Le chef de l’exécutif Pedro Sanchez s’est réuni avec les présidents des Communautés Autonomes afin de discuter des nouvelles mesures à mettre en œuvre pour essayer de contenir le nouveau variant du virus chinois. Parmi celles-ci le retour du masque en extérieur.

Décision très critiquée par les différentes régions de gauche qui estiment que cette mesure est minimaliste, les Communautés Autonomes sont bien décidées à prendre des restrictions plus dures, et elles sont largement compétentes pour le faire.

Le fonctionnement de la politique espagnole est le suivant : le pouvoir et les institutions sont éclatées entre un état central et différentes entités dont le statut est très proche d’un état fédéral. Il y a en plus des divisions politiques des divisions ethniques et linguistiques qui se superposent.

Les Communautés Autonomes possèdent leur gouvernement, leur parlement et leur propre cour suprême. Récemment, le tribunal suprême du Pays basque avait interdit l’usage du passeport vaccinal en estimant que celui-ci était discriminatoire. Le gouvernement local à porté l’affaire à la cour suprême espagnole qui a donné son feu vert à l’apartheid sanitaire. Juridiquement, personne ne sait si c’est valable, mais toujours est-il que les Communautés Autonomes peuvent également aller à l’encontre de la Cour Suprême si elles désirent priver les individus de leurs droits.

Comme tout le monde se déteste en Espagne, l’impossibilité de gouverner correctement le pays profite au citoyen. C’est ainsi que quelques Régions comme les deux Castilles, la Rioja, l’Estrémadure ou encore Madrid n’utilisent pas le passeport sérologique.

Cela signifie concrètement que vous pouvez toujours prendre un café au lait dans les régions qui ne sont pas rouges. A part aux États-Unis, le rouge n’a de toute manière jamais vraiment été synonyme de liberté. Ces régions très catholiques sont d’ailleurs les dernières terres de l’Occident où il est légal de s’asseoir dans une brasserie pour y manger des churros.

Certaines provinces séparatistes telles que la très gauchisante Catalogne ont pris des mesures extraordinaires de couvre-feu et de fermeture administrative des lieux de détente. C’est tout le secteur de la restauration et des discothèques qui est mis à mal. Bien que le confinement ait été déclaré inconstitutionnel par Madrid, rien n’est moins sûr qu’il y sera appliqué avec une rigueur fanatique.

La plandémie est en effet hors de contrôle et il y a plus de 60.000 cas par jour pour heureusement très peu de décès, surtout des personnes fragilisées n’ayant pas reçu de traitement à base d’ivermectine, un traitement extrêmement efficace.

Si les gouvernements mettent la faute sur le manque de troisième dose d’un sérum obsolète car pas adapté, la population commence à se demander s’il ne s’agit pas d’une farce. A l’approche des fêtes de fin d’année, personne ne s’est toutefois demandé si ça pouvait être lié à des questions d’écosystème et donc de température.

Olé !

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Mots clefs , ,
3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :