Francis Bergeron, journaliste et écrivain, est un passionné. Sa passion pour l’écrivain Henri Béraud l’a conduit à présider l’Association Rétaise des Amis d’Henri Béraud. Sa passion pour Hergé et Tintin l’a poussé à collectionner tout ce qui se rapporte au célèbre reporter belge et à son auteur mais aussi à écrire ce Hergé, le voyageur immobile. Au préalable, Francis Bergeron avait déjà rédigé un Hergé dans la collection Qui suis-je ? publiée par les éditions Pardès.

Avec ce Hergé, le voyageur immobile, Francis Bergeron souligne un paradoxe, à savoir que Georges Rémi, dit Hergé, n’a parcouru le monde qu’en rêve, à travers les aventures de son personnage phare, Tintin, qui, lui, a parcouru les quatre coins de la planète et s’est même envolé vers la Lune !

Francis Bergeron entreprend avec ce livre une petite étude de la « géopolitique » de Tintin, de son père Hergé, et de son confesseur l’abbé Wallez. Car tous les tintinophiles le savent, Tintin ne serait pas Tintin sans l’intervention initiale de l’abbé Norbert Wallez qui avait compris avant tout le monde l’intérêt d’une bande dessinée dont le héros ne serait pas un animal mais un jeune garçon qui pourrait devenir le modèle de la jeunesse catholique.

Ce livre nous entraine dans les voyages de Tintin, minutieusement préparés par Hergé. Chaque album repose sur une sérieuse documentation. Tintin au pays des Soviets s’inspire directement d’un livre intitulé Moscou sans voiles dont l’auteur, Joseph Douillet, avait été consul de Belgique en Russie, où il avait vécu trente-cinq ans. Pour réaliser Tintin au Congo, voulu par l’abbé Wallez pour susciter des vocations coloniales, Hergé passera bien du temps au musée colonial de Tervueren, à observer les moindres détails. C’est dans ce musée qu’il découvre les fameux hommes-léopards. Et ainsi de suite. Francis Bergeron dresse également une galerie de portraits des amis d’Hergé, parmi lesquels un certain Léon Degrelle qui a toujours considéré que Tintin lui ressemblait beaucoup.

Hergé, le voyageur immobile, Francis Bergeron, Atelier Fol’fer, 180 pages, 16 euros

A commander en ligne sur le site de l’éditeur

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Les commentaires sont fermés

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :