Christophe Carichon, historien et chercheur associé au Centre de recherche bretonne et celtique (Université de Brest), est aussi un spécialiste de l’histoire du scoutisme. A l’occasion du centenaire du scoutisme catholique en France, il signe un ouvrage qui retrace l’histoire de ce grand mouvement de jeunesse et de ses fondateurs.

Retour dans le passé. Le 25 juillet 1920, l’abbé Antoine Cornette, le Père Jacques Sevin et le jeune chef Edouard de Macédo fondent la Fédération nationale catholique des Scouts de France. Le succès est immédiat. Des milliers de jeunes garçons rejoignent le nouveau mouvement et découvrent le scoutisme. Trois ans plus tard, une version féminine, les Guides de France, est créée et connaît le même engouement.

L’ouvrage rappelle qu’auparavant avaient débuté d’autres initiatives de scoutisme, mais protestantes ou israélites, et parfois « neutres ». Or, dans un long écrit de l’abbé Cornette (conservé dans le fonds d’archives du Père Sevin), celui-ci décrit comment il avait constaté en 1918 le péril protestant que représentait le développement en France d’un scoutisme organisé par des pasteurs. De nombreux enfants catholiques s’inscrivaient dans des troupes protestantes puisqu’il n’en existait pas de catholiques. L’abbé Cornette avait interrogé des pasteurs et des CP de troupes protestantes qui lui avaient avoué que la très grande majorité des enfants dont ils s’occupaient étaient catholiques. A 17 ou 18 ans, ces jeunes catholiques seraient devenus des protestants. Aussi devenait-il évident qu’il était indispensable qu’apparaisse rapidement un scoutisme catholique. Ce fut organisé avec l’aide du général de Maud’huy, héros de la Grande Guerre et des guerres coloniales, fait premier chef-scout de la Fédération nationale catholique des Scouts de France. Et le Père Sevin s’attacha à ce que le scoutisme catholique qui naissait en France s’éloigne de la méthode anglaise fortement inspirée par la franc-maçonnerie, ce qui est hélas souvent oublié aujourd’hui.

Au fil des pages de ce livre, le lecteur en apprend plus sur ces belles figures que sont le Père Jacques Sevin, « maître à penser » du scoutisme catholique, Paul Coze, Jeanine Chabrol, première cheftaine, le général Louis de Maud’huy, premier chef-scout de France, le général Arthur de Salins, le général Charles de Penfentenyo (au sujet duquel le Père Sevin écrit : « Lorsqu’un général de division en grande tenue fait sa promesse de scout et lève la main au salut à trois doigts, le public comprend que ce n’est pas pour le plaisir de jouer au cow-boy« ), le général Joseph Lafont, le R.P. Marcel-Denys Forestier, dominicain et ancien de la Fédération nationale catholique (FNC) du général de Castelnau, le Père Paul Doncoeur, prêtre ancien combattant, admirateur de Salazar et du Maréchal Pétain, auteur du Kyrie des Gueux, conseiller historique du film sur sainte Jeanne d’Arc avec Ingrid Bergman, Guy de Larigaudie, routier de légende, etc.

Grandes figures du scoutisme, Christophe Carichon, éditions Artège, 355 pages, 21,90 euros

A commander en ligne sur le site de l’éditeur

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Les commentaires sont fermés

La revue 83 : Franc-maçonnerie DEUXIEME PARTIE

REVUE DISPONIBLE EN PREVENTE, ENVOI LE 13 JANVIER !

Voici la suite de ce dossier fascinant sur la franc-maçonnerie, hâtez vous pour l’avoir au plus vite ! La première partie de ce dossier en vente ici.

Cliquez ici pour obtenir la REVUE 83

%d blogueurs aiment cette page :