Chers amis gilets jaunes,

Depuis que notre mouvement a commencé nous n’avons pas cessé de chercher à obtenir la fin de ce  gouvernement, auteur de tous les maux dont souffrent la France et les Français

Or, nous le savons, le pouvoir de Monsieur Macron ne tient qu’à un fil, constitué des forces de l’ordre qui encadrent nos manifestations.

Les gendarmes et les policiers appartiennent comme nous aux classes moyennes et laborieuses. Ils ont les mêmes difficultés du quotidien et partagent la même défiance envers ce pouvoir corrompu qui ne représente personne.

Le gouvernement le sait et c’est pour cela qu’il a peur. Lui seul est l’auteur et le gagnant de la guerre qui nous oppose, qui a fait près de cinq-cents blessés chez nous et plusieurs dizaines d’autres chez nos concitoyens policiers et gendarmes.

Lui et lui seul a ordonné, entretenu et aggravé cette guerre par des consignes répressives ahurissantes données aux forces de l’ordre et jamais vues auparavant. Ne nous trompons pas de cible : un flic ne peut désobéir sans sacrifier sa vie professionnelle et,  s’il agit seul, son sacrifice est inutile. Mais ces mêmes ordres qu’il est obligé d’appliquer souvent la mort dans l’âme ont un auteur : le gouvernement !

C’est celui-ci encore qui a donné pour consigne de laisser agir dans nos manifestations, en toute impunité, quelques activistes extrêmistes pour provoquer inutilement les forces de l’ordre, s’attaquer aux biens des particuliers et casser du mobilier urbain. Ces activistes ont pu être de tous bords mais ont actuellement un  nom : les black blocs, qui depuis l’origine polluent nos manifestations, jettent des pavés sur les vitrines des commerçants, taguent les édifices les plus prestigieux de nos villes, provoquent les forces de l’ordre et, sans assumer le moindre de leurs actes, laissent lâchement les gilets jaunes se faire interpeller à leur place !

Ne nous y trompons pas : quelques barbouzes stipendiés ne peuvent suffire à créer une telle situation !

Ce conflit fratricide et stupide doit cesser ! Il doit cesser parce qu’il oppose des Français aux Français et que nous ne sommes pas là pour nous diviser mais nous unir contre la tyrannie gouvernementale. Il doit cesser car l’Histoire nous apprend qu’aucune révolte n’a jamais abouti sans le soutien, au-moins partiel, des forces de l’ordre. Il doit cesser car en combattant les forces de l’ordre nous nous trompons d’ennemi et faisons le jeu des vrais coupables : le pouvoir et ses complices des medias et de la finance!

Avec l’appui de la police s’il le faut, expulsons résolument de nos manifestations les black blocs et autres casseurs de tout poil, complices ou idiots utiles du gouvernement, qui  nous décrédibilisent et nous affaiblissent ! Et ensuite unissons nous pour faire tomber l’oligarchie au pouvoir !

N’oublions jamais que divisée la France coure à sa perte mais qu’unie rien ne peut l’arrêter !

Chers concitoyens des forces de l’ordre,

Non, tous les gilets jaunes ne détestent pas la police ! Les gilets jaunes sont des citoyens comme vous, qui partagent les mêmes difficultés du quotidien et la même défiance vis-à-vis de ce gouvernement qui assassine la France et les Français.  N’étant pas soumis au même devoir de neutralité que vous, nous essayons seulement de clamer leur détresse tant qu’on nous en laisse encore la liberté !

Les gilets jaunes ne veulent ni l’anarchie ni l’établissement d’une dictature rouge ou brune ; ils veulent en revanche la fin de ce gouvernement corrompu et prévaricateur, qui vend notre pays à des puissances financières apatrides. Ils veulent que tous les Français, dont vous n’êtes pas les moindres, se retrouvent dans un vaste élan de fraternité et qu’ensemble nous trouvions les solutions pour sortir notre pays de l’abîme où le pouvoir actuel et ceux qui l’ont précédé l’ont plongé !

Vous le savez : le maintien de ce gouvernement ne tient qu’à vous et au choix que vous faites à chaque manifestation des gilets jaunes. Nous savons bien par quels devoirs vous êtes liés mais vous savez aussi que ce devoir n’est pas absolu. Paris aurait-il été libéré si facilement en 1944 si les forces de l’ordre avaient interprété littéralement le serment qui les liait au pouvoir en place ? Le devoir de servir ne vaut que vis-à-vis d’un Etat qui remplit ses propres obligations vis-à-vis de la nation et du peuple. Or le gouvernement ne fait qu’appauvrir notre pays en le soumettant à d’occultes puissances financières !

Nous savons aussi qu’un policier seul ne peut risquer inutilement sa place et nous avons bien conscience des terribles cas de conscience qui déchirent beaucoup d’entre vous ! Aussi nous tenons à vous assurer notre confiance dans votre capacité à nous rejoindre de façon coordonnée et massive dès que vous jugerez le moment opportun !

En attendant ce moment que nous espérons le plus proche possible, nous vous assurons de notre soutien et vous offrons notre coopération pour éliminer définitivement de nos rassemblements les black blocs et autres éléments perturbateurs complices du pouvoir en place !

Divisés, les Français ont déjà perdu ; unis avec leurs forces de l’ordre rien ne les arrêtera !

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

6 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Un livre magnifique : Du mépris de la mort

Textes sur la mort, la sépulture et le deuil.

DU MEPRIS DE LA MORT – Textes de Démétrios Kydonès, saints Augustin, Thomas d’Aquin et Grégoire de Nysse sur la mort, la sépulture et le deuil présentés par l’Abbé Olivier Rioult aux éditions saint-Agobard.

 

%d blogueurs aiment cette page :