Interrogée par RTL, la présidente du rassemblement national tient gouvernement pour responsable de la violence dans les rues parisiennes :

« Incontestablement, le gouvernement porte une responsabilité dans l’aggravation de la situation insurrectionnelle dont on peut voir les images ce soir à Paris ».

Marine Le Pen évoque son « dégoût » d’avoir vu le gouvernement « jeter des gilets jaunes pacifiques contre des uniformes bleu marines de nos forces de l’ordre ». Elle dénonce en outre la présence de casseurs :

« des casseurs,  toujours les mêmes, des milices quasiment professionnelles de la casse et de l’anarchie. Cela fait des années que nous demandons leur dissolution et leur interdiction. Et ça fait des années que pour des raisons qui nous échappent, aucun dissolution de ces groupuscules violents n’a été décidée. Aujourd’hui ils donnent la pleine mesure de leur capacité de destruction.  « .

Sur Twitter elle avait appelé plus tôt dans l’après-midi les Gilets jaunes à quitter les Champs Élysées aux mains de ces casseurs.

Dans un tweet, elle demande au gouvernement « qui a laissé cette situation s’aggraver dans des proportions incroyables de recevoir les chefs de partis politiques d’opposition ».

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

19 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :