La population infantile britannique vit une véritable « désorientation ». En Grande-Bretagne la « théorie du genre » se retrouve sur le banc des accusés !

L’introduction de cette « discipline » idéologique dans l’éducation scolaire est considérée la cause principale de cette inquiétante augmentation de jeunes enfants demandant à « changer de sexe » ces dernières années. C’est le constat qu’a du faire le gouvernement de Teresa May devant cette crise de l’identité sexuelle.

Depuis 2006, imposée par les courants « progressistes », que l’on peut qualifier plus proprement de nihilistes, l’idéologie incriminée est au programme des écoles primaires et secondaires.

Le ministre de la Santé, dans un récent rapport, confirme que le nombre de mineurs ayant l’intention de changer de sexe a fait un bond de 4400 % depuis 2007. Le service de santé britannique précise que ces demandes ont été repoussées par les directions sanitaires. Les enfants, souvent âgés de moins de 10 ans, ont été diagnostiqués comme sujets à de simples « troubles mentaux ». Il leur a été prescrit des traitements psychiatriques et des médicaments anti-schizophrénie.

Le Ministre britannique pour l’égalité des chances, Penny Mordaunt, a chargé ses fonctionnaires d’évaluer l’impact qu’ont sur les jeunes les médias et réseaux sociaux ainsi que l’enseignement de la « théorie du genre ». Selon le ministre, ce serait les principales causes de cette désorientation que vit la population infantile.

Ces révélations sur les effets négatifs produits par cette « matière » scolaire très controversée ont suscité un vif émoi en Grande-Bretagne. Damian Hinds, l’actuel ministre de l’Éducation nationale britannique, a accusé ouvertement les réformes des programmes éducatifs adoptées par les anciens gouvernements travaillistes. En 2006 notamment les « études sur le genre » ont été insérées dans les enseignements destinés aux plus petits. Hinds estime qu’elles sont la « principale raison de cette désorientation des enfants ».

La Conférence épiscopale d’Angleterre et du Pays de Galles a exprimé son indignation face à ce « boom » de demandes de changement de sexe par des enfants. Dans un communiqué, elle a exhorté les autorités britanniques à « ne pas empoisonner l’esprit des jeunes » et à « ne pas faire des expérimentations éducatives qui puissent mettre en danger l’innocence des enfants ».

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 40.000 € pour 2022

btn_donateCC_LG

54 % 18 490 € manquants

Il nous manque 18 490 € pour boucler 2022 !

 

MPI subit des attaques sans précédent, parce que ce média gratuit et libre dérange :

Face à la haine des GAFAM et du gouverment, aidez nous !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Powered by WordPress Popup

%d blogueurs aiment cette page :