En pleine campagne municipale, Olivier Py, directeur du festival d’Avignon, avait créé  la polémique en déclarant qu’en cas de victoire du candidat FN au second tour, il délocaliserait le festival ailleurs car il ne pouvait pas travailler avec une mairie Front National: « Rester, travailler avec le Front national, c’est le cautionner. Je ne le ferai pas, je ne prendrai pas la responsabilité historique d’asseoir Marine Le Pen et Jean Vilar à une même table. »

Aujourd’hui le festival est menacé mais ce n’est pas à cause d’un maire FN mais des intermittents. Les intermittents du Festival « in » d’Avignon ont annoncé mercredi qu’ils pourraient recourir à la grève si la nouvelle convention d’assurance chômage était confirmée.  Pour Oliver Py, si c’était le cas, le festival serait annulé: « Si cet accord est signé, il y aura grève et probablement annulation. Il n’y a absolument aucun doute là-dessus. » Mais le directeur compte bien tout faire pour qu’il ait lieu: « Moi, je n’ai pas le droit d’interdire la moindre grève. Je me battrai pour qu’il n’y ait pas de grève bien évidemment parce que je crois que les conséquences pour le festival seraient absolument dramatiques, voire fatales. » Sa position tranchée contre le FN va-t-il l’aider ? Son appel sera-t-il entendu par le gouvernement ? Rien n’est moins sûr.

Le plus cocasse, c’est qu’Olivier Py tient à souligner l’apport économique du festival: « La ville d’Avignon gagne chaque année à peu près 25 millions d’euros grâce au festival et donc, grâce aux intermittents. » Il y a quelques mois, il n’aurait pas hésité à la priver ainsi que ses habitants de cet argent pour des raisons politiques. Comme quoi tout change !

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :