Les observateurs de la situation politique gabonaise le voyaient arriver depuis longtemps, nous y sommes… Après le Congo, après la Centrafrique, après la Côte d’Ivoire, après le Mali, après la Mauritanie, voici donc le Gabon qui est déstabilisé, en attendant le tour prochain du Sénégal…  Les élections présidentielles gabonaises furent le théâtre de l’une de ces foires d’empoigne dont l’Afrique est coutumière. La démocratie, c’est le fruit d’une longue expérience, cela ne s’acquière pas en 50 ans. Rome ne s’est pas fait en un jour, ni même Akron, Ohio.

Le 31 août, le résultat des élections présidentielles gabonaises devait être connu. Ali Bongo, 57 ans, Président sortant, a officiellement remporté le scrutin avec 49,85 % des voix contre son principal adversaire, Jean Ping, 73 ans, ancien président de l’Union africaine, qui totalisa 48,23 %, les 8 autres candidats se partageant les 1,97 % restant. Bongo ne fut majoritaire que dans 3 des 9 provinces : celles du Haut-Ogooué (95,5 %), de l’Ogooué-Ivindo (66 %) et de l’Ogooué-Lolo (53 %), c’est-à-dire la partie orientale du Gabon le long de la frontière congolaise, le fief de l’ethnie Kota. Les zones à peuplement Fang, Punu et Nzebi ont par contre voté pour Ping qui obtient ses meilleurs scores dans les provinces de Woleu-Ntem (73 %), du Moyen-Ogooué (67 %) et de l’Ogooué-Maritime (69 %), le fief de l’ethnie Fang. C’est le score de 95,5 % avec 99,9 % de participation dans le Haut-Ogooué, où vit la tribu des Téké, celle de la famille Bongo, qui a fait basculer l’élection.

Officiellement, Alain-Bernard « Ali » Bongo est né le 9 février 1959 à Brazzaville, Congo, et serait le fils l’ancien chef d’état gabonais Albert-Bernard « Omar » Bongo, décédé en 2009 et auquel il a succédé, et de l’une de ses femmes, la musicienne Patience Dabany. Or, elle n’a jamais eu d’enfant. Ali Bongo n’est pas Gabonais, mais un sans-papier présumé nigérian, originaire de la province du Biafra et recueilli lors de la guerre en septembre 1968 par son père adoptif, qui, tant que président, n’a eu aucun mal à lui fabriquer un extrait de naissance bidon, qui lui a permis de contourner l’article 10 de la constitution gabonaise stipulant notamment que

« Tout Gabonais bénéficiant d’une autre nationalité au titre de laquelle il a exercé des responsabilités politiques ou administratives dans un autre pays, ne peut se porter candidat. Toute personne ayant acquis la nationalité gabonaise ne peut se présenter comme candidat à la Présidence de la République. Seule sa descendance ayant demeuré sans discontinuité au Gabon le peut, à partir de la quatrième génération ».

Il a d’ailleurs avoué sa fraude sur RFI le 11 janvier 2015, ce qui fait de lui un parjure et lui retire tout droit d’être un président légitime, même si un autre Président, un peu moins noir mais bien plus puissant, est lui aussi né ailleurs qu’il ne le prétend…

Son adversaire, Jean Ping, est à peine plus Gabonais que Bongo, puisque étant un hybride bantou-chinois, comme son nom de famille l’indique. Mondialiste notoire, ancien haut-fonctionnaire à l’UNESCO, ancien Président de l’OPEP, de l’Assemblée générale de l’ONU, et de l’Union Africaine,  il est originaire de la région de Port-Gentil où son père Wang, immigré chinois, s’est installé en 1920. Il sait cependant jouer la carte du nationalisme (une sorte de syndrome Zemmour) en traitant les étrangers de « cafards à exterminer» et insistant lourdement sur la non-gabonitude de Bongo, ce qui est savoureux, quand on sait qu’il a eu pour maîtresse Pascaline Bongo, la demi-sœur d’Ali et gestionnaire des 450 millions d’euros de la fortune d’Omar. S’estimant floué de sa victoire et soutenu par l’ancien premier ministre Casimir Oye Mba (un Fang) et l’ancien Président de l’Assemblée Guy Nzouba Ndama (un Aduma), il déclare que les vrais résultats sont de 58 % pour lui contre 39 % à Bongo. Le 5 septembre, il appela à une grève générale pour ne « pas participer à l’économie de ce tyran ».

