hongrie-laicistes

En Hongrie, le mouvement « Je veux enseigner » avait demandé aux professeurs de pratiquer une désobéissance civile en refusant d’enseigner de 8 à 9h du matin le mercredi 30 mars 2016. Il s’agissait pour ce mouvement sous influence laïciste de protester contre ce qu’il appelle le « programme éducatif » du gouvernement hongrois.

Le gouvernement hongrois a décidé de contrôler, avec le retour de Viktor Orban au pouvoir en 2010, les manuels scolaires diffusés dans les écoles hongroises. Le but était notamment de mettre fin à l’usage scandaleux de livres en faveur de l’idéologie du genre, idéologie qui prétend qu’on choisit soi-même si on est un homme ou une femme, sans tenir compte de la réalité biologique. En décidant d’interdire la diffusion de ces livres dans l’enseignement, le gouvernement hongrois ne faisait que respecter la règle scientifique de base qui consiste à ne pas enseigner de mensonges (en l’occurrence des mensonges grotesques, mais aussi dangereux, car ils ont déjà amené des enfants à se suicider, à cause de la perte d’identité qui en a résulté) mais à enseigner la vérité (en l’occurrence, la complémentarité des hommes et des femmes).

Le mouvement « Je veux enseigner » n’a été suivi (selon l’AFP) que par quelques centaines d’enseignants environ sur les 36 476 classes de l’enseignement primaire et les 14 887 classes de l’enseignement secondaire (7 261 dans l’enseignement général et 7 646 dans l’enseignement professionnel) que comptait la Hongrie en 2014-2015 (dernières données définitives connues en ce qui concerne le nombre de classes d’enseignement existant dans ce pays).

Dans un but d’apaisement, le ministre d’Etat pour les écoles, M. László Palkovics, a indiqué que les enseignants ayant suivi le mouvement ne seront pas sanctionnés mais seront seulement tenus de compenser le temps d’enseignement perdu.

On le voit, beaucoup de prudence et de modération de la part du gouvernement hongrois, sans renoncer aux mesures qu’il a justement prises pour le bien commun de la Hongrie et dans le véritable intérêt des enfants et étudiants.

Sources: http://www.ksh.hu/stadat_annual_2_6

G. Paume

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Les commentaires sont fermés

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :