghrébine, se revendiquant de Daesh. !

Le président français, qui souhaitait exprimer sa gratitude au pape argentin pour ses paroles fraternelles, a été reçu hier, 17 août 2016, dans les palais apostoliques. Il était accompagné du ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, de l’ambassadeur de France près le Saint-Siège, Philippe Zeller, du conseiller diplomatique Jacques Audibert et du chef du protocole Frédéric Billet.

Avant de se rendre au Vatican, François Hollande a fait une halte à Saint Louis des Français, l’église nationale française en plein cœur de Rome, où il a prié à la façon des laïcs : il s’est astreint à quelques minutes de silence, seul, debout, les mains derrière le dos, devant l’autel de la chapelle dédiée aux victimes des attentats terroristes.

Ensuite, sur le parvis, il a tenu une brève conférence de presse pour expliquer la raison de cette visite au pape.

“Je suis venu apporter un message de reconnaissance, de gratitude, parce que après la terrible épreuve représentée par l’assassinat du père Hamel, , après les attentats de Nice, il a eu des paroles très réconfortantes. Il m’a fait la confidence de se sentir comme un frère à côté du peuple français, expression qu’il a reprise aux JMJ.”

Les Chrétiens d’Orient seront également un des thèmes de cette rencontre. Sans rougir de honte pour sa politique extérieure, désastreuse et meurtrière pour ces communautés chrétiennes orientales, François Hollande a osé affirmer, bien hypocritement :

“Je suis venu aussi pour évoquer avec le pape la question des chrétiens d’Orient : nous avons la même vocation, chacun à son poste, la France parce qu’elle est parmi les protecteurs des chrétiens d’Orient et le pape évidemment parce qu’il sait combien les chrétiens d’Orient contribuent à l’équilibre de la région. Je ferai en sorte de parler avec lui de la situation au Moyen-Orient, de la crise qui en dérive, et des réfugiés, une situation qui demande des réponses qui reflètent notre vision du monde et ne soient pas des réponses à la peur.”

Pris par son élan d’amour tout beau, tout neuf envers l’hôte du Vatican avec qui il partage une même vision de l’humanité, il a continué, dans ce registre fraternel :

“Voilà pourquoi c’est important, au nom de tous les Français, des catholiques évidement, particulièrement éprouvés par le meurtre de Hamel, égorgé dans son église, mais de tous les Français, au delà des convictions, de la sensibilité, de l’athéisme aussi, au nom de toute la France, quelles que soient les propres convictions religieuses, la propre condition, il est très important que je vienne dire au Pape combien nous avons été sensibles à ses paroles et à ses actions qui confortent notre vision de l’humanité.”

Et de souligner, emphatiquement :

“Les catholiques français ont été éprouvés par cet attentat, mais toute la France a été frappée. Quand une église est touchée, quand un prêtre est assassiné, c’est la République qui est profanée !”

Bel exercice de style pour récupérer une attaque christianophobe au profit de la République laïque et du parti hollandais ! Mais à un an des élections présidentielle, il est temps de faire une cour assidue aux catholiques français, en surfant sur la vague des attentats terroristes. Et voici donc notre François Hollande, après avoir conspué et méprisé les catholiques avec sa loi sur le mariage pour tous, convertit soudainement, et fort à propos, en chevalier sans peur et sans reproches, ardent défenseur du pape, des chrétiens d’Orient et d’Occident !

La rencontre entre François normal et François le révolutionnaire a duré une quarantaine de minutes dans un bureau de la Salle Paul VI. Entretien cordial et chaleureux qui témoigne “d’un resserrement des liens” selon l’Élysée qui précise que sur les crises écologique ou migratoire comme sur le terrorisme, les positions se rejoignent.” Une même vision de l’humanité unit les deux François à travers des positions partagées sur les objectifs de paix, de justice et de dialogue interreligieux.”

“Lors de ce long entretien chaleureux, le pape a réaffirmé son soutien et son affection à l’égard de la France -comme il l’avait fait au téléphone le 26 juillet et dans ses différentes interventions après les attentats”, a-t-on dit dans l’entourage de François Hollande. “L’importance des valeurs de dialogue et de cohésion, partagées par la France et le Vatican, a également été soulignée“, a-t-on ajouté de même source.  

Pour le traditionnel échange de cadeaux, le président français a offert à Jorge Maria Bergoglio une porcelaine de Sèvres portant les armes de la République française. Le pape François a de son côté fait cadeau au chef de l’État d’une sculpture de bronze, œuvre de l’artiste Daniela Fusco, qui se veut la représentation de la prophétie d’Isaïe, “Le désert deviendra jardin”. Selon l’explication du directeur de la Salle de presse, le rameau sec et épineux qui se couvre de feuilles et de fruits représente le passage de l’égoïsme à la collaboration, de la guerre à la paix”. Le Pape a aussi fait don au président Hollande d’une copie de son encyclique Laudato Si’, et de ses exhortations apostoliques Evangelii Gaudium et Amoris laetitia.

Visite réussie, coup médiatique fructueux, pour le président français qui s’est fait un allié de poids en la personne du pape François, en vue des prochains rendez-vous électoraux.

Comme quoi les attentats terroristes et les attaques christianophobes ont des répercutions positives… pour le plus grand profit des premiers responsables politiques de ces tragédies abominables !

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

17 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A commander sur MCP

Appuyée sur des faits indéniables, fondée par des citations autorisées donnant la parole aux juifs comme aux non-juifs et justifiée par des milliers de références, cette étude donne une synthèse de la Question juive aussi complète et précise que possible. Tous les points importants ont été traités, sans haine, sans faiblesse et sans tabou : de la crucifixion du Christ à la Synagogue de Satan, du Talmud aux droits de l’homme, des marranes aux Khazars, du trafic d’esclaves à l’usure banquière, du ghetto au sionisme, du communisme au noachisme, de la névrose suicidaire à l’hystérie médiatique, de l’espérance messianique au projet mondialiste, du culte de Mammon à l’adoration d’Israël, de la haine des non-juifs au génocide des nations…

450 pages – format 15×21 cm – prix 21 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :