Le mot du général de division de la Garde Impériale, le comte Pierre Cambronne, comptait 5 lettres. Celui de Frauke Petry en compte 4 : « NEIN ! ». Le 21 janvier, le parti patriote allemand AfD (Alternative für Deutschland) organise un meeting à Coblence  avec ses plusieurs de ses alliés au Parlement Européen, notamment le parti patriote français Front National et le parti patriote néerlandais Partij voor de Vrijheid, Parti de la Liberté, tous membre du groupe Europe des Nations et des Libertés rassemblant 40 députés de 10 nations (Allemagne, Autriche, Belgique, France, Italie, Lituanie, Pays-Bas, Pologne, Roumanie et Royaume-Uni).

Plusieurs officines de propagande du régime de collaboration avec l’occupant américain se sont vu refuser une accréditation pour assister à ce meeting, notamment les quotidiens Handelsblatt et Frankfurter Allgemeine Zeitung, les magazines Spiegel et Compact,  et la totalité des chaînes de télévision. Cette interdiction ne couvre que la rencontre, l’accès à la conférence de presse leur étant ouvert. Les points ont été mis sur les i et même les Umlauts sur les a, e, o et u par le mari de Frauke Petry, le député européen Marcus Pretzell ayant accusé ces médias d’avoir une « couverture si orientée » de son parti qu’ils pourront « peaufiner leurs scénarios » sans accès direct à l’événement.

Du côté des réseaux de propagande, l’heure est aux glapissements hystériques. Le rédacteur en chef de la chaîne publique ARD, Kai Gniffke,  a déploré « une atteinte massive à la liberté de la presse », rappelant que cette convergence des populistes européens était « d’une grande importance » pour les prochaines échéances électorales, et se réservant la possibilité d’un recours en justice. Rappelons que c’est le même Gniffke qui avait refusé de mentionner que l’assassin de la jeune Maria Ladenburger était un colon afghan. Le président de l’Association allemande des journalistes, Frank Überall, a lui aussi estimé que « les partis qui entendent forger l’opinion publique ne peuvent laisser les journalistes à la porte de leurs manifestations ».

Aux journalistes oui, mais aux agents de propagande et aux stasistes des temps modernes ? L’AfD est un parti légal, mais un parti ouvertement persécuté et les médias allemands jouent un rôle très important dans la mise au ban sociale des membres de l’AfD. Exactement comme jadis avec le Front National en France. Ces journalistes ne sont pas là pour faire un reportage honnête. Ils sont là pour recueillir des éléments à charges lors des procès médiatiques. Ils sont là pour ficher les gens en vue de dénonciation, et l’Allemagne a une grande tradition dans ce domaine. De deux choses l’une. Soit on est dans le Système, soit on n’y est pas. Et si on refuse d’y être,  ce n’est pas pour faciliter la tache des officines du régime.

On ne peut qu’approuver la décision de Frauke Petry, dans la droite ligne de ceux, et ils sont de plis en plus nombreux, qui refusent de collaborer avec la propagande du système.  A votre avis, les informations données par des nationaux trop naïfs à des Lebourg, des Doucet, des Baltier et autres, que vont-elles devenir ? Rester dans des disques durs ? Non. Elles vont gentiment faire leur chemin jusqu’au Ministère de l’Intérieur et autres officines de la police politique pour pouvoir être utilisée le jour J. Il suffit de lire l’ouvrage de délation La Fachosphère et comparer la façon dont les Dupont-Dupond de la police politique traitent respectivement Vincent Reynouard et Boris Le Lay. La même campagne de dénigrement, sauf que le second a refusé d’y collaborer, ne donnant donc aucun élément exploitable. Chaque élément inconnu de l’ennemi peut l’amener à compenser par une supputation erronée amenant au discrédit de ses écrits. La vie montre souvent qu’un gain infinitésimal peut changer la donne. J’ai souvenir d’un match de rugby perdu parce que le ballon a touché la zone d’essai deux secondes trop tard. L’attaquant aurait gagné trois secondes, le score du match basculait…

Les medias considèrent les nationaux comme des ennemis ? Prenons-les au mot et pourrissons-leur la vie et comme le disait Jacques Tricatel (joué par Julien Guiomar) dans L’Aile ou la cuisse : « C’est de la part de tous les coups sont permis ». Et comme disait le regretté Serge de Beketch : « Quand les moutons se changent en lions, les loups se changent en descente de lit »…

Hristo XIEP

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

6 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Jeanne de France

Livre d’Alain Sanders

Jeannette est une petite fille de treize ans, vive et enjouée, qui n’aime rien tant que d’aller courir à travers champs avec ses amies.

Mais saint Michel lui apparaît et lui parle de la grande pitié qui est au royaume de France, envahi et opprimé par les armées anglaises.

Alain Sanders nous raconte ici la belle histoire de sa vie.

Avec 6 illustrations à l’intérieur du livre.

11 x 16,5 cm – 120 pages (éditions Clovis)

A partir de 8 ans

%d blogueurs aiment cette page :