Des scènes similaires aux émeutes de Port-Gentil, le fief de la tribu Eshira, qui avaient salué la victoire de Bongo en 2009 se sont déroulées dans le pays. Pas d’incendie du Consulat de France mais Assemblée Nationale en flammes, attaque du QG électoral de Ping d’un côté et incendie du journal pro-Bongo L’Union de l’autre (le régime ayant lui fait incendier les locaux des télés privées Radio-Télévision Nazareth et Télé Plus), blocage total des communications et coupure d’Internet par le régime bonguiste, de nombreuses arrestations et quelques civils abattus.

Le site de la Légion Etrangère annonça le 7 septembre qu’une compagnie du 2e REI est en cours de déploiement à Libreville pour renforcer les 450 hommes des EFG (Eléments Français au Gabon) et bénéficierait de l’appui du navire d’assaut amphibie de classe Mistral, le Dixmude, et de ses 16 hélicoptères et de l’aviso de classe Estienne d’Orves, le Commandant Ducuing, affecté jusqu’alors au contrôle de la pêche au thon rouge en Méditerranée.

Pour être exhaustif, notons que Ping, docteur en Sorbonne, décoré de la Légion d’Honneur, a vigoureusement critiqué la politique libyenne de la France, en nette opposition au sarkolâtre notoire qu’est Bongo Jr, citant nommément comme fauteur de trouble BHL en personne. Quand on a à l’esprit que le Gabon est une immense forêt de bois précieux et que le pillage des forêts africaines a fait la fortune de la famille Lévy et permis le financement des « œuvres » du rejeton, on peut mettre en perspective certaines choses. Ping est également très proche du Parti Socialiste français mais aussi du président de droite de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, pays où il a massivement investi dans l’immobilier. Renvoi d’ascenseur, c’est un conseiller de Ouattara, Mamadi Diané, qui a donné à Ping le moyen de « forcer la main » de la commission électorale pour faire destituer Bongo          comme le révéla Jeune Afrique la veille de la publication des résultats des présidentielles gabonnaises.

L’intérêt économique du Gabon est connu. Outre son bois précieux (60 essences d’arbres exploitables), le Gabon est un pays minier : 4e producteur mondial de manganèse et 35e producteur et réserves mondiales de pétrole (mais elle est supplantée par sa minuscule voisine, la Guinée équatoriale). Jadis forte, sa production d’uranium a fortement déclinée jusqu’à cesser totalement en 1999. De riches mines de fer, de diamants, de niobium (l’exploitation vient de débuter) et de molybdène sont repérées mais pas encore exploitées.

Rappelons également que le Gabon est un pays cher à la Fraternité Saint Pie X, Monseigneur Lefebvre y fut missionnaire, et constitue la tête de pont de la Tradition sur le sol africain, la sœur d’Omar Bongo étant par ailleurs une paroissienne de la FSSPX, son influence a probablement été à l’origine du fameux timbre émis par les Postes Gabonaises pour le 25e anniversaire de la Fraternité, seul timbre au monde à l’effigie de Monseigneur Lefebvre. Le district du Gabon est dirigé par le Père Prudent Balou Yalou, enfant du pays ordonné prêtre en 2008 et supérieur de district dès 2011. En une génération, des postes à responsabilités sont déjà confié au clergé autochtone. De soi-disant « antiracistes » patentés ne peuvent pas en dire autant…

Hristo XIEP

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

7 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Jeanne de France

Livre d’Alain Sanders

Jeannette est une petite fille de treize ans, vive et enjouée, qui n’aime rien tant que d’aller courir à travers champs avec ses amies.

Mais saint Michel lui apparaît et lui parle de la grande pitié qui est au royaume de France, envahi et opprimé par les armées anglaises.

Alain Sanders nous raconte ici la belle histoire de sa vie.

Avec 6 illustrations à l’intérieur du livre.

11 x 16,5 cm – 120 pages (éditions Clovis)

A partir de 8 ans

%d blogueurs aiment cette page :