Daniel de Montplaisir, historien, est l’auteur de nombreux ouvrages dont, chez Perrin, des biographies du Comte de Chambord et de Charles X. Comme il réside au Canada, il s’est donc naturellement intéressé à l’histoire méconnue et captivante de ce pays-continent.

Avec passion, il nous brosse d’abord le décor canadien, puis nous présente les peuples indiens qui en ont constitué les premiers habitants. Il nous conte ensuite l’arrivée des premiers navigateurs européens dont barbes et moustaches stupéfient les Amérindiens. On explique mal l’intervalle de cinq siècles entre le passage des Vikings et l’arrivée des premiers navigateurs européens.

Le Français Jacques Cartier est ainsi une figure majeure et essentielle de l’histoire du Canada français. De nos jours, son nom est encore en tête de liste de ceux donnés aux rues, places, parcs, ponts et écoles du pays. Car cette histoire du Canada est étroitement liée à l’histoire de France. On parlait d’ailleurs de Nouvelle-France à l’époque où Louis XIV rêvait d’une Amérique française. Le 15 mai 1702, l’Europe se livra une guerre qui s’étendit sur tout son continent et jusque dans les colonies. Le dix-huitième siècle se solda par un abandon français. Le Canada passa sous domination anglaise. Cette nouvelle partie de l’histoire de cette nation contient également sa part de moments méconnus en France. Par exemple, lorsque l’auteur évoque le rôle du Canada dans la Guerre de Sécession. Le livre examine également la façon dont les Canadiens participèrent aux deux conflits mondiaux du vingtième siècles. L’ouvrage se termine sur quelques interrogations quant à l’avenir du Canada.

Histoire du Canada, Daniel de Montplaisir, éditions Perrin, 496 pages, 25 euros

A commander en ligne sur le site de l’éditeur

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés

Le mariage chrétien. Allocutions du pape Pie XII

Au cours de ses audiences, le pape Pie XII avait l’habitude de s’adresser aux nouveaux mariés, venus à Rome pour leur voyage de noces.

Le Saint-Père leur parlait du rôle respectif de l’homme et de la femme, de leur harmonieuse collaboration, de l’amour qui les lie, des grâces sacramentelles auxquelles ils ont droit, des épreuves qu’ils pourront rencontrer, mais surtout des joies qui leur seront données, de la bénédiction des enfants et de l’éducation qui en est le corollaire.

Le Pasteur angélique possédait, à un degré étonnant, le don de renouveler un sujet, de varier son discours ou d’aborder un même thème sous des aspects différents. Chacune de ses allocutions est ainsi profondément originale et ouvre au lecteur des perspectives inédites.

De ces textes riches de doctrine, de fine psychologie, de conseils avertis, Pie XII n’a pas voulu faire un exposé technique. C’est une âme vivante et sensible qui s’exprime, celle d’un père qui communique à ses enfants son espérance surnaturelle en la valeur inestimable du mariage chrétien.

%d blogueurs aiment cette page :