Le Général français (2S) Dominique Delawarde, ancien chef « Situation-Renseignement-Guerre électronique 19 » à l’état-major interarmées de planification opérationnelle, a donné à Observateur Continental son point de vue sur un article du journal Le Monde qui annonce que « l’armée française se prépare à une guerre de haute intensité ».

Observateur Continental : Que pensez-vous de l’annonce « L’armée française se prépare à une guerre de haute intensité » ?

Dominique Delawarde : Ce sujet ne mérite même pas d’être traité tant l’idée même de se préparer à une guerre de haute intensité en quelques mois est stupide et irréaliste. Comme à son habitude, le journal Le Monde sort des énormités et prend ses désirs, où ceux des hommes politiques qu’il sert, pour des réalités. Au mieux, lorsque cette hypothétique capacité à se battre en haute intensité sera prête, la guerre en Ukraine aura déjà été perdue depuis longtemps par l’OTAN et un traité de paix en bonne et due forme aura été signé. Il est trop tard, beaucoup trop tard pour se réveiller et rattraper le temps perdu.

Combien de temps faut-il à une armée pour être prête à faire une guerre de haute intensité ?

Pour rebâtir une armée prête à la guerre de haute intensité, les délais ne se comptent pas en mois, mais en années (et pas qu’une). Tout est à rebâtir : en particulier, l’équipement individuel et collectif, la logistique (munitions mais aussi et surtout la maintenance), l’entraînement des forces à la haute intensité qui n’a pas été suivi depuis plus de 20 ans, le combat de nuit et le combat en ambiance NBC (Nucléaire, Biologique et Chimique) qui n’est plus pratiqué depuis bien longtemps. Ensuite, il se posera le problème des réserves. Nous n’en n’avons quasiment plus depuis l’abandon du service national…. etc.

Quelle force peut l’armée française aligner actuellement ?

Aujourd’hui, la France ne peut guère aligner qu’une dizaine de milliers d’hommes sous entraînés dans le cadre de l’OTAN. Les autres armées européennes sont dans le même état pitoyable. Il faudrait que le journal Le Monde nous explique comment la France et les pays européens vont financer le redressement de leur appareil de défense sur plusieurs années alors même que leurs économies tombent en ruine, que la dette est déjà abyssale, que la monnaie se dévalue de jour en jour et a perdu la confiance d’une majeure partie des pays de la planète qui a assisté en direct au gel, ou, selon la position, au vol, organisé des avoirs russes en occident et à la politique stupide des sanctions ayant un effet boomerang.

Quel avenir pour la France ? 

Le journal Le Monde peut toujours spéculer, fanfaronner, donner dans la rodomontade. La messe est dite. Nous avons déjà perdu et nous allons continuer de perdre dans les prochains mois, quel que soit le bla-bla-bla politique et médiatique. L’observateur n’a plus qu’à attendre et à voir ce qui va se passer. Les propos guerriers et rassurants du journal Le Monde ne suffiront pas pour emporter la victoire. Si nous avions pu remporter la victoire, nous serions en guerre contre la Russie depuis longtemps. Si nous répugnons à entrer en guerre, c’est que nos gouvernants occidentaux savent pertinemment qu’ils la perdraient. Nous (appareils militaires et opinions publiques occidentales) ne sommes tout simplement pas prêts à la faire et à la gagner.

source : Observateur Continental

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

10 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
%d blogueurs aiment cette page :