Affrontement, aujourd’hui jeudi 19 juillet, à Helsinki entre Rome d’un côté et Paris et Berlin de l’autre sur la question des ports de débarquement et la gestion des migrants. L’axe franco-allemand veut envoyer tous les migrants en Italie, et Salvini dit Non.

La table des négociations à Helsinki sur le sujet a sauté après des vives discussions entre les partenaires européens concernant une requête avancée par le ministre de l’Intérieur italien et l’île de Malte :  changer les règles sur le premier port sûr. Salvini a rappelé le cas de Carole Rackete et a souligné comment les ONG avec leurs manœuvres tentent de se substituer aux Etats nationaux :

« Sea Watch 3 a violé les lois italiennes et a éperonné un bateau patrouilleur italien. »

Mais Merkel et Macron font pression pour faire passer un document qui intervient exactement sur ces règles concernant les débarquements, et non dans le sens voulu par l’Italie et Malte.

Ces deux dernières contestent l’idée du port le plus sûr pour les débarquements des migrants. Leur ministre de l’Intérieur craignent, fort justement, de devoir régir seuls tout le poids des arrivées, et que la relocalisation des seuls détenteurs du statut de réfugiés laissent dans leur pays la masse de clandestins.

Salvini, avant la rupture à la table d’Helsinki, avait insisté pour que soit renforcé l’engagement pour prévenir les départs et augmenter les expulsions, en insérant pour cela une liste des pays sûrs permettant « des réadmissions automatiques. Parce que c’est une chose des arrivées en provenance de zones de guerre, c’en est une autre celles venant de Tunisie ou d’Albanie ». Aucune de ces demandes , y compris celle sur la révision des règles concernant le port le plus sûr, n’a été agréée.

En somme encore une fois l’axe Paris-Berlin, tout en professant des leçons de bonne conscience humanitariste, tourne le dos au problème et de cette façon laisse tout le poids des flux migratoires sur les épaules de l’Italie et de Malte.

Salvini, après la rupture à Helsinki, a invité la France, l’Allemagne et Malte à un nouveau sommet en septembre pour discuter encore une fois des règles concernant l’immigration.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

9 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :