La dernière folie de « genre » vient de Grande-Bretagne : les jupes ont été interdites dans une quarantaine d’écoles pour imposer un habillement sans distinction de sexe entre hommes et femmes.

Les Anglais donnent à fond dans le politiquement correct et l’idéologie de genre. Ainsi des lycées en signe d’un respect pas très bien défini pour les gay, lesbiennes, transsexuels et transgenre, n’autoriseront plus le port de la jupe pour les étudiantes mais aussi… les étudiants puisque certains de ceux-ci, en signe de non-genre, s’habillent en femme !

L’uniforme devra être « gender free » : ce sera donc le pantalon et la chemise pour tous, vêtements genré masculins par excellence !

Le monde arc-en-ciel et la pensée unique dans toutes leurs contradictions…

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

UDT 2019 de CIVITAS : inscrivez-vous !

5 commentaires

  1. Pierre Sanders says:

    La passivité des Anglais à l’égard de ce genre d’imbécillités, comme de l’antiracisme rabique et de l’invasion migratoire, est quelque chose de totalement incompréhensible.

    Dans les différents sondages qu’on peut trouver sur le web, les trois partis principaux (conservateur, travailliste, libéral) sont toujours crédités d’env. 90 % des intentions de vote, le UKIP n’obtenant jamais que 3 à 4 %.

  2. Aube de la Force says:

    Oui, c’est exactement cela; les idéologues du genre ne cessent de s’empêtrer dans leurs contradictions. Comme ce crétin reprenant un journaliste qui “osait” penser qu’il était un homme. Tout ceci vient de très loin; la grande sartreuse de Beauvoir laissait déjà entendre que l’on ne naissait pas femme mais qu’on le devenait.
    Refus de l’ordre naturel, constructivisme absolu, le tout appuyé sur une “ontologie phénoménologique” plus vulgairement désignée par “existentialisme” où l’être procède du néant, l’en soi du pour soi, où la liberté se confond avec l’arbitraire.

  3. Daniel Daflon says:

    Et les Ecossais, comment vont ils prendre la chose?

    • Fabrice says:

      en venant en kilt (qui n’est pas une jupe) et sans culotte.

      • pamino says:

        Mais c’est le bon habillement à l’écossaise, ça ; dans les régiments écossais ça se contrôle à l’inspection de la garde.