Alors que le vote sur l’avortement approche à grands pas en Irlande, Google a décidé d’interdire toutes les publicités liées au référendum.

Google ne diffusera plus d’annonces liées au vote irlandais sur l’avortement sur son moteur de recherche ou sur YouTube, selon Irish Independent. Google a déclaré que ces mesures s’appliqueront aux publicités des pro-vie comme des pro-avortement; mais quand LifeNews a cherché sur Google les publicités disponibles juste avant que sa nouvelle politique prenne effet, elle a trouvé une seule annonce – une publicité pro-vie – quand elle a cherché “Irlande referendum sur l’avortement” et “Irlande 8ème amendement”. Cette annonce que Google a fait disparaître était celle d’une coalition de groupes pro-vie irlandais travaillant pour défendre les droits des bébés à naître dans le pays.

Plus tôt cette semaine, Facebook a annoncé des mesures similaires, mais avec une portée plus limitée. Seules les publicités pro ou anti-avortement provenant de sources irlandaises seront autorisées avant le vote.

Facebook et Google prétendent ainsi lutter contre l’influence de groupes étrangers sur le référendum.

En réalité, ces mesures de censure de Google et Facebook pénalisent majoritairement les pro-vie qui utilisent les réseaux sociaux pour compenser l’avantage offert aux pro-avortement dans les médias classiques (télévisions, radios, presse écrite). D’ailleurs, le camp pro-avortement s’est réjoui de la décision de Google, comme de celle de Facebook.

Qu’en est-il des influences étrangères ?

L’argument de Facebook est fallacieux. S’il est légitime de se poser la question des influences étrangères sur le référendum irlandais, il est un élément qui en dit long : en 2016 après, un document révélait que l’Open Society Foundation du milliardaire apatride George Soros avait des plans pour pousser l’Irlande et d’autres pays aux législations pro-vie à légaliser l’avortement.
Amnesty International Irlande a reçu 137.000 euros de Soros pour mener campagne en faveur de la légalisation de l’avortement.
Or, ce financement est illégal en vertu de la loi électorale de 1997.

Soros a donné des centaines de millions de dollars à des groupes pro-avortement, dont Planned Parenthood et l’ACLU.

Le 25 mai, l’Irlande votera sur le maintien ou non de son huitième amendement, qui protège le droit à la vie des bébés à naître.

Deux récents sondages montrent que le camp pro-avortement perd du terrain, même s’il est toujours donné gagnant.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 35.000 € pour 2019

btn_donateCC_LG

2350 récoltés 32.650 € manquants

2350 € récoltés / 35.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 32.650 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !