Des centaines de policiers antiémeutes ont encerclé le parc de Belgrade dans lequel le lobby homosexuel avait prévu de se rassembler samedi pour tenter de défiler malgré l’interdiction confirmée aux organisateurs.

Pour la troisième année consécutive, la Gay Pride fut interdite à Belgrade. Plusieurs organisations de défense de la famille et mouvements patriotes avaient annoncé leur intention de manifester samedi à proximité du lieu de rassemblement du lobby homosexuel ainsi que le long de l’itinéraire prévu par les organisateurs de la Gay Pride.

Les autorités serbes n’ont pas plié malgré les pressions étrangères. L’Union Européenne a tenté d’infléchir la décision d’interdire la Gay Pride. « En tant que commissaire à l’Élargissement, je me suis engagé à demander aux pays candidats d’adopter entièrement les valeurs telles que la liberté de rassemblement et la liberté d’expression qui font partie des fondements principaux sur lesquels le projet de l’UE a été construit », a écrit le commissaire européen à l’Élargissement, Stefan Füle. « Ceci est particulièrement important dans le contexte des négociations d’adhésion » de la Serbie au bloc des 28, a-t-il souligné selon le procédé habituel de chantage exercé sur les pays candidats à l’adhésion à l’UE afin de les contraindre à modifier leurs législations en faveur du lobby LGBT. 

Des représentants de la communauté internationale, dont lE ministre suédois aux Affaires européennes, Birgitta Ohlsson, et le député néerlandais au Parlement européen, Marije Cornelisson, étaient présents à Belgrade pour soutenir le lobby homosexuel. Il s’agit d’un pas supplémentaire dans l’ingérence que l’on observe régulièrement au profit de ce puissant lobby international.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :