eithun_mpi

Dans un précédent article, nous signalions que le festival Hellfest installé à Clisson avait prévu de faire monter sur scène un groupe, Emperor, dont l’un des musiciens avait été condamné à de l’emprisonnement pour incendie d’églises tandis que le chanteur du groupe en avait fait l’apologie.

Nous nous étonnons de l’absence de réactions des autorités politiques compte-tenu que ce festival Hellfest bénéficie chaque année d’importantes subventions des collectivités locales. Nul doute que les réactions seraient plus rapides et plus importantes si le musicien en question avait été condamné pour incendie de synagogues.

Mais le même groupe musical montera sur scène avec un autre individu bien connu : le batteur Bard Eithun, dit Faust. Lui-aussi a été poursuivi devant les tribunaux pour incendie d’églises en Norvège. Mais c’est surtout pour meurtre qu’il est resté longuement en prison.

Le 21 août 1992 Eithun poignarde Magne Andreassen, un homosexuel qui lui avait fait des avances. Condamné à 14 ans de prison pour ce meurtre, il sera libéré au bout de dix ans.

Posons la question : si le fait que le Hellfest fasse monter sur scènes des individus qui incarnent l’antichristianisme viscéral laisse indifférent les élus locaux, resteront-ils aussi indifférents lorsqu’ils sauront que le Hellfest fait monter sur scène l’assassin d’un homosexuel ?

Et que vont faire toutes les associations qui prétendent habituellement lutter contre l’homophobie en muselant les défenseurs de la famille et du mariage ?

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

36 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :