A Bordeaux, des affiches chocs ont été placardées pour sensibiliser les Français aux violences de la police aux ordres du pouvoir macronien contre les Gilets jaunes. Au moins 1.700 d’entre eux ont, en effet, été blessés depuis le début du mouvement, 82 d’une manière grave. Certains ont perdu une main, d’autres un œil, d’autres ont eu des os brisés…

Un journaliste de Libération, Jacques Pezet, après enquête signale différentes blessures :

« membres arrachés, organes ayant perdu leur fonction principale, os fracturés, pieds et jambes incrustés de bouts de grenades, brûlures graves, mais aussi toutes plaies ouvertes au niveau de la tête». 

Les affiches chocs représentent des membres du gouvernement au visage ensanglanté avec en-dessous le prénom d’un Gilet jaune et la description de sa blessure.

Des affiches chocs qui témoignent de la réalité de la violence tolérée par la place Beauvau et son premier flic au passé de voyou, Castaner ! La cogneur de manifestants Alexandre Benalla fait des émules…

L’inspection générale de la police nationale (IGPN) a été saisie dans 78 dossiers liés à des violences policières lors de rassemblements des Gilets jaunes. Environ 200 signalements ont été transmis, mais aucun membre des forces de l’ordre n’a pour l’heure été suspendu.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

6 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :